Charles II (duc de Parme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Louis (roi d'Étrurie puis duc de Lucques)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles II.

Charles II de Parme
Charles-Louis de Lucques
Charles-Louis d'Étrurie
Illustration.
Portrait du duc de Parme.
Titre
Duc de Parme et de Plaisance
Charles II

(1 an, 2 mois et 25 jours)
Prédécesseur Marie-Louise d'Autriche
Successeur Charles III
Duc de Lucques
Charles-Louis

(23 ans, 6 mois et 22 jours)
Prédécesseur Marie-Louise de Bourbon
Successeur Suppression du titre
Roi d'Étrurie
Charles-Louis[1]

(4 ans, 6 mois et 13 jours)
Prédécesseur Louis Ier
Successeur Élisa Bonaparte comme grande-duchesse de Toscane
Biographie
Titre complet Duc de Parme et de Plaisance
Duc de Lucques
Roi d'Étrurie
Dynastie Maison de Bourbon-Parme
Nom de naissance Carlo Ludovico Ferdinando di Borbone
Date de naissance
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Nice (France)
Père Louis Ier d'Étrurie
Mère Marie-Louise Ire de Lucques
Conjoint Marie-Thérèse de Savoie
Enfants Louise de Bourbon
Charles III Red crown.png
Héritier Ferdinand-Charles
Religion Catholique

Charles II (duc de Parme) Charles II (duc de Parme)
Duc de Parme et de Plaisance
Roi d'Étrurie
Duc de Lucques

Charles-Louis de Bourbon, infant d'Espagne, né à Madrid le , mort à Nice le , fut successivement roi d'Étrurie de 1803 à 1807 sous le nom de Charles-Louis[1], duc de Lucques de 1824 à 1847 sous le nom de Charles-Louis, duc de Parme sous le nom de Charles-Louis[2] puis de Charles II[3] du 17 décembre 1847 au 14 mars 1849 date de son abdication.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de Bourbon-Parme.
Charles-Louis de Bourbon, prince héréditaire d'Étrurie.

Né à la cour d'Espagne en 1799, il est le fils de Louis Ier, roi d'Étrurie et de son épouse Marie-Louise de Bourbon, infante d'Espagne. Petit-fils du duc Ferdinand Ier de Parme et de son épouse l'archiduchesse Marie-Amélie, il appartient à la maison de Bourbon-Parme.

L'héritier[modifier | modifier le code]

Depuis 1796, le duché de Parme est sous occupation française. En 1801, Napoléon signe un traité d'alliance avec Charles IV d'Espagne, grand-père de Charles-Louis. L'Espagne exige que la famille régnante de Parme soit maintenu sur le trône, mais Napoléon, dominant l'Italie, fonde le royaume d'Étrurie qu'il cède au gendre de Charles IV et héritier du trône de Parme, le prince Louis qui devient le roi Louis Ier. Quant au duché de Parme, il est annexé par la France. Charles-Louis devient donc, en mars 1801, l'héritier du nouveau royaume d'Étrurie. Élevé par sa mère la reine Marie-Louise, il passe son enfance à Florence avec sa sœur la princesse Marie-Louise.

Roi d'Étrurie[modifier | modifier le code]

En 1803, le roi Louis s'éteint à l'âge de 29 ans. Son fils et héritier est proclamé roi sous le nom de Charles-Louis[1]. N'ayant que 4 ans, la régence est exercée par sa mère la reine Marie-Louise. Couronné à l'âge de 7 ans, son royaume est alors victime des ambitions des Français et de Napoléon, l'allié d'hier. En froid avec l'Espagne, et ayant pour projet de rétablir le grand-duché de Toscane avec sa sœur la princesse Elisa, l'empereur propose à la régente Marie-Louise de renoncer au royaume en échange de titres, de pensions et de terres en France. Mais celle-ci refuse catégoriquement, se rendant même jusqu'à Madrid, pour pousser son père à rompre avec Napoléon. Mais le gouvernement espagnol, soumis au gouvernement français, ne peut en aucun cas prendre les armes contre les Français pour l'Étrurie.

La duchesse de Lucques Marie-Louise, avec ses deux enfants.

En 1807, Napoléon dissout le royaume d'Étrurie dont le territoire est rattaché à l'Empire. La reine déchue se réfugie à Madrid avec ses enfants puis suit son père destitué et exilé en France au Château de Compiègne par Napoléon, en 1808. L'année suivante, l'empereur envoie l'ex-souveraine en résidence surveillée à Nice, à la villa Grandis.

