Charles Michels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michels et Charles Michel (homonymie).
Charles Michels
Image illustrative de l'article Charles Michels
Fonctions
Député de la Seine
1936-1940
Gouvernement IIIe République
Groupe politique Communiste
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris, Seine
Date de décès (à 38 ans)
Lieu de décès Châteaubriant, Loire-Inférieure
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Ouvrier de la chaussure
Distinctions Mort pour la France
Résidence Seine

Charles Michels, né à Paris le , mort pour la France à Châteaubriant (Loire-Inférieure[1]) le , est un syndicaliste et militant communiste, député du 15e arrondissement à Paris, particulièrement connu pour avoir été l'un des 48 otages fusillés à Châteaubriant, Nantes et Paris en représailles après l'attentat contre le Feldkommandant de Nantes, Karl Hotz.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Charles Michels est né de père inconnu. En 1906, il est reconnu par Jean Michels, un chaudronnier qui a épousé sa mère Louise Lecoq, journalière[2]. Il est élevé dans le 13e arrondissement de Paris et doit très jeune commencer à travailler : il est embauché à onze ans dans une fabrique de chaussures[3]. En 1920, il est renvoyé des usines Dressoir où il était délégué de la section syndicale CGT. Il épouse en 1923 Aimée Malagnoux, une ancienne voisine dont il aura deux filles[2]. Doté d'une solide constitution, il arrondit son salaire en disputant des matches de boxe aux « Folies Belleville ». Après son service militaire, en 1923-1924, il devient moniteur à la FSGT, l'organisation sportive de la CGT[2]. Plus tard, chargé de famille, il s'efforce d'accroître par lui-même son niveau d'instruction[3].

Plaque apposée sur la place Charles Michels (Paris 15e).

Militant syndical[modifier | modifier le code]

Charles Michels adhère au Parti communiste français en 1926. Il s'impose peu à peu comme un des responsables syndicaux de la Fédération unitaire des cuirs et peaux CGTU dont il devient secrétaire en 1929. À ce titre, et également comme dirigeant de la FSGT — il faisait partie d'une équipe de football —, il se rend en URSS. En 1931, il devient permanent CGTU et restera dans les instances dirigeantes de la CGTU ou plus tard de la CGT. Orateur éloquent, il participe au soutien de toutes les grèves de son secteur. En 1935, il est un artisan actif de la fusion des deux fédérations (CGTU et CGT) des cuirs et peaux. Il devient secrétaire adjoint de la Fédération nationale unifiée[2].

Parlementaire communiste[modifier | modifier le code]

Le , il se présente aux élections législatives dans la 3e circonscription du 15e arrondissement de Paris, et est élu le suivant avec 58,6 % des voix, contre le député radical indépendant sortant, Georges Boucheron[3]. Au premier tour, il avait rassemblé 3 258 suffrages contre 2 353 à Marceau Pivert et 1 059 à Duteil (PUP) sur 11 816 votants.

Bien que le PCF ait été dissout en en raison de son soutien au pacte germano-soviétique, Michels se rend le à la séance d'ouverture de la Chambre des députés où il retrouve André Mercier, Raymond Guyot et Fernand Grenier. Leur présence provoque une bagarre et leur expulsion[2]. Il est déchu de son mandat parlementaire le suivant, comme tous les députés communistes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Plaque apposée sur la façade de l'immeuble habité par Charles Michels au 51, rue des Bois à Paris 19e.

Mobilisé en et démobilisé le , Michels regagne Paris et prend contact avec Jean Catelas dirigeant communiste clandestin dans la région parisienne et s'investit dans la réorganisation de la CGTU, secteur des cuirs et peaux. Début octobre, alors qu'il s'apprête à passer dans la clandestinité, il est arrêté puis interné le à Aincourt, puis à Fontevrault et à Clairvaux le [2].

Camp de Châteaubriant[modifier | modifier le code]

Au mois de mai, il arrive au camp de Choisel à Châteaubriant. Il est membre du comité clandestin du camp, et prépare l'évasion de quatre dirigeants communistes : Fernand Grenier, Henri Raynaud, Léon Mauvais et Eugène Hénaff le .

À la suite d'un attentat commis contre Karl Hotz, chef de la Kommandantur de Nantes, il est fusillé par les nazis le , à la Carrière des Fusillés aux côtés de 26 autres otages du camp de Châteaubriant, dont Guy Môquet et Jean-Pierre Timbaud, et 21 otages à Nantes et à Paris.

Hommages[modifier | modifier le code]

Depuis le , dans le 15e arrondissement de Paris, portent son nom :

Charles Michels est par ailleurs évoqué dans le 201e des 480 souvenirs cités par Georges Perec, dans son texte Je me souviens.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le grand-oncle d'Helno (chanteur du groupe Les Négresses vertes)[4].

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Charles Michels », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loire-Atlantique depuis le .
  2. a, b, c, d, e et f Nathalie Viet-Depaule, article « Charles Michels » dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, éditions ouvrières, 2000.
  3. a, b et c Jean Jolly (dir.), Dictionnaire biographique des parlementaires français, Presses universitaires de France, 1960.
  4. Michel Guilloux, « Adieu l'ami, on t'aimait bien », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 28 novembre 2015).