Charles Le Blanc (1965)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Le Blanc)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Charles Le Blanc (1935).
Charles Le Blanc
Description de l'image Charles Le Blanc.jpg.
Naissance
Québec
Activité principale
Professeur, auteur et traducteur
Distinctions

Prix Victor-Barbeau 2010 - Académie des lettres du Québec

Finaliste Prix littéraires du Gouverneur-général du Canada 2009

Prix littéraire Le Droit 2015
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Histoire naturelle de la traduction
  • Catin Basile
  • Le complexe d'Hermès
  • Le masque de l'écriture : Philosophie et traduction de la Renaissance aux Lumières (en collaboration)
  • La forme poétique du monde (en collaboration)
  • Kierkegaard
  • Le miroir de l'âme
  • Contes et légendes du Québec
  • Contes et légendes des Vikings (pseud. Lars Haraldson)

Charles Le Blanc est un auteur et traducteur canadien d’expression française né à Québec en 1965. Professeur à l’Université d'Ottawa (Canada) où il enseigne la traduction, il a étudié en philosophie et est spécialiste de Kierkegaard et Lichtenberg.

Après des études de philosophie en France, en Allemagne et en Italie, Charles Le Blanc obtient son doctorat en philosophie de l’Université Laval avec une thèse sur le premier romantisme allemand (Frédéric Schlegel et le Cercle d’Iéna). Détenteur d’une bourse d’études du gouvernement italien, il vit de nombreuses années à Florence où il étudie la Renaissance et la philologie classique.

Traducteur, il donne en quelques années des textes de littérature allemande (Friedrich Schlegel, Lichtenberg, Wackenroder) de littérature anglaise (Marlowe et Swift), de philosophie (Crainte et tremblement) et rédige des essais littéraires (Kierkegaard, La forme poétique du monde – en collaboration). Charles Le Blanc est aussi l’auteur de contes pour la jeunesse (Contes et légendes du Québec, Contes et légendes des Vikings – sous le pseudonyme de Lars Haraldson).

Professeur titulaire à l’Université d’Ottawa[1], il écrit un essai philosophique sur la traduction (Le Complexe d’Hermès) qui lui vaut le Prix Victor-Barbeau de l’essai (2010) de l’Académie des lettres du Québec[2], et pour lequel il fut finaliste aux prix littéraires du Gouverneur général du Canada. Dans cet essai, Le Blanc critique vivement la possibilité de fondation rationnelle de la traductologie[3]. Ses essais et les préfaces de ses ouvrages ont donné lieu à de nombreuses traductions (anglais, arabe, portugais, espagnol, italien, coréen, russe).

Il a publié en 2014 un recueil de nouvelles, Catin Basile, qui lui vaut le prix littéraire Le Droit en 2015.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Charles Le Blanc est lauréat du prix Victor-Barbeau 2010 de l’Académie des lettres du Québec pour Le Complexe d'Hermès[1].

Finaliste des prix littéraires du Gouverneur général du Canada en 2009 pour Le Complexe d'Hermès.

Il reçoit le prix littéraire Le Droit 2015 dans la catégorie fiction pour Catin Basile[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sa notice par les éditions Gallimard.
  2. « LeBlanc (Charles) »
  3. Voir, entre autres, Le Complexe d'Hermès, PUO, Otawa 2009, page 11 : "La traductologie est l'une de ces sciences subjectives. Discipline réfléchissant sur la traduction, son sens et ses méthodes, la traductologie (ou Translation Studies) abrite nombre de concepts qui, à l'épreuve d'un examen critique, viennent essentiellement de l'éloquence de l'esprit".

Liens externes[modifier | modifier le code]