Cette page est en semi-protection longue.

Joseph-Charles d'Almeida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Joseph d'Almeida)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Almeida.
Joseph-Charles d'Almeida
Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du buste de Charles d'Almeida, fondateur de la Société française de physique
Nom de naissance Joseph Charles d'Almeida
Naissance
Paris
Décès (à 57 ans)
Paris
Nationalité française portugaise
Pays de résidence France
Diplôme
Doctorat ès sciences physiques
Profession
Activité principale
Expériences de physique

Joseph-Charles d'Almeida, né à Paris le et mort le , est un scientifique français, fondateur du Journal de Physique en 1872 et de la Société française de physique en 1873.

Origines familiales

Joseph-Charles d'Almeida, fils de Francisco de Almeida Portugal (pt), rentier, futur comte de Lavradio, qui avait francisé son nom, et de Louise Joséphine Pierrette Miller, naît le à Paris, 40 rue de Verneuil. Son père était conseiller de l'ambassade du Portugal à Paris en 1830 et partageait les idées politiques de ses amis François-René de Chateaubriand et de Jean-Guillaume Hyde de Neuville[1]. Francisco de Almeida, né au Portugal en 1796, habitait la capitale depuis 1819. Membre de la Société philomathique de Paris, il y a prononcé en 1824 un éloge du botaniste portugais José Correia da Serra (ministre plénipotentiaire du Portugal à Washington, D.C.)[1],[2]. De 1851 à 1869, ce diplomate deviendra ministre plénipotentiaire à la Légation portugaise à Londres[3].

Joseph-Charles d'Almeida est baptisé le 13 novembre 1822 en l'église Saint-Thomas-d'Aquin[4]. Né de parents portugais, il se fait naturaliser français en 1844 à l'âge de 22 ans[5].

Études

Il fait ses études au lycée Saint-Louis puis au lycée Henri-IV. Il est professeur adjoint auprès du frère de Paul Desains au lycée Napoléon, préparateur de Pierre-Henry Blanchet de 1843 à 1848, agrégé de physique et nommé professeur au lycée d'Alger (1848). De 1848 à 1850, il sera à Alger comme le professeur Charles Simon[6], fondateur de l'Observatoire de Marseille, le maître de Charles Bourseul (1829-1912), précurseur français du téléphone en 1854[7]. À la fin de 1852, il entre avec Marcellin Berthelot au laboratoire de Balard à Paris. Ses travaux sur la décomposition par la pile des sels dissous dans l'eau lui vaudront le titre de docteur ès sciences.

À partir de 1853, il donna dans son appartement de la rue Royer-Collard des cours à Nestor Gréhant pour le préparer à la licence de sciences physiques. Ami du médecin Armand Moreau[8], il présenta son élève Nestor Gréhant[9] à Claude Bernard qui deviendra son disciple[10].

Travaux et carrière

Le nom de Joseph-Charles d'Almeida est souvent cité dans les carnets de Jules Janssen (1824-1907) qui lui montre ses spectres. Janssen le rencontre à ses conférences en mars 1855[11].

Il est l'un des précurseurs des photos anaglyphes en 1858.

En 1860, en commun avec Pierre-Paul Dehérain, il fait des recherches sur l'électrolyse d’un mélange d’alcool et d’acide azotique (ancien nom de l'acide nitrique)[12].

Le 1er octobre 1862, Adolphe de Paiva (attaché à la légation au Portugal) écrit au ministre affirmant que d'Almeida doit partir pour quelques mois au Portugal pour des raisons familiales assez graves ; comme le stipule cette lettre, le vicomte José de Paiva[13] (ministre plénipotentiaire du Portugal à Paris) était l'ami intime de ce physicien[14].

Trois lettres de la collection Feinberg[15] montrent que Joseph Charles d'Almeida durant son séjour aux États-Unis en 1862 a rencontré William Douglas O'Connor[16], Rebecca Harding Davis (en) (journaliste féministe américaine) et James Thomas Fields (en) (éditeur et poète américain), ce dernier fit connaître au physicien Henry Longfellow (poète américain), Ralph Waldo Emerson (philosophe et poète américain) et Louis Agassiz (botaniste et géologue américano-suisse)[17].

À partir de 1868, d'Almeida conseille Gabriel Lippmann de se diriger vers la section scientifique de l'École normale supérieure, où il entra à l'âge de 23 ans[18]Après Lippmann, Émile Picard sera aussi l'élève de Joseph-Charles d'Almeida de 1868 à 1874, ce dernier est décrit comme un professeur distingué à qui on doit la première réalisation du relief au moyen des anaglyphes[18].

