Charles Artus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artus.
Ne doit pas être confondu avec Charles Artus de Bonchamps.
Charles Artus
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Le HavreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Maître

Charles Artus, né à Étretat le et mort au Havre , est un sculpteur animalier et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Artus naît à Étretat le .

Élève de Édouard Navellier, puis assistant de François Pompon dans les années 1920, sociétaire du Salon d'automne où il expose une pierre lithographique intitulée Écureuil et une Pintade en bronze. Sociétaire perpétuel de la Société des artistes français où il expose de 1920 à 1927. il y obtient en 1923 une mention honorable puis, en 1926, une médaille de bronze. Il expose jusqu'en 1940 au Salon des Indépendants, à la Société Nationale des Beaux-Arts et au Salon des Artistes Décorateurs. Il est membre du « Groupe des XII » groupe de sculpteurs animaliers réuni autour de la figure de Pompom avec Pierre-Jean Jouve, Hilbert, Jane Poupelet, Lemar, Guyot, Bigot. L'atelier de Artus, 212 rue de Vaugirard devient célèbre, et Artus travaille avec les galeries Edgar Brandt, Charpentier ou Bernheim jeune. Il quitte Paris en 1940, pour s'installer définitivement à Etretat dans une maison-atelier dessiné par l'architecte Mauge dans le manoir de Bligny[1].

Charles Artus meurt au Havre le [2].

Ses œuvres sont conservées, entre autres, au Musée d'Art moderne de la ville de Paris, au Musée du Louvre, au Musée des beaux-arts de Rouen, aux Musées de Vernon, de Gien, de Boulogne, de Poitiers, de Mont-de-Marsan, de Philadelphie, Metropolitan Museum de New York, dans des musées de Tokyo, de Toronto, d’Ottawa ou, entre autres, du Luxembourg[1]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Édouard-Joseph 1930, p. 48.
  2. Selon le centre Pompidou ; le site de généalogie de Alain Garric le donne né à la même date à Paris et mort à Étretat [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, t. 1 : A-E, Art & Édition, , p. 48. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bénézit, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]