Charles De Koninck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charles De Koninck, né le à Torhout et mort à Rome le (à l'âge de 58 ans), est un philosophe, théologien et professeur canadien d'origine belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Il est né le 29 juillet 1906 à Torhout en Région flamande en Belgique. À l'âge de 10 ans, il a émigré avec sa famille aux États-Unis[1].

Il étudia au Collège Notre Dame d'Ostende[1]. Charles De Koninck poursuivit sa formation en philosophie et en théologie au Collège Dominicain de Gand[2]. À l'Université de Louvain, il compléta un doctorat en philosophie en 1934. Sa première thèse doctorale portait sur la philosophie d'Arthur Eddington[1]. Il compléta un doctorat en théologie, parallèlement à son enseignement, en 1963, à l'Université Laval de Québec. Il se maria en 1933 avec Zoe Decruydt (1913-2008).

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1934, il déménage au Canada pour enseigner à la Faculté de philosophie de l'Université Laval, qu'il contribua à fonder à partir de son précurseur l'Institut de philosophie[3].

De Koninck polémique avec Jacques Maritain dans les années 1930, en raison des positions « personnalistes » exprimées dans les œuvres de ce dernier ; il reproche aux personnalistes de subordonner le bien commun, dont il se fait le défenseur, à la personne humaine[4].

Il enseigna la philosophie des sciences et la philosophie de la nature. Il fut doyen de la faculté de 1939 à 1956[3], puis en l'an 1964-1965. Il donna par ailleurs des cours à l'Université de Montréal, à l'Université de Mexico et à l'Université Notre-Dame, aux États-Unis. Il a publié plus de 160 ouvrages de nature académique et a cofondé en 1945 la revue Laval théologique et philosophique, toujours en activité aujourd'hui.

Séance de la section française de la Société royale du Canada en 1945. Charles De Koninck figure dans la première rangée.

De Koninck était membre de l'Association canadienne de philosophie, de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, de l'Université pontificale Saint-Thomas-d'Aquin et de la Société royale du Canada[5]. Il s'est vu décerner de nombreux prix, dont la "Catholic action medal" de l'Université de Saint Bonaventure[2].

L'œuvre complète de Charles De Koninck a fait l'objet d'une réédition dans les années 2000 aux Presses de l'Université Laval. Différents commentaires portent sur cette œuvre, sans compter que Ralph McInerny a édité aux États-Unis une collection d'essais de Charles De Koninck et que des Colloques internationaux se sont tenus sur ce dernier. Certains de ses travaux, manuscrits, notes de cours, conférences et correspondances, écrits en français, en anglais, en flamand, en allemand, en latin, en espagnol et en italien, sont disponibles dans le Fonds Charles De Koninck de la Division des archives de l'Université Laval. Deux autres fonds, le Fonds Jacques Maritain et le Fonds Yves Simon, sont rattachés au Centre Jacques Maritain de l'Université Notre Dame et concernent le renouveau thomiste en Amérique du Nord. Du reste, "The Charles De Koninck Project" diffuse en ligne certains travaux de ce philosophe[6].

Famille[modifier | modifier le code]

Plaque devant l'ancienne demeure de la famille De Koninck soulignant le passage d'Antoine de Saint-Exupéry

Les cinq de ses onze enfants, ainsi que deux de ses petits-enfants, sont professeurs à l'Université Laval : Jean-Marie De Koninck est professeur au Département des mathématiques, Maria au Département de médecine sociale et préventive, Zita au Département de langue, linguistique et traduction et Rodolphe De Koninck au Département de géographie. Thomas De Koninck, qui aurait inspiré selon une rumeur persistente le personnage du Petit Prince de Saint-Exupéry[7], est professeur à la Faculté de philosophie. Ses deux fils Yves et Paul De Koninck sont respectivement professeurs aux Départements de psychiatrie et de biochimie-microbiologie[8].

Décès[modifier | modifier le code]

Invité à titre d'expert au Concile de Vatican II, Charles De Koninck est mort le 13 février 1965 à Rome, en Italie[9],[3].

Le pavillon des Sciences Sociales de l'Université Laval à Québec.

Emmanuel Trépanier a écrit dans son mémorandum: "...Monsieur Charles De Koninck était décédé à Rome le matin même, à l’âge de cinquante-huit ans. Conseiller théologique de Son Éminence le cardinal Roy à la troisième session de Vatican II, il venait tout juste de participer aux travaux d’une sous-commission du Concile. En dépit d’une santé gravement atteinte, il avait accompli ce dernier service dans la plus grande générosité...![10]"

Récompenses et hommages[modifier | modifier le code]

Le pavillon des Sciences Sociales de l'Université Laval à Québec porte le nom Charles De Koninck[11].

Dans le Fonds de la Division des archives de l'Université Laval qui portent le nom Charles De Koninck, plusieurs de ses travaux sont disponibles en français, en anglais, en flamand, en allemand, en latin, en espagnol et en italien[12].

La famille De Koninck s'installe à la fin des années 1930 dans la maison du riche marchand Cirice Têtu dans le Vieux Québec. Une plaque commémorative, apposée sur la façade de la maison Cirice-Têtu où Saint-Exupéry avait séjourné en 1942, mentionne son nom[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Stuart Brown, Diane Collinson et Robert Wilkinson, Biographical Dictionary of Twentieth-Century Philosophers, Routledge, (ISBN 978-1-134-92796-8, lire en ligne), p. 171-172
  2. a b et c Jeannot Bourdages, « Répertoire numérique du fonds Charles De Koninck (P112) » (consulté le )
  3. a b et c Dictionnaire des intellectuel.les au Québec, Presses de l’Université de Montréal, (ISBN 978-2-7606-3704-7, lire en ligne), p. 110-111
  4. Sylvain Luquet, « Charles De Koninck et le bien commun », Laval théologique et philosophique, vol. 70, no 1,‎ , p. 45–60 (ISSN 0023-9054 et 1703-8804, DOI 10.7202/1028164ar, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « RÉPERTOIRE | La Société royale du Canada », sur rsc-src.ca (consulté le )
  6. Site du Charles de Koninck Project.
  7. (en-US) « Was The Little Prince inspired by a Quebec City professor? - Montreal | Globalnews.ca », sur Global News (consulté le )
  8. « Les Grandes Fêtes de l'Université Laval - Portraits de famille », sur archive.wikiwix.com (consulté le )
  9. « De Koninck, Charles | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  10. Emmanuel Trépanier, In Memoriam : Charles De Koninck, Québec, Laval théologique et philosophique, Université Laval, , 12 p. (lire en ligne), p. 1
  11. « Faculté des sciences sociales | Université Laval », sur www.fss.ulaval.ca (consulté le )
  12. Division de la gestion des documents administratifs et des archives, « Fonds d’archives », sur Division de la gestion des documents administratifs et des archives (consulté le )
  13. « Plaques Ici vécut », sur www.ville.quebec.qc.ca (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Œuvres de Charles De Koninck, réédition commentée en cinq volumes des principaux travaux de Charles De Koninck, présentée par Yves Larochelle, Sylvain Luquet et Jacques Vallée, avant-propos de Thomas De Koninck, Québec, Presses de l'Université Laval.
  • Pierre-Alexandre Fradet, Le désir du réel dans la philosophie québécoise, Montréal, Nota bene, coll. Territoires philosophiques, 2022, 246 p.
  • Pierre-Alexandre Fradet, « Charles De Koninck et la pensée spéculative contemporaine (Meillassoux, Grant, Garcia, Bergson) : une étude comparative autour de la question du réel », Laval théologique et philosophique, vol. 72, no 2, , p. 227-259, [lire en ligne]
  • Pierre-Alexandre Fradet (présentation et édition), "Propos sur l'image de Charles De Koninck. Extraits d'une causerie à la Société des lettres (sans date) et d'un cours de philosophie donné à l'Université Laval (1936)", in Nouvelles Vues, no 17, hiver-printemps 2016 : http://www.nouvellesvues.ulaval.ca/no-17-hiver-2016-cinema-et-philosophie-par-s-santini-et-p-a-fradet/documents/propos-sur-limage-de-charles-de-koninck/
  • Thomas De Koninck, «Charles De Koninck: A Biographical Sketch», in Ralph McInerny, The Writings of Charles De Koninck: Volume I, University of Notre Dame Press, 2008.
  • The Writings of Charles De Koninck. Volume One (edition and translation by Ralph McInerny), with an introduction by Leslie Armour and a biography by Thomas De Koninck, Notre Dame, Notre Dame University Press, 2008.
  • The Writings of Charles De Koninck. Volume Two (edition and translation), Notre Dame, Notre Dame University Press, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]