En 1869, il assiste, avec Balard, Berthelot, Jamin, Marey, etc., à l'inauguration du canal de Suez[19].

Jules Ferry, dans une adressée à Léon Gambetta, datée du 14 décembre 1870 et évoquant le siège de Paris, révèle à son correspondant que le porteur de la lettre, M. d'Almeida, est un de ses « anciens et très fidèles amis »[20].

Membre du comité scientifique de défense, il quitte Paris en ballon, le 17 décembre 1870, à bord du Gutenberg, avec Isaac Georges Lévy[21], rejoignant le même jour Montépreux (Marne). Il tente ensuite d'utiliser un procédé mis au point par Jean-Gustave Bourbouze pour établir une liaison télégraphique avec Paris en utilisant la Seine comme fil de ligne, lui depuis Poissy tentant de communiquer avec Bourbouze et Desains à Paris[22]. Il eut l'idée de photographies microscopiques comme moyen de correspondance[23]. La guerre terminée, il reprend ses cours au lycée Henri-IV.

Albert Fernique, qui s’occupait depuis longtemps de photographie, se trouvait en rapport avec d’Almeida, siégeant au ministère de l’Instruction publique, et il travaillait avec lui pour le Comité à des expériences relatives à la reproduction photo-microscopique des dépêches[24].

En 1872, il fonde le Journal de physique, avec Charles Brisse et la collaboration des principaux physiciens français : Berthelot et Desains. Alfred Cornu (1841-1902) fut amené à travailler pour le journal pour ses travaux relatifs à la diffraction de la lumière.

En 1873, d'Almeida est l'un des co-fondateurs[25] de la Société française de physique (SFP), dont il devient le secrétaire général. La société comptait, au moment de sa mort, plus de 500 membres, dont près de 100 reçus en 1880[26].

Sa dernière résidence se trouve au 31 rue Bonaparte où il décède en 1880[27].

Dans son testament olographe du 18 avril 1878, il nomme comme légataire universelle Félicité Cécile Janet (nièce du philosophe Paul Janet), institutrice. Il a légué à la Société française de physique les manuscrits d'André Ampère sur l'électrodynamique[28],[29].

Postérité

Il est probable que Joseph-Charles d'Almeida est mort d'une crise cardiaque comme le suggère la presse de l'époque : « Les amertumes de sa destinée le conduisirent à une fin tragique. »[30] Le Petit Parisien ajoute : « Mr. d'Almeida est mort subitement dans la nuit de dimanche à lundi. C'est une perte pour l'université. Les obsèques de ce savant seront civiles. »[31]

Le savant a été enterré au cimetière du Montparnasse à Paris en concession perpétuelle no 220 PP 1880. Cependant la ville de Paris a repris la concession le 12 juillet 2000 et les restes du défunt ont été transférés à l'ossuaire du Père-Lachaise[32]. Ce physicien était issu « de la plus vieille famille aristocratique portugaise », et, bien que né et décédé dans la capitale, la ville de Paris « ne lui attribua aucune plaque ou rue en son nom »[1].

En 1880, la SFP a rendu hommage à Joseph-Charles d'Almeida en lui érigeant un buste, placé dans sa salle de réunions. Ce buste, portant l'inscription « Fondateur de la Société de physique », réalisé par le sculpteur Eugène Guillaume, a semble-t-il été présenté à l'Exposition nationale de 1883. On en trouve en effet une description dans La Sculpture aux salons de 1881, 1882, 1883, et à l'Exposition nationale de 1883, par Henry Jouin[33]. Le président suivant de la SFP fut Edmond Bouty (1846 - 1922). La personne qui a rédigé une lettre le 14 mars 1881 pour l'érection de ce buste dans la salle de séances de la Société française de physique située au 44, rue de Rennes est Éleuthère Mascart, ancien président de la Société française de physique, président du comité de souscription[34].

Il figurait comme membre de la Société philanthropique de Paris.

En 1907, Nestor Gréhant, médecin chercheur et professeur de physiologie, évoque les origines portugaises du physicien qui « partit lors du siège de 1870 en aérostat de Paris »[35].

En 1913, le rapport sur une mission confiée à d'Almeida par le gouvernement de la Défense nationale, dont l'objet était d'établir des communications entre la province et Paris en 1870-1971 sera édité. Aussitôt la paix signée, d'Almeida présenta ce rapport à Adolphe Thiers, alors chef du pouvoir exécutif. Le physicien Paul Janet réalisa une introduction dans le rapport de d'Almeida et en a fait la lecture en inaugurant la Section de radiotélégraphie à École supérieure d'électricité, en février 1912. Dans ce document, d'Almeida décrit l'accueil bienveillant et cordial de Léon Gambetta, ce dernier lui fit la promesse d'appuyer son projet. Dans son travail, d'Almeida nous fait soupçonner des rivalités qui paralysaient ses travaux comme l'un de ses photographes, Georges Lévy[36] (associé à Reboul est cité dans l'ouvrage d'Henri Dutrait-Crozon Gambetta et la défense nationale 1870-71 aux Éditions du Siècle, 1914, tous deux assuraient le service flotteurs et autres courriers que le courant de la Seine devait porter à Paris) qui fut menacé pour avoir transmis des photos à la presse. Dans son allocution, le physicien Paul Janet évoque l'admiration et l'inspiration de Charles d'Almeida pour Jules Verne[37].

Avec l'invention de la stéréoscopie par Charles Wheatstone et les anaglyphes 3D travaillés par d'Almeida, Louis Lumière va reprendre ces travaux en les adaptant au cinéma en 1936[38].

Nécrologie

« La Science et l'instruction publique viennent de subir une perte, dans la personne de M. d'Almeida, secrétaire de la Société de physique, inspecteur général. Esprit fin et distingué, dévoué aux choses de l'esprit, aimé et estimé de tous, il laisse un vide considérable parmi les hommes de ce temps. On n'a oublié ni son rôle dans la commission scientifique de la Défense nationale, ni la création du Journal de physique et de la Société de physique, font il fut le principal promoteur; ni l'accueil bienveillant et les encouragements qu'il prodiguait aux innovateurs scientifiques et aux jeunes professeurs. Peu de pertes pouvaient être plus sensible à l'Université. Les obsèques de Mr d'Almeida, inspecteur général de l'instruction publique, auront lieu demain mercredi, à dix heures précises. Ceux de ses amis qui ne recevraient pas d'invitation particulière sont priés de considérer le présent avis comme une invitation. »

— Marcellin Berthelot, « Nécrologie », Le Temps, 10 novembre 1880[39]

Publications

  • Augustin Boutan, Joseph-Charles d'Almeida, Problèmes de physique, Dunod, 1862 quatrième édition de 1874 disponible sur Gallica
  • Paul-Jean Coulier, Joseph-Charles d' Almeida, Marcellin Berthelot, Vérification de l'aréomètre de Baumé, Gauthier-Villars, 1873.
  • Joseph-Charles d'Almeida, « Nouvel appareil stéréoscopique », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1858, XLVII, p. 61–63 disponible sur Gallica
  • Joseph-Charles d'Almeida, Cours élémentaire de physique suivi de problèmes, Dunod, 1874
  • Joseph-Charles d'Almeida, Cours élémentaire de physique, précédé de notions de mécanique et suivi de problèmes, par A. Boutan (...) et J.-Ch. d'Almeida, Dunod, 1863
  • Joseph-Charles d'Almeida, Cours élémentaire de physique, précédé de notions de mécanique et suivi de problèmes, par A. Boutan, (...) et J.-Ch. d'Almeida, Dunod, 1867
  • Joseph-Charles d'Almeida, Cours élémentaire de physique, précédé de notions de mécanique et suivi de problèmes, par A. Boutan (...) et J.-Ch. d'Almeida, Dunod, 1884
  • Joseph-Charles d'Almeida, Cours élémentaire de physique, suivi de problèmes, par A. Boutan (...) et J.-Ch. d'Almeida, Dunod, 1874
  • Joseph-Charles d'Almeida, Décomposition par la pile des sels dissous dans l'eau, Martinet, 1856
  • Joseph-Charles d'Almeida (...) et A. Boutan, Problèmes de physique, Dunod, 1862
  • Joseph-Charles d'Almeida, Thèse de physique, sur la décomposition par la pile des sels dissous dans l'eau, Martinet, 1856
  • Rapport sur une mission confiée à Charles d'Almeida par le Gouvernement de la Défense nationale dont l'objet était d’établir des communications entre la Province et Paris lors de la Guerre de 1870-1871, Imprimerie Deslis Frères et Cie Tours, 1913[40].
  • Journal de physique théorique et appliquée. A.(série 1), Bureau du journal de physique (Paris), 1872-1881
    • Tome 1, Bureau du journal de physique( Paris ), 1872, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 2, Bureau du journal de physique ( Paris ), 1873, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 3, Bureau du journal de physique (Paris), 1874, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 4, Bureau du journal de physique (Paris), 1875, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 5, Bureau du journal de physique (Paris), 1876, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 6, Bureau du journal de physique (Paris), 1877, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 7, Bureau du journal de physique (Paris), 1878, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 8, Bureau du journal de physique (Paris), 1879, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 9, Bureau du journal de physique (Paris), 1880, Texte en ligne disponible sur IRIS
    • Tome 10, Bureau du journal de physique (Paris), 1881, Texte en ligne disponible sur IRIS
  • Journal de physique théorique et appliquée. B.(Série 2), Bureau du journal de physique (Paris), 1882-1891

Distinctions

  • Chevalier de la Légion d'honneur en 1872[41] ;
  • Inspecteur général hors cadre de l’Instruction publique (enseignement secondaire, ordre des sciences), le 18 janvier 1879[42].

Notes et références

  1. a, b et c La diplomatie du libéralisme portugais et la solidarité aristocratique internationale (1828-1832) - Grégoire Bron, Ler História no 68, 2015, pp. 9-31
  2. (pt) Luis Miguel Bernado, Historias Da Luz E Das Cores, Editora da Universidade do Porto, 2005
  3. Hugues Didier et Madalena Larcher (dir.), Pédagogie missionnaire - Traduire - Transmettre, Éditions Karthala, 2012 (ISBN 978-2-8111-0776-5)
  4. Saint-Thomas d'Aquin, Baptêmes 1822 : Cote D6J 3721, Archives de Paris
  5. Les Inspecteurs généraux de l'Instruction publique. Dictionnaire biographique 1802 - 1914 sous la direction d'Isabelle Havelange, de Françoise Huguet, de Bernadette Lebedeff-Choppin et de Guy Caplat. Paris : Institut national de recherche pédagogique, 1986
  6. data.bnf.fr
  7. Le Petit Parisien du 25 novembre 1912
  8. http://data.bnf.fr/12952671/francois-armand_moreau/
  9. http://www.editions-harmattan.fr/auteurs/article_pop.asp?no=8244&no_artiste=11500
  10. La santé par l'hygiène par Nestor Gréhant, Librairie Ch. Delagrave, 1907
  11. L'émergence de l'astronomie physique en France (1860-1914) : acteurs et pratiques - Stéphane Le Gars, thèse de doctorat, discipline : épistémologie, spécialité : Histoire des sciences et des techniques, université de Nantes, HAL, 2007 [PDF]
  12. Nouvelles archives du Muséum d'histoire naturelle - 1903
  13. (pt) Francisco José de Paiva, 1.º barão e 1.º visconde de Paiva - O Portal da História
  14. Archives nationales, cote F/21/481 Lettre d'Adolphe de Païva : « Paris le 1er octobre 1862, Monsieur le Ministre, En l’absence de mon père, le Vicomte de Paiva qui est l’ami intime de M. D’Almeida, je prends la liberté de vous envoyer la demande officielle d’un congé de six mois que M. d’Almeida adresse à Votre Excellence. M. d’Almeida a des affaires de famille très graves, il est obligé de s’absenter pendant deux ou trois mois et aussitôt son retour, même avant l’expiration de congé demandé, il reprendrait ses fonctions. Veuillez excuser, Monsieur le Ministre, la liberté que je prends et je prie Votre Excellence d’agréer l’assurance de ma considération la plus haute. L’attaché à la Légation de Portugal. Adolphe de Paiva. »
  15. (en) New York, Private collection Feinberg [réf. insuffisante]
  16. (en) William Douglas O'Connor - The Walt Whitman Archive
  17. (en) The correspondance of Walt Whitman, vol. 1, 1842-1867, NYU Press, 2007, p. 77
  18. a et b Institut de France. Académie des Sciences. La Vie et L'œuvre de Gabriel Lippmann (membre de la section de physique générale) - Lecture faite dans la séance annuelle du 14 décembre 1931 par M. Emile Picard (Secrétaire Perpétuel).
  19. Jean Langevin, « Cent ans de Journal de physique », Le Journal de physique, t. 33, no 1,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  20. Jules Ferry, Lettres de Jules Ferry, 1846-1893, Paris, éd. Calmann-Lévy, , ciii-591-[2] p., 22 cm (notice BnF no FRBNF32102454, lire en ligne), « A Gambetta – [Paris] 14 décembre 1870 », p. 88. Une note de bas de page, dans ce volume, précise que M. d'Almeida est « professeur de l’Université ».
