Charles Béraudier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Béraudier
Fonctions
Député du Rhône
Gouvernement Cinquième République
Groupe politique UNR
Prédécesseur Jacques Soustelle
Successeur Guy Jarrosson
Président du conseil régional de Rhône-Alpes
Prédécesseur Michel Durafour
Successeur Charles Millon
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bourg-en-Bresse (Ain)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Lyon (Rhône)
Sépulture cimetière de Loyasse
Nationalité Française
Parti politique UNR puis UDF

Charles Béraudier, né le à Bourg-en-Bresse (Ain) et mort le à Lyon (Rhône), est un homme politique français. Résistant dans l'Ain, il a obtenu la médaille de la Résistance.

Corpulent, jovial, mais serviable et discret, sachant jouer les éminences grises, il est fidèle en amitié, quitte à être parfois écartelé entre diverses fidélités. Il demeurera un des principaux personnages de la vie politique lyonnaise pendant près de 35 ans.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né dans une famille modeste, orphelin à quatre ans, Charles Béraudier est élevé par ses grands-parents, commerçants à Saint-Rambert-en-Bugey (Ain) où Francisque Collomb, issu d'une famille ouvrière, devient un ami d’enfance[1].

En 1933, Charles Béraudier milite aux Jeunesses Socialistes de l'Ain.

De la Résistance au Gaullisme[modifier | modifier le code]

Fin 1942, il rejoint la Résistance. De Londres, le BCRA charge son réseau de gérer au sol parachutages et atterrissages divers dans l'Ain. Permanent du réseau, Béraudier doit vivre et agir dans la clandestinité. Il y fait la connaissance de Lucile Béraudier, qui sera mère d’un garçon et d’une fille. Il y rencontre d’anciens et futurs politiques, aussi bien Jacques Chaban-Delmas que Vincent Auriol. A la Libération, diverses amitiés l’amènent à rejoindre le mouvement gaulliste, et à rencontrer plusieurs fois le général De Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises. En 1955, il rejoint Jacques Soustelle nommé gouverneur de l'Algérie, et participera activement au retour du général De Gaulle en 1958.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1957, Louis Pradel succède à Édouard Herriot comme maire de Lyon. Appelé pour s'occuper des finances municipales, C. Béraudier restera adjoint au maire jusqu’en 1988.

Suppléant de Jacques Soustelle, il le remplace comme député UNR du Rhône (1959 - 1962)[2] quand ce dernier est nommé au gouvernement.

Le drame algérien ayant brouillé De Gaulle et Soustelle, Charles Béraudier restera en contact avec Jacques Soustelle en exil (1962-1968), tout en restant fidèle au général.

En 1976, la mort de Louis Pradel laisse vacant le poste de maire de Lyon, brigué par Jacques Soustelle. Le soutenant d’abord, Charles Béraudier se résoudra finalement à faire élire Francisque Collomb.

Il le secondera ensuite tant à la mairie de Lyon qu’à la Communauté Urbaine de Lyon (Courly), que Francisque Collomb préside de 1977 à 1989. Avec sa confiance et celle d’anciens comme le vice-président Béraudier, une nouvelle génération d’élus, affirmera le pouvoir communautaire en faisant de l’agglomération la base des politiques locales.

En 1981, Charles Béraudier devient président (CDS) de la région Rhône-Alpes jusqu’à son décès. Élu à une faible majorité mais croyant au devenir international de sa région, il tissera des liens avec les grandes régions de Barcelone, de Milan, mais aussi de Shanghai. Il facilite également l'implantation d'une ENS Sciences à Lyon.

Décès[modifier | modifier le code]

Sa mort présumée par épectase aurait été arrangée quant à sa version officielle qui fut présentée comme un « décès suite à un malaise dans la rue »[3]. Francisque Collomb, maire de Lyon au moment du décès de Charles Béraudier et son ami d'enfance à Saint-Rambert-en-Bugey, aurait indiqué « qu'il serait quasiment mort dans ses bras »[4].

Une délégation de Shangaï assista à ses obsèques. Il est enterré au cimetière de Loyasse.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Il y a un centre social Charles-Béraudier à Voiron.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Serex, Dictionnaire de Lyon (avec cartes et photos), Petit Futé, (ISBN 2746965232, lire en ligne), p. 48.
  2. « Assemblée nationale - Les députés de la Ve République : M. Charles Béraudier », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 25 décembre 2015).
  3. « Place Charles-Béraudier », sur ruesdelyon.wysiup.net, Rues de Lyon.
  4. « Épectase ou la mort pendant l'orgasme », sur Site personnel traitant de l'épectase.
  5. Place Charles-Béraudier à Lyon.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]