Charles Dollfus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dollfus.

Charles Dollfus, né à Mulhouse le et mort à Paris le , est un philosophe, romancier et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Dollfus, il fait ses études en Suisse et à Paris, où il fait son droit. Protestant appartenant au courant libéral, «antipapiste militant», selon une expression de René Martin[1], il s'inscrit au barreau de Paris en 1848, puis à celui de Colmar en 1852. Il ne tarde pas toutefois à suivre ses goûts littéraires et philosophiques. Revenu à Paris, il fonde avec Auguste Nefftzer en 1857 la Revue germanique, plus tard édité sous le titre de Revue moderne, dont il devient directeur. Il entre à la rédaction du Temps, fondé en avril 1861, sous la direction de Nefftzer, et collabore à plusieurs autres revues. Il publie par ailleurs des romans et nouvelles (dont Le Docteur Fabricius qui a inspiré à son neveu Charles Koechlin le poème symphonique du même nom) ainsi que des ouvrages de critique littéraire et de philosophie.

Choix de publications[modifier | modifier le code]

  • Lettres philosophiques, 1851
  • Le Calvaire, 1855 Texte en ligne
  • Essai sur la philosophie sociale, 1856 Texte en ligne
  • Révélation et révélateurs, 1858 Texte en ligne
  • Liberté et centralisation, 1860 Texte en ligne
  • La Confession de Madeleine. Le Saule. Le docteur Fabricius, nouvelles, 1863 Texte en ligne
  • Études sur l'Allemagne. De l'esprit français et de l'esprit allemand, 1864 Texte en ligne
  • Le Dix-Neuvième siècle, 1865 Texte en ligne
  • Nouvelle vie de Jésus, par David Strauss, traduite de l'allemand par Auguste Nefftzer et Charles Dollfus, 1865
  • Méditations philosophiques, 1866
  • Mardoche. La Revanche du hasard. La Villa, nouvelles, 1867
  • De la Nature humaine, 1868 Texte en ligne
  • Considérations sur l'histoire. Le Monde antique, 1872
  • Un dialogue sur la montagne, 1874
  • L'Âme dans les phénomènes de conscience, 1876
  • La Plainte humaine, 1891 Texte en ligne Nouvelle édition : La Plainte humaine : Jésus, Bouddha, Darwin, 1895 Texte en ligne
  • La Pasteur de Saint-Blaise, 1882
  • Les Problèmes : problème économique, problème international, problème religieux, 1893
  • Récits intimes, 1893
  • À travers monts, 1900
  • En regardant vivre les hommes, pensées et fragments, précédés d'une introduction par René Berthelot, 1922
  • Au commencement fut le désir, pensées et fragments philosophiques inédits, choisis, assemblés et précédés d'une introduction, par René Martin, 1925

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Bitard, Dictionnaire de biographie contemporaine française et étrangère, Paris, A. Lévy et Cie, 1886

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Martin, Le vrai visage de l'Alsace : la vie et l'œuvre de Charles Dollfus, Mulhouse 1827-Paris 1913, Impr. L. Jean, Gap, 1934, 566 p. (thèse de Lettres, Strasbourg)
  • Raymond Oberlé, « Charles Dollfus », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 8, p. 679

Liens externes[modifier | modifier le code]