Charles Lelong (archéologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Charles Lelong (sportif).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lelong.
Charles Lelong
Archéologue
Naissance
Thiviers (Dordogne)
Décès (à 86 ans)
Tours (Indre-et-Loire)
Nationalité Drapeau de la France française
Découvertes principales abbaye de Marmoutier (Tours)
Autres activités Professeur d'histoire-géographie

Charles Lelong, né le à Thiviers (Dordogne) et mort le à Tours (Indre-et-Loire), est un archéologue et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chantier de fouilles des abbatiales de Marmoutier.

Charles Lelong naît le à Thiviers (Dordogne)[1]. Après un passage par l'école normale primaire de Périgueux et un stage au cours complémentaire de Nontron, il devient en 1938 élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud.

Prisonnier au début de la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance au sein des Francs-tireurs et partisans dès son retour de captivité[2]. Agrégé d'histoire et géographie en 1946, il enseigne ces matières au lycée Descartes de Tours ; il est ensuite maître assistant en histoire de l'art en en archéologie à l'université François-Rabelais[2],<ref"DS"/>.

En parallèle de ses activités d'enseignement, Charles Lelong se consacre à l'archéologie, avec deux chantiers de fouilles majeurs en Touraine, la basilique Saint-Martin de Tours mais surtout l'ancienne abbaye de Marmoutier où il met, entre autres, en évidence la succession des églises abbatiales[3]. L'importante documentation constituée au cours de ces études et travaux est conservée aux archives municipales de Tours[4], à la Société archéologique de Touraine et à la Société archéologique du Vendômois[5].

Charles Lelong meurt à Tours le à l'âge de 86 ans. Huit ans plus tard, une allée est baptisée de son nom sur le site de l'abbaye de Marmoutier[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Des listes de publications de Charles Lelong sont diffusées par la société archéologique de Touraine[6] et l'Académie de Touraine[7].

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Mary Couderc, « In Memoriam Charles Lelong (1917-2003) », Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, t. XVI,‎ , p. 9-13.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [Collectif], Dictionnaire des scientifiques de Touraine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, , 414 p. (ISBN 978-2-86906-433-1), p. 272-273.
  2. a, b et c Christophe Gendry, « Une allée Charles-Lelong à l'abbaye de Marmoutier », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  3. Charles Lelong, « Bétons de sol et pavements de l'abbatiale de Marmoutier », Bulletin monumental, Société française d'archéologie, no 150-1,‎ , p. 39-47 (DOI 10.3406/bulmo.1992.4397).
  4. Élisabeth Lorans et Thomas Creissen (dir.), Marmoutier, un grand monastère ligérien : Antiquité - XIXe siècle, Orléans, Ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Patrimoines en région Centre », , 37 p. (ISSN 2271-2895), p. 2 de la bibliographie.
  5. « Fonds Charles Lelong », sur le site de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois (consulté le 13 janvier 2018).
  6. [Anonyme], « Bibliographie de M. Charles Lelong », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. LXIV,‎ , p. 167-170 (ISSN 1153-2521).
  7. « Charles Lelong », sur le site de l'Académie de Touraine (consulté le 13 janvier 2018).