Charles Chassé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Chassé
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Charles Constant ChasséVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jean GuibalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par

Charles Chassé, né le à Quimper, mort le à Neuilly-sur-Seine, écrivain et biographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père professeur de collège, il fait ses études à Vannes, puis à Rennes et enfin à la Sorbonne. Comme beaucoup d'écrivains, il débute dans la littérature et la poésie. Il publie ses premiers sonnets en 1906 dans l'Hermine de Bretagne. Reçu à l'agrégation d'anglais en 1910, il enseigne à Nimes puis à Avignon où il se marie avec une jeune fille de Bollène. Nommé à Brest en 1911, il s'intéresse à Mallarmé et Mistral.

Mobilisé en 1914 au 19e R.I., il sera fait prisonnier à Cassel en Allemagne de mai 1918 à janvier 1919. Après la guerre, il enseignera à l'École navale, puis au lycée Pasteur de Neuilly.

De 1928 à 1932, il représente l'Université de New York auprès de la Sorbonne et de l'École du Louvre comme Secrétaire général de la "Paris School of New York University". Il prend sa retraite de professeur en 1943.

Que ce soit en tant qu'écrivain, journaliste ou critique, il a énormément écrit. Il était curieux de tout et de l'inhabituel et du mystérieux en particulier : l'argot, les amours de Napoléon, les religions, l'humour, la sorcellerie, l'affaire Seznec, l'Ankou, etc. En plus de grandes études littéraires qui lui ont pris des années de travail, il a publié des ouvrages sur certains de ces sujets. En un mot, on peut le considérer comme un humaniste du XXe siècle.

On lui doit notamment :

  • Napoléon par les écrivains, Paris, Hachette, 1921.
  • Sous le masque d'Alfred Jarry, les sources d'Ubu-Roi, Paris, Floury, 1922.
  • Gauguin et son temps, Paris, Bibliothèque des Arts, 1963.

L’Académie française lui décerne le prix Langlois en 1944 pour sa traduction du Parfait Pêcheur à la ligne de Izaac Walton.

Il a collaboré à plusieurs journaux tels que le Figaro, la Dépêche de Brest, le Télégramme, l'Est Républicain et écrit dans de nombreuses revues dont Historia, le Figaro Littéraire, la Revue des Deux Mondes, Connaissance des Arts, etc...

À sa mort, en 1965, il a légué aux Archives départementales du Finistère tous les documents qu'il avait amassé au cours de sa vie de fureteur : lettres, coupures de journaux, numéros de revues, notes manuscrites, etc. Ces dossiers représentent pas moins de 26 mètres linéaires.

Il est inhumé au cimetière nouveau de Neuilly-sur-Seine (division 15)[1].

Postérité[modifier | modifier le code]

En Bretagne, au moins quatre rues portent son nom[Note 1].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, Coop Breizh et Institut culturel de Bretagne, 1997, p. 83.
  • Répertoire numérique de la sous-série 97J des Archives Départementales du Finistère - Fonds Charles Chassé, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1968.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Les Noms qui ont fait l'histoire de Bretagne, 1997.

Références[modifier | modifier le code]