Charles Bagot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Bagot
SirCharlesBagot.JPG

Charles Bagot

Fonctions
Lieutenant-gouverneur du Québec
-
Richard Downes Jackson (en)
Lieutenant gouverneur de l'Ontario (en)
-
Richard Downes Jackson (en)
Gouverneur général du Province du Canada (en)
-
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Blithfield Hall (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
KingstonVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
4e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Charles Bagot, né le 23 septembre 1781, mort le 19 mai 1843 à Alwington, est un diplomate et un administrateur colonial anglais qui occupa le poste de gouverneur général de la province du Canada de 1841 à 1843.

On doit à Bagot, alors qu’il était gouverneur général, d’avoir ordonné la première extradition criminelle du Canada-Ouest aux États-Unis de l’esclave fugitif, Nelson Hacket (ou Hackett), qui avait été le valet et maître d’hôtel d’un riche propriétaire d’esclaves d’Arkansa. Il avait pris la fuite pour le Canada-Ouest en 1841, après avoir volé un manteau de castor et une jument de course à son maître, ainsi qu’une montre en or et une selle à deux autres. Son maître l’ayant rattrapé à Chatham, il avait été emprisonné. Le gouverneur général procéda à l’extradition de Hacket en statuant qu’il avait commis un délit en volant des biens inutiles à son évasion. La consternation de la population du Canada-Ouest, ainsi que des abolitionnistes aux États-Unis et au Canada, fut telle que leur mécontentement conduisit à un traité formel codifiant les règles d’extradition, qui en retour émut considérablement les fugitifs, les abolitionnistes et les propriétaires d’esclaves[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Robin W. Winks, « The Blacks in Canada : A History (second edition). » McGill-Queen’s University Press. 1997. p. 172-3.

Liens externes[modifier | modifier le code]