Charles Guignebert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Guignebert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Nationalité
Activité

Charles Guignebert, né le 18 juin 1867 à Villeneuve-Saint-Georges[1] (actuel Val-de-Marne, alors en Seine-et-Oise), mort le 27 août 1939 à Clamecy (Nièvre), est un historien français des religions, spécialiste de l'histoire du christianisme.

C'est, avec Alfred Loisy, un des premiers historiens français qui aient abordé ce sujet de manière scientifique et non confessionnelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Guignebert est issu d'une famille d'artisans[2] sans attaches religieuses.

Après ses études secondaires, il fait des études d'histoire et est reçu deuxième à l'agrégation d'histoire et géographie en 1892[3] ; il est d'abord nommé dans un lycée de Toulouse. Bien que dépourvu de formation religieuse, il s'intéresse à l'histoire du christianisme ; en 1901, il obtient un doctorat ès lettres avec une thèse latine sur Pierre d'Ailly et surtout sa thèse française sur Tertullien, qui reste une référence[4] pour l'analyse des relations entre chrétiens et monde romain.

Élève d'Ernest Renan[réf. nécessaire], il professe à partir de 1905 un cours d'histoire du christianisme à la Sorbonne . Lors de sa leçon inaugurale, il déclare vouloir faire de l'histoire du christianisme « une histoire comme les autres »[4].

En 1919, il devient le premier titulaire de la chaire instituée dans ce domaine. Il enseigne le christianisme ancien et médiéval à la Sorbonne jusqu'en 1937 ; parmi ses étudiants, se trouve, au milieu des années 1920, Henry-Irénée Marrou, son successeur.

Il meurt peu après sa retraite, laissant inachevé son dernier livre, Le Christ.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Un chercheur laïc[modifier | modifier le code]

Imprégné de la méthode de Loisy et des travaux des exégètes et historiens allemands, son enseignement suit un point de vue rigoureusement rationaliste, sans aucune concession aux thèses de l'apologie religieuse, comme il l'explique dans l'introduction de son livre sur Jésus (1933) : « Les Évangiles sont des écrits de propagande, destinés à organiser et authentiquer, en la rendant vraisemblable, la légende représentée dans le drame sacré de la secte et à la conformer aux coutumes de la mythologie de l'époque »[5].

Ses études et options le font prendre part — mais plutôt en tant qu'observateur — à la crise moderniste à propos de laquelle ce laïc rationaliste estime dans Modernisme et tradition catholique en France (1907) que les contradictions internes vouent le modernisme à l'échec[6]. D'un point de vue d'historien, Guignebert a la volonté de poser la question du traitement scientifique de l'histoire de la naissance puis de l'enracinement du christianisme dans le monde antique, une volonté qu'il partage avec Alfred Loisy. Néanmoins, une différence fondamentale d'approche oppose les deux hommes — qui cependant s'estiment[7] — à propos du christianisme, le second cherchant à atteindre une vue d'ensemble sur ce qu'il voit comme « la » religion et le premier enseignant « une » religion qui se développe parmi d'autres dans la société antique particulièrement dans un contexte judaïque. Guignebert professe d'ailleurs que « la » religion est l'objet de réflexion des philosophes et « les » religions, celui des historiens[8].

Guignebert, qui use parfois de la méthode comparative dans ses travaux — sans toutefois s'engager trop loin dans cette voie[9] — afin de reconstruire une histoire des origines chrétiennes[10], se démarque Maurice Goguel, spécialiste de Paul de Tarse, qui, à la même époque professe une philosophie de l’histoire. Guignebert insiste sur le cadre syncrétique du judaïsme dans l’origine du christianisme en estimant possible d’atteindre le Jésus historique[11].

La Vie de Jésus de Charles Guignebert[modifier | modifier le code]

Lorsque l'Union rationaliste est fondée en 1930 à l'appui de « l’école mythique », dans un débat relancé par la parution des Mémoires de Loisy, Guignebert défend la réalité historique de Jésus de Nazareth. Il est l'auteur, en 1933 de la première Vie de Jésus à vocation historienne en français (Jésus, 1933) dans un ouvrage sans attache religieuse[12]. Il y critique notamment les thèses mythistes de Couchoud, B. Smith, Robertson, Jensen, Kalthoff et Drews. Il considère Jésus de Nazareth comme un prophète qui, s'il s'inscrit dans la tradition prophétique d’Israël, s'en démarque par son messianisme intériorisé, de conversion et non pas nationaliste[13].

Guignebert estime par ailleurs que les recherches émanant des milieux catholiques, tels ceux de Marie-Joseph Lagrange ou de Joseph Bonsirven, sont teintés de présupposés dogmatiques en défendant notamment l'originalité absolue de la religion d’Israël qui, les suivant, n'aurait pas subi d'influences externes[14]. Plus généralement, à l'instar de Loisy, Guignebert s'oppose toute sa vie durant à une conception apologétique de l'usage de la critique historique marquée de théologie confessionnelle, accusée de confondre histoire et théologie, un genre dont relève les travaux de Maurice d'Hulst, de Lagrange, Bonsirven, Pierre Batiffol, Jules Lebreton ou encore l'Histoire de l'Église d'Augustin Fliche et Victor Martin[15].

Les deux trilogies[modifier | modifier le code]

Son œuvre, importante, embrasse l'histoire générale du christianisme, dans sa totalité. Elle se divise en deux trilogies dont la première traite de Jésus de Nazareth et son environnement judaïque avec les ouvrages Jésus (1933), Le Monde juif vers le temps de Jésus (1935) et finalement Le Christ (1943), ouvrage publié après sa mort, demeuré incomplet et qui aurait dû connaître une suite intitulée l'Église restée à l'état de projet. Ces trois ouvrages forment une excellente synthèse qui conserve un certain attrait malgré les progrès que les découvertes des documents de Nag Hammadi puis de Qumrân ont depuis apportés à la recherche concernant l'étude du judaïsme et du christianisme anciens[16].

Une deuxième trilogie brosse l'histoire de l'institution ecclésiale, divisée entre les origines (1907), le christianisme antique (1921) puis le Moyen Âge et l'époque Moderne (1922).

La postérité de son œuvre : de Guignebert à Marrou[modifier | modifier le code]

L'approche de l'histoire des origines chrétiennes de Guignebert, si elle maintient l'existence de Jésus et le rôle de celui-ci dans le processus, est entachée de préjugés scientistes propres à l'époque[17]. C'est pourtant avec son élève et successeur Henry-Irénée Marrou que la méthodologie historique et la théologie de l'histoire connaitront des avancées décisives en France[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Thèses
  • Tertullien Étude sur ses sentiments à l'égard de l'empire et de la société civile, E. Leroux, 1901, XXIV+615 p[19].
  • De imagine mundi ceterisque Petri de Alliaco geographicis opusculis ["De l'image du monde et des autres opuscules géographiques de Pierre d'Ailly"], Paris, E. Leroux, 1902, 101 p[20].
Autres ouvrages
  • Manuel d'histoire ancienne du christianisme : les origines, 1907
  • L'Évolution des dogmes, 1910, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 351 p.
  • Le Problème de Jésus, 1914, Coda, 2008, (ISBN 978-2-84967-055-2)
  • Le Christianisme antique, 1921, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique
  • Le Christianisme médiéval et moderne, 1922, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique
  • La Vie cachée de Jésus, 1924
  • Dieux et religions, série de conférences de L'union de libres penseurs et de libres croyants pour la culture morale, 1926
  • Jésus, La Renaissance du Livre, coll. L'Évolution de l'humanité, XXIX, 1933 (rééd. Albin Michel, 1969)
  • Le Monde juif vers le temps de Jésus, 1935
  • Le Christ, éd. Albin Michel, coll. L'Évolution de l'humanité, XXIX bis, 1943, (rééd. 1969). Ouvrage inachevé

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Trocmé, article « Charles Guignebert », dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. 9 : Les sciences religieuses : le XIXe siècle : 1800-1914, éd. Beauchesne, 1996 p. 308-309, disponible en ligneDocument utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marguerite Brunot, « Charles Guignebert (1867-1939) : sa vie et son œuvre », dans Annales de l'Université de Paris, juillet-octobre 1939, p. 365-380
  • François Laplanche, « De Loisy à Guignebert », dans Yves-Marie Hilaire (dir.), De Renan à Marrou : l'histoire du christianisme et les progrès de la méthode historique (1863-1968), éd. Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 57-72, extraits disponibles en ligne
  • Émile Poulat, article « Guignebert, Charles », dans l' Encyclopaedia Universalis, 2010
  • François Laplanche, La crise de l'origine. La science catholique des Évangiles et l'histoire au XXe siècle, éd. Albin Michel, Paris, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance de Charles Guignebert : AD94, cote 1M1515, vue 91, en ligne.
  2. Cf. acte de naissance : son père est tonnelier ; sa mère sans profession ; ils habitent à Choisy-le-Roi ; la naissance a lieu chez la grand-mère maternelle.
  3. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation (consulté le 19 juin 2014).
  4. a et b Trocmé, p. 308
  5. Jésus, 1933, p. 67
  6. Poulat, Encyclopaedia Universalis, 2010
  7. Loisy, qui s'éteindra peu après, rédige la notice nécrologique de Guignebert dans la Revue historique et l'y compare à Renan lui-même ; cf. François Laplanche, op. cit.
  8. François Laplanche, « De Loisy à Guignebert », in Yves-Marie Hilaire (dir.), De Renan à Marrou : l'histoire du christianisme et les progrès de la méthode historique (1863-1968), éd. Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 63, extrait en ligne
  9. S'il a été séduit par le comparatisme à la suite de Loisy et des chercheurs allemands, il est toutefois resté davantage historien qu'historien des religions dans sa façon d'aborder le sujet ; Étienne Trocmé in « Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine », vol. 9 : Les sciences religieuses : le XIXe siècle : 1800-1914, éd. Beauchesne, 1996, p. 308
  10. Yves-Marie Hilaire, De Renan à Marrou : l'histoire du christianisme et les progrès de la méthode historique (1863-1968), éd. Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 13
  11. Daniel Moulinet, « François Laplanche, La Crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle », in Revue de l’histoire des religions, 4/2007, article en ligne
  12. Simon Claude Mimouni, Le christianisme des origines à Constantin, P.U.F., coll. « Nouvelle Clio », 2006, p. 60
  13. Daniel Moulinet, « François Laplanche, La crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle  », in Revue de l’histoire des religions, 4/2007, article en ligne
  14. Daniel Moulinet, « François Laplanche, La Crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle », in Revue de l’histoire des religions, 4/2007, article en ligne
  15. François Laplanche, « De Loisy à Guignebert », in Yves-Marie Hilaire (dir.), De Renan à Marrou : l'histoire du christianisme et les progrès de la méthode historique (1863-1968), éd. Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 59
  16. Trocmé, p. 309
  17. Yves-Marie Hilaire, De Renan à Marrou, op. cit., p. 13
  18. Yves-Marie Hilaire, De Renan à Marrou, op. cit., p. 16
  19. Notice SUDOC
  20. Notice SUDOC