Charles Consigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Consigny
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Onzième secrétaire de la Conférence
Rachid Madid (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (31 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Père
Parentèle
Anne Consigny (tante)
Pascale Consigny (tante paternelle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Blog officiel

Charles Consigny, né le à Paris, est un écrivain, chroniqueur de presse et de télévision et avocat français.

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Élevé dans un milieu aisé[1], Charles Consigny est le fils du publicitaire et énarque Thierry Consigny et de Marie Monnier[2], et le petit-fils du haut fonctionnaire Pierre Consigny[3]. Il est également le neveu de l'actrice Anne Consigny et de la décoratrice Pascale Consigny. La famille Consigny est une famille dont l'origine se trouve en Champagne dans le département de la Haute-Marne[4],[5].

À 17 ans, il quitte le domicile familial et s'affirme ouvertement homosexuel[3], puis plonge dans la drogue[1].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Politiquement, Charles Consigny, se définit comme « de droite », mais pas sur tous les sujets[6] et « old school, mais pas réactionnaire »[1].

Il s'engage en décembre 2010 comme militant politique. Il est alors « conseiller en communication » non officiel et bénévole de Christine Boutin, à l'époque présidente du Parti chrétien-démocrate[7],[8] qu'il avait rencontrée sur Paris Première l'année précédente[9]. Il se trouve en accord avec ses idées, dont sa position contre le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels. A posteriori, il minore cet engagement, qui a participé à construire sa notoriété[1],[10]. En , il publie une tribune défendant le mariage pour tous, affirmant avoir changé d'avis tout en précisant être resté un ami de Christine Boutin et Frigide Barjot[11].

Pendant la campagne présidentielle de 2012, il publie dans le magazine Causeur une tribune appelant à voter pour Nicolas Sarkozy[12].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Parcours médiatique[modifier | modifier le code]

Ancien élève du lycée Massillon[10], il a dix-sept ans lorsqu'il fonde Spring, un magazine culturel, dont dix numéros paraissent avant son arrêt[13],[14],[9],[3].

En 2011, il coécrit, avec son père Thierry Consigny[15], Le Soleil, l'herbe, et une vie à gagner aux éditions Jean-Claude Lattès[16].

Depuis décembre 2012, il écrit des chroniques sur le site internet du Point en tant qu'invité récurrent[17],[1].

En février 2013, il crée le mouvement et le magazine Francs tireurs, dont il est directeur de la publication[18],[19].

Charles Consigny participe, du au , à L'Émission pour tous sur France 2, présentée par Laurent Ruquier[7],[20] puis entre dans l'équipe des intervenants réguliers de l'émission de radio Les Grandes Gueules sur RMC[3], qu'il quitte en juin 2018 pour rejoindre l'émission On n'est pas couché, présentée par Laurent Ruquier sur France 2[1] aux côtés de Christine Angot en tant que chroniqueur en remplacement de Yann Moix[21].

Le , une altercation se produit durant le tournage du pilote d'une émission de Christophe Dechavanne, Épinglés, qui réunit chroniqueurs et invités. Charles Consigny, en tant que chroniqueur, critique le clip de Francis Lalanne. Il s'ensuit une altercation verbale et une gifle de Lalanne envers Consigny. Les deux hommes quittent le plateau de télévision peu après[22],[23].

En même temps que ses études à l'école de formation professionnelle des barreaux de la cour d'appel de Paris, il publie le roman Je m'évade, je m'explique, aux éditions Robert Laffont.

En août 2020, Charles Consigny fait son retour au sein des Grandes Gueules.

Activités d'avocat[modifier | modifier le code]

Il reprend ses études et passe une licence de droit à l'université Panthéon-Sorbonne et devient juriste[24],[25],[26]. En 2017, il est étudiant à l'école de formation professionnelle des barreaux de la cour d'appel de Paris[1] et Il échoue deux fois à l'examen du certificat d'aptitude à la profession d'avocat[1]. En novembre 2018, il prête serment et devient avocat au barreau de Paris[27].

Il quitte On n'est pas couché à l'issue de la saison 2018-2019, pour se consacrer à son métier d'avocat[28]. Il devient le onzième secrétaire à la conférence des avocats au barreau de Paris le 13 novembre 2019[29].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Anne Brigaudeau, « "ONPC" : Charles Consigny, "le réac le plus sympa de Paris" que la France a découvert chez Laurent Ruquier », francetvinfo.fr, 30 juin 2018.
  2. Fille de Bruno Monnier, de l'équipe fondatrice de L'Express, puis de L'Événement du Jeudi.
  3. a b c et d Quentin Girard, « Charles Consigny, une bonne droite », sur Libération,
  4. « Dossier de Légion d'honneur du général Louis Henry Consigny (1857-1931) », sur Base Léonore (consulté le 23 avril 2016)
  5. « La France du nom Consigny », sur Géopatronyme (consulté le 23 avril 2016)
  6. Charles Consigny, interviewé par Benoît Daragon, « Consigny, nouveau chroniqueur d'ONPC : "Je suis de droite, mais pas sur tout" », leparisien.fr, 29 juin 2018.
  7. a et b Julien Massillon, « Charles Consigny, ex-proche de Christine Boutin, rejoint la « bande à Ruquier » », sur Yagg, (consulté le 4 mars 2014)
  8. Tristan Berteloot, « Boutin, son pote homo », sur L'Obs, (consulté le 25 octobre 2014)
  9. a et b Gaspard Dhellemmes, « Christine Boutin a un bon ami homosexuel », sur Rue89, (consulté le 4 mars 2014)
  10. a et b Clémence de Blasi, « Le réac le plus sympa de Paris ? », Technikart, 13 novembre 2018
  11. Charles Consigny, « Pourquoi j'ai changé d'avis sur le mariage gay », sur Le Point, (consulté le 4 mars 2014)
  12. Charles Consigny, « Pourquoi je vote Sarkozy », sur Causeur, (consulté le 7 mai 2014)
  13. « Un des fameux « amis gay » de Christine Boutin favorable au mariage pour tous », sur lekiosqueauxcanards.fr, (consulté le 4 mars 2014)
  14. « Charles Consigny - Écrivain », sur France Inter, (consulté le 4 mars 2014)
  15. « Littérature française - « Le soleil, l'herbe, et une vie à gagner » de Charles Consigny, Thierry Consigny », sur editions-jclattes.fr (consulté le 4 mars 2014)
  16. Astrid de Larminat, « Les confessions d'un père et de son fils », sur Le Figaro, (consulté le 25 octobre 2014)
  17. « Charles Consigny - Rubrique Les invités du Point », sur Le Point
  18. « Charles Consigny », sur lmissionpourtous-bqb.com (consulté le 25 octobre 2014)
  19. « Littérature romans et nouvelles L'Âge tendre », sur actu-litteraire.fr, (consulté le 25 octobre 2014)
  20. « Super Ruquier à la rescousse », sur Le Parisien, (consulté le 25 octobre 2014)
  21. « Le remplaçant de Yann Moix dans « ONPC » est… », sur lepoint.fr,
  22. Thomas Joubert, « Francis Lalanne et Charles Consigny : une altercation mais pas de bagarre », sur Europe 1, (consulté le 30 mai 2016)
  23. Benoît Daragon, « Clash Francis Lalanne/Charles Consigny : Ce qui s'est réellement passé sur le pilote de Christophe Dechavanne », sur ozap, (consulté le 19 janvier 2017)
  24. « TPDV – Les étudiants et la politique, pourquoi ce désintérêt ? », sur Radio campus Paris, (consulté le 4 mars 2014)
  25. « ONPC : Charles Consigny, "réac le plus sympathique de Paris", remplace Yann Moix », sur L'Obs, (consulté le 18 septembre 2018)
  26. Nicolas Crousse, « Charles Consigny, l'homme que l'on va adorer (détester) », sur Le Soir, (consulté le 18 septembre 2018)
  27. Benjamin Helfer, « Charles Consigny a prêté serment : le sniper d'On n'est pas couché est désormais avocat », sur Télé Loisirs,
  28. Christophe Gazzano, « "On n'est pas couché" : Charles Consigny quitte le talk-show de France 2 », sur PureMédias,
  29. « Découvrez la promotion 2020 des Secrétaires de la Conférence », sur Ordre des avocats de Paris, (consulté le 3 septembre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]