Charles Cook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cook.
Charles Cook
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
LausanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Charles Frédéric Cook est un pasteur et missionnaire méthodiste né à Londres le et mort le à Lausanne. Il introduisit le méthodisme en France au début du XIXe siècle et le développa jusqu’à sa mort. Ce développement est une composante importante du Réveil protestant francophone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière pastorale[modifier | modifier le code]

Charles Cook est le fils d'un carrossier attaché à la couronne britannique[pas clair]. A ce titre, il reçut une éducation classique[1]. Il commença son ministère en Angleterre, puis fut envoyé en France à l'instigation du principal organisateur des missions méthodistes, l'évêque Thomas Coke (en). Charles Cook commença son travail missionnaire en Normandie, puis, après plusieurs séjours dans la région de Nîmes, notamment à Caveirac, entre 1812 et 1823, il s'implanta en 1824 dans le village de Congénies dans le Gard, d'où il développa et élargit considérablement la présence méthodiste dans le sud de la France[2],[3].

Charles Cook séjourna plusieurs fois en Suisse notamment à Lausanne où il participa à la création de la première communauté méthodiste en Suisse[4].

Famille[modifier | modifier le code]

Charles Cook épouse en 1826 Julie Marzials (1804 -1844), fille d'un pasteur du Réveil protestant, avec qui il a six enfants (d'après les recherches généalogique de plusieurs descendants de Charles COOK, ils auraient eu 9 ou 10 enfants) ; trois d'entre eux seulement atteignent l'âge adulte mais au travers de leur descendance, Charles Cook devient de fait le fondateur d'une nombreuse famille Cook française[5] :

Après le décès de sa première épouse en 1844, Charles Cook se remarie avec Mathilde de Mollins ; cette union tardive reste sans descendance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Léon Maury, Le Réveil religieux dans l’Église réformée à Genève et en France, Paris, , p. 403-415
  2. Le Réveil pour vivre l’espérance : 150e anniversaire de la mort de Charles Cook, site internet de L’Ami Chrétien. Consulté le 25 juillet 2010.
  3. André Encrevé, Le Réveil en France (1815-1831), Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme français, avril-mai-juin 2009, p.531
  4. Le méthodisme francophone en Europe, site internet de l'Union de l’Église évangélique méthodiste de France, consulté le 25 juillet 2010.
  5. Jean-Marc Roger, La Vaunage au XIXe siècle, Ed. Lacour, Nîmes
  6. [1] Article du Parisien Libéré du 2 novembre 2015, consulté le 3 novembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Prunier, « Charles Cook », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 726-727 (ISBN 978-2846211901)

Articles connexes[modifier | modifier le code]