Charles Lemaître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemaître.
Charles Lemaître
Caen Jardin des plantes Lemaître.jpg
Buste de Charles Lemaître au Jardin des plantes de Caen
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Eiou qu'i va lés trachi, recueil publié en 1924

Charles Lemaître, né en 1854 à Saint-Georges-d'Aunay et mort le à Caen, est un poète de langue normande, surnommé « le Chansonnier du Bocage ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Saint-Georges-d'Aunay (Calvados) en 1854. Il écrivait des monologues en vers en langue normande, dont des recueils ont été publiés.

Il a été receveur d'octroi à la ville de Caen et officier de l'Instruction Publique.

Il est décédé le à Caen dans sa maison du no 7, rue Haute au Vaugueux. Il a été enterré au cimetière nord-est de Caen.

Hommage[modifier | modifier le code]

En 1932, un buste du poète a été inauguré dans le jardin des plantes de Caen. Ce buste a été par la suite démonté et fondu par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1981, un second buste y a été à nouveau installé. Une plaque est accolée sur sa dernière demeure au Vaugueux.

Au début des années 1960, on a également donné à Caen une rue Charles Lemaître[1]. Elle se situe non loin de l'ancienne route de Bayeux (aujourd'hui rue du Général Moulin) où se trouvait la barrière d'octroi, à la limite de Venoix qui fut une commune indépendante.

Depuis 1998, le collège d'Aunay-sur-Odon porte le nom de « collège Charles Lemaître ».

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Eiou qu'y va lé trachi, Contes drolatiques en patois bas-normand, préface de Gaston Lavalley, éd. Louis Jouan, Caen (1912).
  • Les Joyeux Bocains (1917).
  • Hélas qu'c'est drôle (1924).
  • Bonnes gens de Normandie (1941).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les 50 000 adresses du Calvados et Annuaire Administratif Réunis, Caen, 1964, p. 371.

Sur les autres projets Wikimedia :