  21. Alfred Sircos] et Th. Pallier (collaborateur) (préf. Nadar, ill. A. Tissandier et alii), Histoire des ballons et des ascensions célèbres, Paris, F. Roy, libraire-éditeur, , 476 p., in-4° (notice BnF no FRBNF31373860), p. 421
  22. Lucien Poincaré, La Physique moderne. Son évolution, Flammarion, 1909 disponible sur Gallica
  23. Isabelle Havelange et al., « ALMEIDA Joseph Charles d' » in Havelange Isabelleet al., Les inspecteurs généraux de l'Instruction publique. Dictionnaire biographique 1802-1914, Institut national de recherche pédagogique, 1986 p. 126-127
  24. Albert Fernique, Un voyage en ballon pendant le siège de Paris, novembre 1870, Saint-Quentin, J. Moureau, imprimeur, , 18 p., in-8° (notice BnF no FRBNF30429290, lire en ligne), p. 1.
  25. Andrés Martínez Matiz, Les origines et les premières années de la Société française de physique (1873-1905), Paris, [éd. par l'auteur], , 106 p., 30 cm (lire en ligne), p. 38.
    Sur le site de la SFP, ce mémoire de DEA en épistémologie et histoire des sciences, présenté devant l'Université Paris 7-Denis Diderot, est scindé en quatre parties, le passage mentionné ici se trouvant en page 14 (sur 22) du document PDF constituant la seconde partrie.
  26. Séances de la Société française de physique, année 1881 [lire en ligne]
  27. Archives de Paris, cote D1P4 137
  28. Ampère et l'histoire de l'électricité - CNRS
  29. Archives de Paris : Direction générale de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre, Registre des mutations par décès.
  30. L. Hougueville, Souvenirs de l’Année terrible – Une mission du physicien d’Almeida, Le Temps, 1er mai 1913, p. 3 disponible sur Gallica
  31. Le Petit Parisien du 14 novembre 1880
  32. Ossuaire parisien : Thiais après le Père-Lachaise - Olivier Pelladeau, Funéraire-Info, 18 décembre 2015
  33. Institut national d'histoire de l'art, page sur Henry Jouin, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1884, pp. 115-116, disponible sur Gallica
  34. Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine – cote : F/21/481 Buste d’Almeida, pour la Société française de physique. (1881-1882)
  35. La Santé par l'hygiène, Delagrave, 1907 lire sur Google Livres
  36. Ballon no 44 : « Le Gutenberg » - Coppoweb.com
  37. Rapport sur une mission confiée à Charles d'Almeida par le Gouvernement de la Défense nationale, Imprimerie Deslis Frères et Cie, Tours, 1913
  38. Invention des techniques de la 3D - La 3D au cinéma (TPE des élèves du Lycée français de Los Angeles)
  39. disponible sur Gallica
  40. Cote no 116521 Bibliothèque Historique de la Ville de Paris
  41. « Cote LH/25/21 », base Léonore, ministère français de la Culture
  42. Cote F/21/481 - Archives nationales.

Annexes

Bibliographie

  • Martha Cecilia Bustamante, André Martinez, Terry Shinn, « Naissance et premiers pas de la SFP : 1873 -1905 », Bulletin de la Société française de physique, no 149, p. 15-19, 2005 [lire en ligne].
  • Mémoire de D.E.A. d’Andrés Martinez catalogué dans le fonds documentaire du C.N.A.M. [1]
  • Mémoire de D.E.A. d'Andrés Martinez - Matiz dans le fonds documentaire de la Bibliothèque de l'école Polytechnique [2]
  • J. Balteau, M. Barroux, M. Prevost, Dictionnaire de biographie française, tome 2, Letouzey et Ané, 1936.
  • Edmond Bouty, « Notice sur la vie et les travaux de J. Ch. d'Almeida », Journal de physique théorique et appliquée, t. IX, 1880, p. 425-434 [lire en ligne].

Liens externes