Charles Paulus Bélanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Paulus Belanger
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation en botanique
Bél.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Charles-Paulus Bélanger, né à Paris le et mort le au jardin botanique de Saint-Pierre (Martinique), qu’il dirigeait depuis trente ans, est un botaniste et naturaliste français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bélanger se voua de bonne heure à l’étude des sciences naturelles.

En 1825, nommé directeur du jardin botanique de Pondichéry, il quitta la France par la route pour les Indes orientales, en compagnie d'Eugène Panon Desbassayns de Richemont qui venait d'être désigné gouverneur des établissements français de l'Inde. Bélanger devait mettre à profit ce long voyage pour réunir de nombreux documents ethnographiques et de précieuses collections.

Il traversa l’Allemagne, la Pologne, la Russie méridionale, la Géorgie et les provinces persanes sous la domination russe ; pénétrant ensuite dans la Perse proprement dite, il en explora du nord au sud la partie occidentale, s’embarqua à Bouchir, fit une courte relâche à Mascate, débarqua à Bombay, visita l’Ile d’Élepkanta, fit pendant trois mois sur la côte de Malabar des recherches très fructueuses, franchit les Gâtes occidentales, traversa la péninsule en deçà du Gange par Maïssour et arriva à Pondichéry à la fin de mars 1.826 après un voyage de quatorze mois.

Une fois établi à Pondichéry où il dirigea la création d’un jardin botanique, Bélanger fit trois grandes excursions : l’une dans le Carnate et sur la cote de Coromandel, l’autre au Bengale et dans le pays des Birmans, la troisième à Java.

En 1829, un rapport présenté à l’Académie des sciences par Georges Cuvier et signé par MM. Geoffroy Saint-Hilaire, Latreille, Duméril, Desfontaines, de Mirbel et Cassini rendait compte en termes élogieux des travaux de Bélanger. À la même époque, Abel de Rémusat et Eugène Burnouf rendaient compte à l’Académie des inscriptions et belles-lettres des succès obtenus par Bélanger dans ses recherches relatives à l’ethnographie et à la littérature orientale, en décrivant les collections qu’il avait soumises à leur examen.

En 1832, Bélanger dut à ses travaux scientifiques la croix de chevalier de la Légion d’honneur.

En 1850, il fut chargé de la direction du jardin botanique de la Martinique qu’il transforma rapidement en un établissement scientifique important.

Le jardin de la Martinique est devenu, grâce il lui, un précieux entrepôt de plantes rares et le seul de nos colonies où les établissements similaires de la métropole puissent s’approvisionner.

Pendant son séjour à la Martinique, M. Bélanger n’a cessé d’enrichir de ses collections nos musées nationaux ; et, comme commissaire des expositions coloniales, il a su donner un remarquable éclat aux expositions de cette colonie à Paris.

Promu officier de la Légion d’honneur en 1878, pour la part qu’il avait prise à l’exposition universelle, il devait encore à son séjour à la cour du roi de Perse, Abbaz-Mirza, lors de son voyage aux Indes, la croix de commandeur de l’ordre du Lion et du Soleil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du XIXe siècle, t. II - Asie, Paris, Éditions du CTHS, , 452 p. (ISBN 2-7355-0233-3), p. 20-21

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voyages aux Indes orientales par le nord de l'Europe, les provinces du Caucase, la Géorgie, l'Arménie et la Perse, suivi de détails topographiques et autres sur le Pégou, les îles de Java, de Maurice et de Bourbon, sur le Cap de Bonne-Espérance et Sainte-Hélène, pendant les années 1825, 1826, 1827, 1828 et 1829., 1834-1838, 4 tomes et 3 tomes d'atlas

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bél. est l’abréviation botanique standard de Charles Paulus Bélanger.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI