Charles Howard-Bury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Howard-Bury
1921 Mount Everest expedition members (cropped).jpg

Charles Howard Bury (debout, deuxième à gauche).

Fonction
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Château de Charleville (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Nom de naissance
Charles Kenneth Howard-BuryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Collège d'Eton
Royal Military College de Sandhurst (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
32e Parlement du Royaume-Uni (d), 33e Parlement du Royaume-Uni (d), 35e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Arme
Conflit
Distinction
Grande médaille d'or des explorations (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Charles Kenneth Howard-Bury ( - ) est un militaire, explorateur, botaniste et homme politique britannique.

Militaire, il est en poste en Inde. Très intéressé par l'alpinisme depuis sa jeunesse, il participe à l'expédition britannique de reconnaissance à l'Everest de 1921 autorisée par le 13e dalaï-lama Thubten Gyatso et en tire le livre Mount Everest The Reconnaissance, 1921 (1922, publié en français un ans plus tard[1]). Il est par la suite élu au Parlement britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1905, Charles Howard Bury, après s'être coloré la peau avec du brou de noix et déguisé, entra au Tibet, traversant des cols élevés menant au Kailash[2].

Plus tard, il visita le Pamir et le Turkestan russe, le Cachemire et le Karakoram. Féru de sacré, il connaissait les travaux de Jiddu Krishnamurti et de Kahlil Gibran et rencontra des moines bouddhistes d'Angkor Wat, des grands prêtres et gardiens de sanctuaires en Chine et des mystiques du Tibet. En Inde, il longea les eaux du Gange en pèlerinage, en s'oignant d'huiles parfumées pour écouter les enseignements du sanskritiste Rewal à Badrinath. Dans une ville sacrée, il se fit une réputation pour avoir tué un tigre ayant dévoré 21 fakirs et sages[2].

Naturaliste et écrivain, il maîtrisait 27 langues asiatiques et européennes[2].

En 1913, Bury explora le Tian Shan durant six mois. Dans un marché, il acheta un ourson, qu'il surnomma Agu. Il le porta sur son cheval durant son expédition, et l'amena en Irlande dans son domaine à Belvedere, où il grandit et vécut dans l'arboretum[2].

Bury participa à la Première Guerre mondiale, jusqu'à sa capture lors de l'offensive du printemps de 1918. Dans la Somme, il devint presque fou. Ayant reçu l'ordre de réaliser une tranchée de communication lors de la bataille du bois Delville, lui et ses hommes durent creuser non pas les sols crayeux de Picardie, mais des monceaux de cadavres, morts des deux côtés[2].

En 1921, menant l'expédition britannique de reconnaissance à l'Everest de 1921, il décida de faire un pèlerinage de 11 mois depuis Lhassa, parcourant 1 000 km vers Katmandou, en progressant à longueur de son corps en prosternation rituelle (gyangchag-tsallgen en tibétain). Pour Bury, ayant échappé à l'horreur de la Flandre, c'était l'affirmation d'un but religieux[2].

L'expédition atteignit son but, la ville de Tingri, juste après midi le 19 juin, exactement un mois et 582 km après avoir quitté Darjeeling[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • À la Conquête du Mont-Everest, préface de Roland Bonaparte, traduction Georges Moreau, Paris, Payot & Cie, 1923

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Hambursin, Récits du dernier siècle des voyages: de Victor Segalen à Nicolas Bouvier, p. 19 [lire en ligne]
  2. a, b, c, d, e, f et g Wade Davis, My hero: Charles Howard Bury by Wade Davis, 23 novembre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]