Charles Chastelain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles Chastelain est un compositeur franco-flamand né dans les Pays-Bas des Habsbourg à la fin du XVe siècle ou aux premières heures du XVIe siècle, maître de chapelle du chapitre de la Collégiale Saint-Vincent de Soignies[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

On connaît peu de chose sur la vie de ce compositeur. Louis-Prosper Gachard, archiviste général du royaume de Belgique, mentionne dans son précis sur la correspondance de Philippe II d'Espagne un échange entre le Roi et Marguerite de Parme, Duchesse de Parme[2]. Philippe II lui explique, dans un courrier daté du qu'il vient de perdre son Maestro di Capilla (Pierre de Manchicourt, le maître de chapelle de la Capilla Flamenca (Chapelle flamande) est en effet décédé le ) et qu'il souhaiterait le remplacer par un «musicien habile». Ce n'est qu'en Flandre qu'il espère le trouver. On lui a parlé de Chastelain, chanoine et maître de chapelle de Soignies, comme étant le meilleur qu'il pût choisir. Il prie la duchesse de faire appeler ce personnage et de lui proposer un office dans lequel il trouvera honneur et profit[3].

La Duchesse lui répondit le . Elle dit avoir rencontré le candidat pressenti mais ce dernier, bien que touché par le grand honneur que lui fait son souverain se voit contraint de refuser la charge en raison de son grand âge et de ses problèmes de santé[4].

Finalement, ce sera Jean Bonmarché qui prendra la suite de Pierre de Manchicourt.

Ses motets[modifier | modifier le code]

Il semble que seuls deux motets pour cinq voix nous soient parvenus[1].

  • Mane surgens Jacob
  • Veni in horium meum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b F.J. Fétis, Biographie universelle des Musiciens et Bibliographie générale de la Musique, Libr. de Firmin Didotfréres, fils et Cie, 1860
  2. Louis-Prosper Gachard, Correspondance de Philippe II sur les affaires des Pays-Bas, Partie 1, Volume 1, Librairie Ancienne et Moderne, 1848
  3. Auguste Thys, Les sociétés chorales en Belgique, De Busscher, 1861
  4. Ces deux lettres font partie de la liasse 525 de la correspondance de Philippe II.

Articles connexes[modifier | modifier le code]