Charles Gaspard Dodun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Gaspard Dodun
Dodun d'Herbault.jpg

Charles Gaspard Dodun par Hyacinthe Rigaud

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Charles Gaspard Dodun, marquis d'Herbault, est un homme d'État français né à Paris où il est baptisé (paroisse Saint-Nicolas-des-Champs) le et mort à Paris, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils de Charles Dodun, conseiller au parlement de Paris et de Marie Gayardon, ses titres de noblesse remontent à 1555. La protection conjointe de Mme de Prie et du duc de Bourbon fit de Charles-Gaspard, un président dès 1710. Il est nommé, le , maître des requêtes et membre du Conseil des finances puis, en décembre 1721, l’un des commissaires des finances qui furent désignés pour assister le contrôleur général Félix Le Peletier de la Houssaye.

Le , il est promu intendant des finances, et enfin, le 21 avril de la même année, contrôleur général.

Sa nomination est accueillie favorablement et l’Académie Française tient à le complimenter. Saint-Simon décrit Dodun comme quelqu’un de capable et d’honnête. Titré marquis d’Herbault en Beauce par lettres patentes de mars 1723, grand trésorier des ordres du roi le , il est cependant accusé de malversations financières sur le trésor royal, et démissionnera de ses charges sous l’influence de Fleury le (trois jours après le renvoi du duc de Bourbon).

Détesté alors de toute la cour et du peuple, on lui doit cependant d’avoir établi « l’arrêt du 15 juin », stabilisant la valeur du louis et de l’écu et d’avoir initié, par ses rapports, le jeune roi Louis XV aux matières de finance et d’administration.

Après avoir épousé, en 1703, Marie-Anne Sachot et avoir perdu son fils en bas-âge en 1724, Dodun s’éteint à Paris, dans son hôtel particulier qu'il avait fait construire par Jean-Baptiste Bullet de Chamblain, vers 1715, et qui existe toujours au no 21 de la rue de Richelieu, sous le nom d'hôtel Dodun.

Détenteur du château d'Herbault (actuel département de Loir-et-Cher) et fondateur de la commune d'Herbault où il créa un grenier à sel qui donna un grand essor à la région grâce à la perception de la gabelle, Dodun réorganisa la reconstruction de la ville de Châteaudun à la suite du grand incendie qui ravagea la cité en 1723.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le portrait de l'intendant des finances a été peint par Hyacinthe Rigaud en 1723 contre 3000 livres[1]. Il est représenté, assis dans un large fauteuil, une plume à la main, en train d'écrire un courrier administratif. Il porte le grand cordon de l'ordre du Saint-Esprit ainsi que la croix brodée sur le cœur, illustrations de son titre de Grand trésorier de l'ordre.

Il existe une copie réduite de ce portrait, mais de moins bonne qualité[2].

Enfin, le portrait a été gravé, en médaillon, par Pierre Drevet en 1726, « demi-figure avec une main, tirée d’un tableau de plus grande composition, un peu ajustée cependant par M. Rigaud à l’ouverture ovale »[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J. Roman, Le livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. p. 196, 198, 199, 201. : Mireur, 1910, II, p. 538, 540, 546 ; Perreau, 2004, p. 191, repr. fig. 168
  2. Huile sur toile d’après Rigaud (en buste). 81,6 x 64,6 cm. Nantes, musée des Beaux-arts. Inv. 690. Ancienne Collection François Cacault-Clisson ; Achat du musée (1810). Voir Cat. Nantes, 2005, no 55, p. 67
  3. Dans la bordure de l’ovale de pierre : « CHARLES GASPARD DODUN, CHEV.ER MARQUIS D’HERBAULT, COMM.DEUR ET GRAND TRESORIER DES ORD.RES DU ROY, CONS.LER GNAL DES FIN.CES DE FRAN.CE ». Dans l’ovale, sur le bord extérieur, de part et d’autre d’une composition aux armes, respectivement à gauche et à droite : « H. Rigaud pinxit en 1724 - P. Drevet sculpsit en 1726 ». 46 x 38 cm. Voir : Mariette, 1740-1770, III, f° 48 r°, no 72, VII, f ° 21 ; Lelong, 1775, p. 179 ; Paignon-Dijonval, 1810, 7534 ; Nagler, 1843, XIII, p. 185 ; Le Blanc, 1856, II, P-I. Dr., no 25 ; Dussieux, 1854, p. 195 ; Barbier, 1866, t. I, vol. I, p. 429 ; Firmin-Didot, 1876, P. Dr., no 39 ; Firmin-Didot, 1875-1877, P. Dr., no 422 ; Portalis & Béraldi, 1880-1882, II, p. 21, no 54 ; Potier de Courcy, 1884-1890, Anselme 1726, IX, p. 427 ; Levallois-Clavel, 2005, I, p. 31, 87, 126 ; Ibid. II, p. 259-260, cat. P.-I. Dr. no 126/V.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baron de Sénevas, Une famille française du XIVe au XXe siècle... I. Généalogie de la famille Dodun, Paris, 1938
  • Roger Hénard, « Le château d’Herbault au XVIIIe siècle », Bulletin de la section culturelle du syndicat d’initiative de la vallée de la Cisse, 1972
  • Michel Antoine, Le Gouvernement et l'administration sous Louis XV, Paris, 1978
  • Daniel Dessert, Argent, Pouvoir et Société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984
  • Françoise Bayard, Joël Félix, Philippe Hamon, Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances, Paris, 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sa carrière politique