Duché de Lucques[modifier | modifier le code]

Après la chute de Napoléon, l'Europe est réorganisée par le Congrès de Vienne. Marie-Louise réclame alors le duché de Parme qui revient de droit à son fils. Mais c'est l'archiduchesse et impératrice Marie-Louise d'Autriche, qui obtient grâce au soutien de Vienne, le trône de Parme. Lorsque celle-ci accède au trône, elle prête serment et accepte les conditions du congrès qui l'oblige, à sa mort, à rendre Parme aux Bourbon-Parme. Pour la dédommager de Parme, le congrès attribue à l'ancienne reine d'Étrurie le minuscule duché de Lucques. Elle s'y installe avec ses deux enfants et achève leur éducation. À la mort de celle-ci en 1824 à l'âge de 41 ans, son fils l'ex-roi Charles-Louis[1] devient duc de Lucques, toujours sous le nom de Charles-Louis. Pendant plus de 20 ans, il gouverne ce petit État avec sérieux. Proche de ses sujets, il n'oublie cependant pas le trône de Parme, dont il est l'héritier légitime et en droit.

Mariage[modifier | modifier le code]

Le 15 août 1820, il épouse Marie-Thérèse de Savoie, fille du roi Victor-Emmanuel de Sardaigne. De cette union naissent Louise de Bourbon (1821-1823), princesse de Lucques et Ferdinand-Charles de Bourbon (1823-1854), prince héréditaire de Lucques puis de Parme, qui deviendra plus tard, Charles III.

Duc de Parme et de Plaisance[modifier | modifier le code]

Le duc Charles II de Parme vers 1850.

En 1847, le comte Charles-René de Bombelles, prévient le duc de Lucques de la santé déclinante de la duchesse Marie-Louise de Parme (épouse de Bombelles). Le 4 octobre, Charles-Louis signe avec le grand-duc Léopold II de Toscane un traité d'annexion du duché de Lucques par la Toscane. Le lendemain, le souverain lucquois abdique[4], avec le contreseing de son fils, le prince héréditaire Ferdinand-Charles, qui « concourt pleinement et solennellement à cette abdication » en faveur de Léopold II, et « la confirme et la ratifie, pour lui comme pour ses héritiers et successeurs ». Depuis les émeutes survenues à Lucques en septembre, la famille régnante s'est réfugiée à Modène. C'est là qu'ils résideront jusqu'en décembre. À la mort de la duchesse Marie-Louise, Charles-Louis entre à Parme avec toute sa famille, accueillie par un peuple en deuil de sa souveraine. À partir du 19 janvier 1848, le duc prend le nom de Charles II.

Autoritaire et hostile à la population, le nouveau souverain est confronté aux mouvements révolutionnaires de 1848 qui suive le Printemps des peuples. Refusant d'approuver un nouveau texte de lois, le duc ordonne, dans un premier temps, la répression. Mais voyant son incroyable impopularité et l'ultime chance de sauvegarder la monarchie, Charles II peu intéressé par la politique, abdique dès l'année suivante en faveur de son fils qui devient Charles III.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Après son abdication, Charles II s'éloigne de Parme avant de s'exiler en France après l'avènement du Second Empire de Napoléon III. Apprenant l'assassinat de son fils en 1854, il revient dans le duché afin de soutenir sa belle-fille, la régente Louise d'Artois, et son jeune petit-fils, Robert Ier. Après la chute définitive de la monarchie en 1859, il s'exile de nouveau en France, à Nice, où il meurt le 16 avril 1883.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (it) Édit royal du 28 mai 1807. « Le deuxième roi d'Étrurie fut Charles-Louis et non pas Louis II » : Hervé Pinoteau et Patrick Van Kerrebrouck, Clefs pour une somme, La Roche-Rigault, PSR éditions, , 294 p. (ISBN 2-908571-61-7), p. 90.
  2. https://books.google.fr/books?id=LRQYAAAAYAAJ&pg=PA62
  3. https://books.google.fr/books?id=LRQYAAAAYAAJ&pg=PA63
  4. (it) Acte d'abdication du duc de Lucques, ratifié par son fils.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Tableau généalogique de la Maison de Bourbon de Bernard Mathieu et d'André Devêche Edit de La Tourelle (1984)