Charles Canivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Canivet
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Rédacteur à
Autres informations
A travaillé pour

Charles-Alfred Canivet, né le à Valognes et mort le [1] à Paris 6e, est un journaliste, poète, romancier et conteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'Amédée Thierry, il donnait une chronique quotidienne au Soleil sous le pseudonyme de « Jean de Nivelle ». Après s'être essayé au théâtre, il a laissé de nombreux ouvrages littéraires sous la forme de contes, romans et poésies.

Il est mort le 29 novembre 1911 en son domicile 13, rue de Savoie, il est inhumé au cimetière de Montmartre[2],[3], avec son épouse Marie-Amélie Maurouard[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Une Fauvette et deux merles, comédie en 1 acte et en prose, Caen, E. Alliot, 1863.
  • Chants libres, poésies, Caen, Legost-Clérisse, 1866.
  • Histoires extravagantes, Paris, Mauger, Capart et Cie, 1871.
  • La Prise de Sidney Smith en 1796, Paris, bureau du Journal de Paris, 1875.
  • Jean Dagoury, Paris, E. Plon, 1877.
  • Croquis et paysages, sonnets, Paris, A. Lemerre, 1878.
  • Constance Giraudel, Paris, bureaux de la Presse, 1879.
  • Nouveaux contes en vers et poésies variées, Paris, G. Chamerot, 1880.
  • Pauvres diables, Paris, G. Charpentier, 1882.
  • Le Long de la côte, Paris, A. Lemerre, 1883.
  • Les Colonies perdues, Paris, Jouvet, 1884.
  • La Nièce de l'organiste, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1885.
  • Les Hautemanière, Paris, P. Ollendorff, 1885.
  • Pilote-Major, Paris, N. Martinet, 1888.
  • La ferme des Gohel, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1888.
  • Contes de la mer et des grèves[5], Paris, Jouvet, 1889.
  • Après la tempête, poésie, Paris, P. Mouillot, 1889.
  • L'Amant de Rébecca, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1890.
  • Lise Heurtevent, Paris, M. Dreyfous, 1891 (également publié sous forme de roman-feuilleton dans Le Figaro du au ).
  • Contes du vieux pilote, Paris, Jouvet, 1891.
  • Mademoiselle Maréchal ; La Petite Sœur ; L'Élection d'un maire, Paris, V. Havard, 1891.
  • Enfant de la mer, Paris, E. Flammarion, 1896.
  • Fils de pêcheur, Paris, bureaux du Journal des voyages, [s. d.].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès d’Alfred Canivet sur le site des Archives de Paris 6e le 30 novembre 1911, vue 9/31
  2. Obsèques de Charles Canivet « Journal des débats politiques et littéraires » 4 décembre 1911
  3. Obsèques de Charles Canivet « Le Gaulois » 3 décembre 1911
  4. Mort de Mme Charles Canivet « Le Figaro » 9 octobre 1926
  5. « La crèche de M. le curé », sur Et maintenant une histoire ! (consulté le 23 août 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]