Charles Féry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Féry
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Charles Jean Victor FéryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Charles Féry, né le à Paris, mort le à Paris, est un physicien français, constructeur d'instruments scientifiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur (1° promotion, diplômée en 1885) de l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris[1] (EPCI à l'époque, aujourd'hui ESPCI ParisTech), il devient professeur d'optique de cette même École de 1902 à 1926.

Il se spécialise dans la conception d'instruments de mesure comme un spectrographe que la société Beaudouin commercialisa pendant plus d’un demi-siècle. Il est également le concepteur d'un actinomètre pour la mesure des rayonnements solaires[2], d'un réfractomètre utilisé pour la mesure de composition des solutions, d'un pyromètre connu sous le nom de "lunette de Féry" encore employé dans la sidérurgie, et d'un étalon lumineux brûlant de l'acétylène.

Il faut ajouter l’horloge électrique à pendule à aimant permanent construite à des milliers d’exemplaires pour les grandes horloges rondes des quais de gare et des mairies. Une pile Féry (chlorure d'ammonium, zinc et charbon) était capable d'assurer leur fonctionnement pendant plusieurs années.

Quand éclata la première guerre mondiale, Féry ouvre un cours de TSF et de télégraphie militaire pour les élèves de son École. Il apporte sa contribution au développement d'appareils de télémesure utilisés pour les tirs d'aviation et les bombardements.

Plusieurs instruments construits par Féry lui-même sont en exposition à l'Espace Pierre-Gilles de Gennes à l'ESPCI ParisTech.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ingénieurs de la 1e promotion de l'ESPCI
  2. Guillaume Durey, André Pierre Legrand et Denis Beaudouin, « Le télescope oublié de Charles Féry », Pour la science, no 485,‎ , p. 74-79.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Titres et travaux de Charles Féry et description des principaux appareils exposés à l'occasion du cinquantenaire de l'École de physique et de chimie industrielles, 1882-1933, Typographie de l'École Estienne, 1933.

Liens externes[modifier | modifier le code]