Charles Mellin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mellin.
Charles Mellin
Naissance
Décès
Activité

Charles Mellin, né vers à Nancy, et mort le à Rome, est un peintre lorrain, la Lorraine ne devenant française qu'au XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Mellin arrive à Rome vers 1617 et y travaille avec Simon Vouet. Il voyage à Naples, mais à Rome, il est Carlo Lorenese, Charles Lorrain, tout comme son ami Claude Gellée. Il y côtoie Jacques Stella avant de fréquenter le cavalier d'Arpin et Le Dominiquin[1].

Il restera à Rome après le retour en France de Simon Vouet en 1627[2]. Il est enterré dans l'église Saint-Nicolas-des-Lorrains à Rome.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Très vite il est sollicité pour de grand décors. A la Trinité-des-Monts, où il peint un Saint François de Paule, à Saint-Louis-des-Français, on le réclame pour la chapelle de la vierge. A l'abbaye du Mont-Cassin, il est chargé d'une grande partie du décor de la voûte, détruit en 1944[1].

Pourtant connu, cité et gravé de son temps, il sombre dans l'oubli. Beaucoup de ses tableaux sont perdus et souvent l'on attribue ses œuvres à Nicolas Poussin, ou à Guido Reni[1].

La confusion avec d'autres peintres est d'autant plus grande qu'à l'époque nombre de collectionneurs peu scrupuleux faisaient porter la signature prestigieuse de Nicolas Poussin à des toiles qu'ils avaient commandées à Charles Mellin. D'autres, comme les Muti, famille d'aristocrates romains, signaient de leur propre nom les œuvres réalisées par Mellin, avant de les offrir au pape en signe de flatterie. Si l'on ajoute que Charles Mellin se faisait appeler Charles le Lorrain (Carlo Lorenese), au risque de se voir confondre avec le fameux Claude Gellée (Claudio Lorenese) du même pseudonyme.[réf. nécessaire]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
En Italie
À Porto Rico
Au Royaume-Uni

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Apollon, huile sur toile, 400 × 269 cm[1]


Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Véronique Bouruet-Aubertot, « Expositions Nancy-Bordeaux », Connaissance des Arts, no 649,‎ , p. 40
  2. a et b Charité romaine, Louvre (atlas)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Malgouyres, Charles Mellin, un Lorrain entre Rome et Naples, catalogue de l'exposition des musées des beaux-arts de Nancy et de Caen, Somogy Éditions d’Art, 2007, 328 p. (ISBN 978-2-7572-0078-0)
  • (de) Doris Wild, Nicolas Poussin, Leben Werk, Exkurse, Katalog der Werke, Zürich, 1980 (ISBN 3-280-00952-9)
    Cet ouvrage reproduit beaucoup d'œuvres de Charles Mellin et de nombreux tableaux attribués par l'auteur à cet artiste, mais cependant considérés encore par l'ensemble de la critique, comme d'authentiques tableaux de Nicolas Poussin.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :