Charles Le Hon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Hon.

Le comte Charles Aimé Joseph Le Hon, né à Tournai le 10 janvier 1792 Il est mort à Paris le 30 avril 1868. C'est un homme politique belge de tendance libérale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Le Hon est le fils de Charles François Hyacinthe Le Hon et Félicité Parent.

Avocat et industriel, il est élu député de Tournai à la seconde Chambre des États généraux pendant la période néerlandaise. En tant que député, il demande que les réclamations contre le ministère qui s'exprimaient à travers les pétitionnements soient prises en sérieuse considération par le roi Guillaume. Sa proposition, appuyée par quelques députés hollandais, fut votée par 55 voix contre 43[1].

Il est élu au Congrès national en 1830. Après l'élection de Louis d'Orléans le 3 juillet 1831, il fait partie de la délégation de députés envoyés à Paris proposer la couronne au jeune prince. Il sera par la suite ambassadeur à Paris (1831-1842) et député à la Chambre des représentants de Belgique. Il est nommé ministre d'État en 1856.

Sur le plan privé, il épouse Fanny Mosselman, fille de François-Dominique Mosselman et de Louise Tacqué. Parmi les descendants célèbres de la famille Mosselman (par les descendants du frère de François-Dominique) figurent la reine Paola des Belges et ses enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Juste, Le comte Le Hon, Brussel, 1867
  • Theodore Juste, « Charles Le Hon », in Biographie nationale de Belgique, T. XI, Brussel, col. 715-717
  • Carlo Bronne, La comtesse Le Hon et la première ambassade de Belgique à Paris, Brussel, 1952.
  • Jean-Marie Rouart, Morny, un voluptueux au pouvoir, Paris, Gallimard, 1995.
  • Baron Roland d'Anethan & vicomte de Jonghe d'Ardoye, Les Mosselman à Bruxelles, Bruxelles, 1998.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Discailles, « Rogier, Charles-Latour », dans Biographie nationale, tome XIX, 1907, pp. 693-781.

Liens externes[modifier | modifier le code]