Charles Crozatier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Crozatier
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance
Le Puy-en-Velay, Haute-Loire
Décès (à 59 ans)
Paris
Nationalité France Française
Profession

Charles Crozatier, né au Puy-en-Velay (Haute-Loire) le et mort à Paris le , est un bronzier d'art, fondeur et mécène français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents pauvres, sa famille s'installe à Aiguilhe où il fut élevé de 1795 à 1813. Il entre à l'école des Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Pierre Cartellier. Il séjourne en Italie d'où il rapporte une quantité de moulages d'après les grands maîtres de la sculpture de l'époque de la Renaissance et de l'art baroque qui lui serviront à composer des objets d'arts en bronze. Cette production lui attire d'importantes commandes princières, royales et impériales, en France comme à l'étranger.

Il meurt le 8 février 1855 en léguant une grande partie de ses biens à sa ville natale du Puy-en-Velay. Sur les 340 000 F légués 100 000 F sont affectés à la construction d'un nouveau Musée ; somme à laquelle sa veuve ajoutera 26,000 F[1].

Il repose à Paris au cimetière du Père-Lachaise, 49e division[2],[3].

Activité de fondeur[modifier | modifier le code]

Ayant découvert plusieurs procédés pour améliorer les moules, on fait appel à lui pour effectuer des fontes de sculptures monumentales[4]. En 1833, Crozatier fut chargé de la fonte de la statue de Napoléon Ier par Charles Émile Seurre[5] située au sommet de la colonne Vendôme qui fut érigée au centre de la place éponyme pour commémorer la bataille d'Austerlitz. Cette statue fut remplacée pendant le Second Empire par une statue de Napoléon Ier par Auguste Dumont.

Activité de mécène[modifier | modifier le code]

Charles Crozatier a institué par legs un prix portant son nom qui est décerné sur concours chaque année à tout élève architecte, sculpteur ou peintre de l'école municipale du Puy désirant poursuivre ses études à Paris. Le lauréat perçoit une allocation de 2170 francs pendant trois ans, à laquelle la ville du Puy ajoute une indemnité provisoire de 2 830 francs.

Parmi les lauréats :

Dans le même testament, il crée un prix d'encouragement pour récompenser le bronzier ciseleur le plus talentueux.

Parmi les lauréats :

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste-Maxime Vibert, Musée du Puy. Catalogue de la section des beaux-arts. Peinture, dessin, gravure et sculpture., Le Puy, impr. de M.-P. Marchessou, , 135 p., p. 62
  2. Site de l'Association des Amis et Passionnés du Père-Lachaise
  3. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 118
  4. Biographie sur le Site du musée Crozatier
  5. Journal des artistes 1827-1870 ISSN 2021-3727
  6. Dictionnaire biographique Charles Crozatier
  7. The Louis XIV sculpture returns to Versailles
  8. Journal des artistes, Le célèbre Guttemberg, à qui le monde doit la découverte de l'imprimerie, va aussi avoir son monument à Mayence. Dans trois ans il y aura quatre siècles que ses premiers essais de lettres mobiles eurent lieu, et c'est à Mayence que s'est imprimé sa première Bible. Cette ville ouvre une souscription pour l'érection d'une statue à son illustre compatriote. Vaut mieux tard que jamais.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :