Charles Dollfus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dollfus.
Charles Dollfus
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père
Enfant
René Dollfus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charles Dollfus, né à Mulhouse le et mort à Paris le , est un philosophe, romancier et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Dollfus, il fait ses études en Suisse et à Paris, où il fait son droit. Protestant appartenant au courant libéral, «antipapiste militant», selon une expression de René Martin[1], il s'inscrit au barreau de Paris en 1848, puis à celui de Colmar en 1852. Il ne tarde pas toutefois à suivre ses goûts littéraires et philosophiques. Revenu à Paris, il fonde avec Auguste Nefftzer en 1857 la Revue germanique, plus tard édité sous le titre de Revue moderne, dont il devient directeur. Il entre à la rédaction du Temps, fondé en avril 1861, sous la direction de Nefftzer, et collabore à plusieurs autres revues. Il publie par ailleurs des romans et nouvelles (dont Le Docteur Fabricius qui a inspiré à son neveu Charles Koechlin le poème symphonique du même nom) ainsi que des ouvrages de critique littéraire et de philosophie.

Choix de publications[modifier | modifier le code]

  • Lettres philosophiques, 1851
  • Le Calvaire, 1855 Texte en ligne
  • Essai sur la philosophie sociale, 1856 Texte en ligne
  • Révélation et révélateurs, 1858 Texte en ligne
  • Liberté et centralisation, 1860 Texte en ligne
  • La Confession de Madeleine. Le Saule. Le docteur Fabricius, nouvelles, 1863 Texte en ligne
  • Études sur l'Allemagne. De l'esprit français et de l'esprit allemand, 1864 Texte en ligne
  • Le Dix-Neuvième siècle, 1865 Texte en ligne
  • Nouvelle vie de Jésus, par David Strauss, traduite de l'allemand par Auguste Nefftzer et Charles Dollfus, 1865
  • Méditations philosophiques, 1866
  • Mardoche. La Revanche du hasard. La Villa, nouvelles, 1867
  • De la Nature humaine, 1868 Texte en ligne
  • Considérations sur l'histoire. Le Monde antique, 1872
  • Un dialogue sur la montagne, 1874
  • L'Âme dans les phénomènes de conscience, 1876
  • La Plainte humaine, 1891 Texte en ligne Nouvelle édition : La Plainte humaine : Jésus, Bouddha, Darwin, 1895 Texte en ligne
  • La Pasteur de Saint-Blaise, 1882
  • Les Problèmes : problème économique, problème international, problème religieux, 1893
  • Récits intimes, 1893
  • À travers monts, 1900
  • En regardant vivre les hommes, pensées et fragments, précédés d'une introduction par René Berthelot, 1922
  • Au commencement fut le désir, pensées et fragments philosophiques inédits, choisis, assemblés et précédés d'une introduction, par René Martin, 1925

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Bitard, Dictionnaire de biographie contemporaine française et étrangère, Paris, A. Lévy et Cie, 1886

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Martin, Le vrai visage de l'Alsace : la vie et l'œuvre de Charles Dollfus, Mulhouse 1827-Paris 1913, Impr. L. Jean, Gap, 1934, 566 p. (thèse de Lettres, Strasbourg)
  • Raymond Oberlé, « Charles Dollfus », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 8, p. 679

Liens externes[modifier | modifier le code]