Charles L'Eplattenier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Charles L'Eplattenier
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Les BrenetsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Charles L’Eplattenier, né le 9 octobre 1874 à Neuchâtel et mort le 7 juin 1946 aux Brenets, est un artiste peintre, architecte, sculpteur et décorateur suisse, spécialisé dans le domaine de l'Art nouveau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Apprenti chez un peintre décorateur, il est encouragé par celui-ci à entreprendre une formation à l'académie de Neuchâtel. C'est ainsi qu'il étudie à l'école des arts décoratifs puis, à Paris, à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans l’atelier de Luc-Olivier Merson. Il y étudie la peinture, la sculpture et l’architecture.

Après ces études, il devient, en 1897, professeur à l’école d’art de La Chaux-de-Fonds où il éveille la vocation d'André Evard, de Charles Humbert, de l'affichiste Jules Courvoisier et même de Le Corbusier[réf. nécessaire].

En 1914, il démissionne de l'enseignement pour se consacrer à son œuvre personnelle où, outre la peinture, il se consacre à la sculpture, la peinture décorative, la mosaïque et l'art du sgraffite.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Jeanneret, Charles L'Eplattenier, 1933.
  • Société des amis des arts de La Chaux-de-Fonds, Charles L'Eplattenier, 1874-1946: exposition commémorative, Musée des beaux-arts, La Chaux-de-Fonds, 1974.
  • Pierre du Bois de Dunilac, Les mythologies de la Belle Époque : La Chaux-de-Fonds, André Evard et l'Art nouveau, Lausanne, 1975, W.Suter, 1975.
  • Collectif de recherches de l'université et musées lausannois, 1939 : la Suisse romande entre les deux guerres, 1986, p. 76.
  • Autour de Charles L'Eplattenier: Exposition, 13 juin-4 octobre 1987, Musée des beaux-arts (La Chaux-de-Fonds). Exposition, 1987.
  • Bernard Reymond, Temples de Suisse romande: à la découverte d'un patrimoine, 1997, p. 199.
  • José Baltanás, Claude de Frayssinet, Le Corbusier, parcours, 2005, p. 11.
  • Udo Weilacher, Peter Wullschleger, Guide suisse de l'architecture du paysage, 2005, p. 91.
  • M.-J. Dumont, Le Corbusier. Lettres à Charles L'Eplattenier, 2006.
  • Hellmann Anouk, Charles L'Eplattenier, Hauterive (CH), Editions Attinger, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]