Charles Batteux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Batteux
Image dans Infobox.
Page de titre de Les Beaux-arts réduits à un même principe gravée par Jean-Baptiste Delafosse d'après Charles Eisen, 1746
Fonction
Fauteuil 37 de l'Académie française
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Vouziers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
signature de Charles Batteux
Signature

Charles Batteux, né à Alland'huy, près de Vouziers (Ardennes) le et mort à Paris le , est un homme d'Église, érudit et polygraphe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il enseigne d'abord la rhétorique à Reims, puis les humanités au collège de Lisieux à Paris, la rhétorique au collège de Navarre. Il devient titulaire de la chaire de philosophie grecque et latine au Collège de France. Il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1754 et de l'Académie française en 1761.

Dans le champ conceptuel, il participe notamment à l'unification des arts en la notion unique d'Art, sur une base commune du ressenti, donc du relationnel à l'objet ou de la performance, et non à son essence.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est notamment l'auteur d'une série d'ouvrages consacrés à l'esthétique :

  • Les Beaux-arts réduits à un même principe, 1 vol. In-8°, Paris, Durand, 1746 (en fait 1747), rééd. 1773
  • Jean-Rémy MANTION a publié une édition critique très annotée des Beaux-arts réduits à un même principe, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1989
  • Cours de belles-lettres distribué par exercices, Paris, Desaint et Saillant, 2 vol. in-8°, 1747 et 1748, réédit. 1753, 1755
  • Principes de la littérature, Göttingen et Leyde, Elie Luzac fils, 1755, réédition. 1764 (et à Paris), 1774 (réunissant les œuvres précédentes)
  • De la construction oratoire, Paris, Desaint et Saillant, 1763, in-12° (extrait du Cours de belles-lettres)
  • Nouvel examen du préjugé sur l'inversion, pour servir de réponse à M. Beauzée, s.l., 1767, in-8°
  • Les quatre Poëtiques : d'Aristote, d'Horace, de Vida, de Despréaux, avec les traductions & des remarques par M. l'abbé Batteux, 2 vol. in-8°, Paris, Saillant et Nyon, 1771
  • Cours d'études à l'usage des élèves de l'Ecole royale militaire, Paris, Nyon aîné, 1777 (réunissant les œuvres précédentes)

Batteux est le grand théoricien de la « belle nature » : l'art n'imite pas la nature telle qu'elle est (il n'est pas réaliste donc), mais telle qu'elle pourrait être[1]. Il a participé à la querelle des inversions initiée par Jean Le Laboureur, poursuivie par Claude Buffier. Diderot répliquera à Batteux dans la Lettre sur les sourds, qui se présente comme une réponse aux Beaux-Arts réduits à un même principe.. Voir le chapitre de l'introduction de J. R. Mantion à son édition citique de 1989 ("Le livre acéphale")

Charles Batteux a publié aussi des ouvrages philosophiques, parmi lesquels :

  • La Morale d'Épicure tirée de ses propres écrits, Paris, Desaint et Saillant, 1758, in-8°, rééd. 1768
  • Histoire des causes premières, ou Exposition sommaire des pensées des philosophes sur les principes des êtres, Paris, Saillant, 1769, in-8°,
  • Cours d'études à l'usage des élèves de l'École royale militaire qui ne compte pas moins de 45 volumes.

Enfin, Batteux a été traducteur du latin :

  • Horace, Les Poesies, Paris, Desaint et Saillant, 1750, 2 vol. in-12°, rééd. 1753, 1760, 1777.
  • Voir aussi Sonia Branca-Rosoff, La leçon de lecture, Textes de l'abbé Batteux, Paris, Editions des Cendres, 1991.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 238

Sources bio-bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • R. Létinois, Biographie générale des Champenois célèbres, morts et vivants, Paris : Journal des peintres, 1834, p.20 [1]
  • Fernando Bollino, Teoria e sistema delle belli arti. Charles Batteux e gli esthéticiens del sec. XVIII, Studi di estetica, Bolletino annuale della sezione di estetica dell'istituto di filosofia dell' Università di Bologna (3), 1976.
  • Ludwig Tavernier, L'Imitation de la belle nature. Zum Verständnis des Künstlers in der Nachahmungstheorie von Charles Batteux. In: Empfindung und Reflexion. Ein Problem des 18. Jahrhunderts. Hrsg. v. Hans Körner, Constanze Peres, Reinhard Steiner, Ludwig Tavernier (Münchner Beiträge zur Geschichte und Theorie der Künste, 1), Olms: Hildesheim, Zürich, New York, 1986, p.49-98.
  • Jean-Rémy MANTION, Edition critique des Beaux-Art réduits à un même principe, Aux Amateurs de Livres, Paris, 1989.
  • A. Toscano, Charles Batteux: Les Quatre Poëtiques, Rivista di Estetica, vol. 39, 1991; p. 67-78, (ISSN 0035-6212)
  • (it) Anna Toscano, « « La Morale d’Épicure » di Charles Batteux ed il principio del « secondo natura » », Scienze e Ricerche, no 42,‎ , p. 20-29 (ISSN 2283-5873, lire en ligne)

Jean-Rémy MANTION, "La Lettre d'Aristote. Charles Batteux et les chances de le mimèsis au XVIIIe siècle", Littératures Classiques, n°11, Javier 1989, p.43-57. Jean-Rémi MANTION, "Variation sur le "belle nature". Remarques sur un paragraphe des Essais sur le peinture de Diderot", in "Pour décrire un Salon": Diderot et la peinture (1759-1766), textes réunis et présentés par Aurélia Gaillard, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :