Charles Bigot (critique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Bigot
Image dans Infobox.
Portrait gravé par Tiburce de Mare (1884).
Fonction
Préfet de l'Indre
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
Distinction
Archives conservées par
Archives nationales (F/1bI/156/23)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Père-Lachaise - Division 44 - Bigot 01.jpg
Vue de la sépulture.

Charles Jules Bigot (1840-1893) est un écrivain, enseignant, critique d'art et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Bigot est né le à Bruxelles. Ancien élève de l'École normale supérieure (Paris) et de l'École française d'Athènes, docteur ès lettres (Paris), et agrégé des lettres (1864), il enseigne la littérature et l'histoire de l'art à l'école de Saint-Cyr à partir de 1880[2].

Débutant comme journaliste au XIXe siècle, cet érudit collabora à de nombreuses revues littéraires et artistiques, telles que la Revue bleue et laisse un nombre important d'écrits sur l'art, l'éducation, la géopolitique, les mœurs...

Charles Bigot est brièvement préfet de l'Indre entre le et le [3].

Il épouse le la romancière américaine Mary Healy[4], qui publie en français sous le nom de Jeanne Mairet ; elle traduit certains des écrits de son mari en anglais et appartient à une famille d'artistes.

En 1886, il entreprend un voyage diplomatique et culturel aux États-Unis, dont il tire un essai, De Paris au Niagara, journal de voyage d'une délégation[5]. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du  ; son parrain est le général Baptiste Tramond[2].

Âgé de 52 ans, Charles Bigot meurt le à Paris ; il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, son tombeau est orné d'un portrait en médaillon exécuté par Louis-Ernest Barrias[6].

Il existe un portrait gravé de lui d'après nature (1877) par Marcellin Desboutin[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/UD/FRAN_IR_001514/d_177 »
  2. a et b « Cote LH/238/11 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  3. Notice des Archives nationales de France, en ligne.
  4. Archives de Paris, état-civil reconstitué vue 28/31 — [1].
  5. Notice du catalogue général de la BNF, accès à l'ouvrage en ligne.
  6. Henry Jouin, « La sculpture dans les cimetières de Paris », in: Nouvelles archives de l'art français, 1897, 13: 108.
  7. « Portrait de Charles Bigot, direct d'après nature : [estampe (3ème état) »], sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A la mémoire de Charles Bigot (1840-1893) : discours prononcés aux obsèques, articles nécrologiques, Versailles, Impr. de Cerf, 1893 — lire sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :