Charles Ier d'Aumale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles de Lorraine et Aumale.
Charles Ier de Lorraine
Charles duc d Aumale 1581.jpg

Charles, en 1581 lors du bal de mariage du duc de Joyeuse.

Titre de noblesse
Duc d'Aumale
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Claude de Lorraine
Catherine de Lorraine (d)
Diane de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Marie de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Distinctions
Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit (d)
Chevalier de l'ordre de Saint-MichelVoir et modifier les données sur Wikidata
Armoiries duc d'Aumale.svg

blason

Charles Ier de Lorraine, duc d'Aumale, gouverneur de Picardie (- 1631 à Bruxelles) est un chef ligueur appartenant à la maison de Guise. Il vécut en exil après l'échec de la Ligue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est fils de Claude II de Lorraine, duc d'Aumale, et de Louise de Brézé. Avec son cousin Henri Ier le Balafré, duc de Guise, il combat le prince de Condé en 1575. À la mort de son père en 1573, il devient duc d'Aumale. Il est fait chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le par Henri III.

Il fut l'un des chefs de la Sainte-Ligue, gouverneur de Picardie et Grand Veneur de France. Il conduit la révolte en Picardie 1587, mais tente un rapprochement avec Henri III. L'assassinat de son cousin en 1588 met fin à ce rapprochement et les combats reprennent. Il est battu à Senlis le par les forces d'Henri III et d'Henri de Navarre. Fait prisonnier à la bataille d'Ivry, il refuse de se soumettre et continue la lutte. Le Parlement de Paris le condamne pour crime de lèse-majesté et saisit ses biens le . Il s'exile au Château d’Aumale à Bruxelles, alors capitale des Pays-Bas espagnols, où il termine sa vie. Son exil a duré trente ans. Il est le seul membre de la famille des Guise à avoir obstinément refusé de se soumettre au roi.

S'étant mis au service de l'archiduc Albert, il est doté de charges honorifiques et combat dans l'armée espagnole. Il est blessé à lors de la bataille des Dunes (1600).

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il épouse à Joinville le sa cousine germaine, Marie (1555 † 1605), fille de René II d'Elbeuf, baron d'Elbeuf et de Louise de Rieux, et il a :

  1. Charles (1580 † jeune)
  2. Henri († jeune)
  3. Marguerite († jeune)
  4. Anne (1600 † 1638), mariée en 1618 à Henri de Savoie (1572 † 1632), duc de Nemours
  5. Marie, peut-être fiancée à Ambroise, marquis de Spinola (mais aucune source historique ne l'atteste[1])

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Ligueurs de l'exil, p. 227

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]