Aller au contenu

Charles Baugniet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Baugniet
Portrait de Charles Baugniet par Louis Gallait (1837).
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Sèvres
Nom de naissance
Benoît Charles Aimé Baugniet
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Lieux de travail
Mécène

Charles Baugniet, né le à Bruxelles et mort le (à 72 ans) à Sèvres, est un peintre, lithographe et aquarelliste belge.

Artiste précoce, formé dès treize ans à l'académie royale des beaux-arts de Bruxelles, Charles Baugniet connaît le succès grâce à ses portraits et lithographies. Nommé dessinateur du roi des Belges Léopold Ier en 1841, il réalise ensuite de nombreux portraits de la famille royale belge. En 1843, il s'installe en Angleterre et y poursuit sa brillante carrière de lithographe portraitiste. Il quitte Londres pour Paris en 1861 et s'installe définitivement à Sèvres en 1865, où il mène une carrière de peintre de genre avant de mourir en 1886.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Charles (Benoît Charles Aimé) Baugniet, né à Bruxelles le , est le fils de Charles Joseph Baugniet, agent d'affaires et d'Adélaïde Françoise Élisabeth Alexandrine Roelens[N 1].

Doué précocement pour le dessin, sa mère lui fait suivre des cours particuliers auprès de la peintre Félicité Chamorin, dite Lagarenne.

Charles Baugniet est inscrit à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles entre 1827 et 1829[1], où il remporte un premier prix d'après la figure antique en 1828. Il étudie également dans l'atelier du peintre Joseph Paelinck. Après ses études, le père de Charles Baugniet le fait entrer au Ministère des Finances où il est lui-même employé. Mais Charles quitte ses fonctions en 1834 et commence un apprentissage de quelques mois dans l'atelier de lithographie d'Antoine Dewasme.

Premiers succès[modifier | modifier le code]

Son premier portrait en lithographie est celui qu'il fait de l'actrice Isabelle Lavry en 1834. Sa réputation s'accroît ensuite grâce à la réalisation de ses premiers portraits dans le magazine L'Artiste en 1833[2]. Il figure aux côtés d'un Joseph Schubert parmi les dessinateurs lithographes les plus recherchés[2].

Il collabore avec Louis Huard de 1835 à 1842 en produisant de nombreux portraits des membres la Chambre des Représentants belges. Tandis que Louis Huard signe seulement huit portraits, Baugniet, signe tous les autres[1].

Ces œuvres sont suivies entre 1836 et 1840 par une série de portraits d'artistes de son temps intitulée Les Artistes Contemporains[1] qui présentent, notamment les portraits de Louis Jéhotte, Louis Gallait, Nicaise de Keyser, Jean-Baptiste Madou, Eugène Simonis, Charles-Louis Verboeckhoven, Horace Vernet, Paul Delaroche et Hippolyte Bellangé[2]. Il réalise également une Galerie de 19 portraits d'artistes-musiciens du Royaume de Belgique[2].

Lithographe[modifier | modifier le code]

Épaulettes d'une valeur de 20 centimes : premier timbre-poste de Belgique (1849).

Il est mandé afin de réaliser des portraits de la famille royale belge, ce qui le conduit à être officiellement reconnu comme « dessinateur du Roi » par Léopold Ier, roi des Belges, le [2].

En 1843, il s'installe à Londres où il devient un portraitiste de premier plan. Sur la recommandation du roi des Belges, Léopold Ier, il réalise le portrait du prince consort Albert[1].

Charles Baugniet épouse religieusement Marie Antoinette Hony à Saint-Marylebone le 11 juillet 1844. Le mariage civil a lieu à Schaerbeek, le . Cet arrangement matrimonial curieux s'explique sans doute par le fait que Marie Antoinette Hony, lors de son mariage avec Baugniet en 1844 n'était que très fraîchement divorcée de Jean Désiré Montagney, dit Artôt, timbalier et organiste au théâtre royal de la Monnaie et dont elle a un fils, Maurice né en 1841[N 2].

À Londres, Baugniet réalise, entre autres, le portrait de Charles Dickens et du compositeur français Hector Berlioz[1]. Baugniet est également connu pour avoir participé à la création du premier timbre-poste belge, mis en circulation le . Le timbre représente le roi Léopold Ier d'après le portrait que Charles Baugniet avait réalisé quelques années auparavant. Ces timbres de deux valeurs différentes: 10 et 20 centimes, sont connus sous le nom d'épaulettes. Les portraits du roi par Baugniet sont également repris pour d'autres timbres du souverain belge, de type «médaillons » jusqu'en 1861[3].

En 1865, Charles Baugniet lègue une collection de près de 1800 portraits lithographiés à la bibliothèque royale de Bruxelles[4].

Peintre de genre[modifier | modifier le code]

En 1858, Charles Baugniet s'essaie à la peinture de genre (scènes d'intérieurs) et rencontre un premier succès avec son tableau La jeune camériste (Victoria & Albert Museum). Confronté à la popularité du portrait en photographie, Baugniet décide progressivement d'abandonner la lithographie pour se consacrer à la peinture à l'huile. Il réalise son tout dernier portrait lithographié en 1864. Baugniet se focalise sur la production de peintures illustrant l'élégance du Second Empire, un genre qui bénéficiait alors d'une grande popularité[1],[2]. Dès 1863, Baugniet envoie régulièrement des œuvres, dues à son « pinceau élégant et gracieux » au salon de Paris. Ses tableaux sont remarqués par les marchands d'art Adolphe Goupil à Paris et Michael Knoedler à New York et vont bientôt ornés les collections des grands mécènes américains que sont Henry Vanderbilt, Theron R. Butler, Henry Hilton ou encore Charles Stewart Smith. Le succès lui permet de se construire une villa dans la commune de Sèvres en 1864. Il est rapidement rejoint dans cette commune par ses deux nièces par alliance: la mezzo-soprano Désirée Artôt et sa sœur cadette Antoinette Artôt, ainsi que leurs maris, qui se font également construire des villas.

C'est à Sèvres, chez sa nièce Désirée Artôt, 11 impasse des Closeaux, qu'il meurt, d'une mauvaise bronchite, le , à l'âge de 72 ans. Sa dépouille mortelle est rapatriée en Belgique où l'artiste est inhumé (cimetière de Saint-Josse-ten-Noode)[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Lithographies[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Charles Baugniet est :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de naissance, rédigé en français le , précise qu'il est né la veille, à trois heures et demie du matin, au domicile de ses parents, Montagne des Oratoires (acte n° 441 de l'année 1814).
  2. Leur acte de mariage, rédigé en français le , désigne Benoît Charles Aimé Baugniet comme « dessinateur du roi », résidant à Saint-Josse-ten-Noode.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Alain Jacobs, « Charles Baugniet », dans Le Dictionnaire des Peintres belges du XIVe siècle à nos jours depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la Principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1995, p. 56. (base de données BALaT de l'Institut royal du patrimoine artistique)
  2. a b c d e et f (de) Thieme, Becker, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, vol. 3, Leipzig, 1909, p. 74-75.
  3. Legrand 2008, p. 243.
  4. a et b « Nécrologie », L'Indépendance belge, no 192,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le ).
  5. J.G.A. Luthereau, Revue de l'exposition des beaux-arts, Bruxelles, Imprimerie photographique, , 88 p. (lire en ligne), p. 16.
  6. Moniteur, « Nominations », Moniteur belge, no 315,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le ).
  7. a b et c J. de Buisseret, Liste officielle des Belges décorés d'ordres étrangers, Bruxelles, H. Tarlier, , 78 p. (lire en ligne), p. 26.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Alain Legrand, « Belgique : Épaulettes et Médaillons, les premiers timbres », Philatélie populaire, no 523,‎ , p. 243.
  • « Nécrologie », L'Indépendance belge, no 192,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :