Charles-André Gilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles André Gilis)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilis.
Charles-André Gilis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Abd ar-Razzâq YahyaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Charles-André Gilis (né à Louvain en 1934) est un écrivain et traducteur belge.

Il est l'auteur d'ouvrages sur l'ésotérisme islamique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles-André Gilis écrit aussi sous son nom islamique d'Abd ar-Razzâq Yahya[1].

Il a été pendant une dizaine d'années « Imâm Khatîb » dans un lieu de prière musulman de la région de Paris.[réf. nécessaire]

Auteur de vingt et un ouvrages, ses livres concernent les œuvres de René Guénon, de Michel Vâlsan, de métaphysiciens appartenant à la tradition islamique - principalement Mohyddin Ibn Arabî - ainsi que certains aspects du tantrisme ("La petite fille de neuf ans"). Ses livres paraissent désormais aux éditions Le Turban Noir, qui publient exclusivement des ouvrages de cet auteur.

Doctrine[modifier | modifier le code]

Charles-André Gilis développe certains aspects eschatologiques de l'Islam et de l'ésotérisme islamique à partir de données de Mohyddin Ibn Arabî et de l'oeuvre de René Guénon.[2] Selon J. Rousse-Lacordaire, Gilis entend montrer que « l’unité principielle (tawhîd) et la méthode de purification qui vise à sa réalisation métaphysique (ikhlâs) » dépassent le cadre de l'islam et sont universelles[3].

Dans La Papauté contre l’islam, Charles-André Gilis critique le  « pseudo-messianisme sioniste » qui a mené à « la reconnaissance par le Saint-Siège de l’État d’Israël » et l'opposition du pape à l'islam qui, pour lui, forment une « dérive ».[3] Le rapprochement avec le Judaïsme et l'éloignement consécutif avec l'Islam serait, pour Charles-André Gilis, issus entre autre de l'abandon des doctrines ésotériques[4]. Pour l'auteur, par ses représentants, la tradition islamique devrait « fixer des normes et [...] donner des conseils qui seraient applicables à la religion [chrétienne] ».[3] Jacques Scheuer reconnait que l'ouvrage « peut avoir quelque chose de salutaire pour le lecteur chrétien », mais estime en outre que les représentants de l'Islam dont parle Gilis sont en fait une ultra-minorité, « quelques disciples de Guénon »[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Introduction à l'enseignement et au mystère de René Guénon, Paris Éditions de l'Œuvre, 1986.
  • Marie en Islam, Paris, Éditions traditionnelles, 1990.
  • René Guénon et l'avènement du troisième sceau, suivi de Les clés des demeures spirituelles dans les « Futûḥât » d'Ibn Arabî, Paris, Éditions traditionnelles, 1991.
  • Les sept étendards du califat, Paris, Éditions traditionnelles, 1993.
  • (trad.) Ibn Arabi, La prière du jour du vendredi: extrait du chapitre 69 des Futūhāt, Paris, Éditions al-Bustane, 1994. (ISBN 291085602X)
  • (trad.) Ibn Arabi, Les trente-six attestations coraniques de l'unité, Paris, Éditions al-Bustane, 1994. (ISBN 2910856011)
  • La doctrine initiatique du pèlerinage, Paris, Éditions al-Bustane, 1994[5]. (ISBN 2910856003)
  • Études complémentaires sur le califat, Paris, Éditions al-Bustane, 1995[5]. (ISBN 2910856038)
  • Ordo ab chao. La franc-maçonnerie dans la lumière du Prophète, Beyrouth, Albouraq ; Paris, Librairie de l'Orient, 2004.
  • Qâf et les mystères du Coran glorieux, Beyrouth, Albouraq ; Paris, Librairie de l'Orient, 2006.
  • L'héritage doctrinal de Michel Vâlsan, Le Turban Noir, 2009.
  • Métaphysique de la Zakât, Le Turban Noir, 2009.
  • La prière sur le défunt dans l'enseignement d'Ibn Arabî, Sagesse et Tradition (présentation et traduction de Ch.-A, Gilis).
  • La Profanation d'Israël selon le Droit Sacré, Le Turban Noir, 2008 (ré-édition). Également traduit en anglais par Richard Beale avec une préface d'Abd al-Jabbâr Khouri (titre: The profanation of Israël in the light of Sacred Law).
  • Textes sur le Jeûne, Ibn Arabî, Sagesse et Tradition (présentation et traduction de Ch.-A, Gilis).
  • La Papauté contre l'Islam, Genèse d'une dérive, Le Turban Noir, 2007.
  • La Petite fille de neuf ans suivi d'une étude sur le soufre rouge, Le Turban Noir, 2006.
  • Petit traité d'Al-Haqq, Le Turban Noir, 2010.
  • L'intégrité islamique ni intégrisme, ni intégration, deuxième édition augmentée d'une postface, Le Turban Noir, 2011.
  • L'arbre de lumière et la tradition universelle, Le Turban Noir, 2012.
  • Introduction aux oraisons de la semaine (Awrâd al-Usbû’) du Sceau Muhammadien, Le Turban Noir, 2012[6],[7].

Autres publications[modifier | modifier le code]

Charles-André Gilis est l'auteur d'un grand nombre d'articles et de comptes-rendus publiés dans les revues suivantes : Connaissance des religions, Études Traditionnelles, La Règle d'Abraham, Vers la Tradition.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilis, Charles-André (1934-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 2 mai 2017)
  2. David Bisson, « Soufisme et Tradition », Archives de sciences sociales des religions, no 140,‎ , p. 29–47 (ISSN 0335-5985, DOI 10.4000/assr.11343, lire en ligne)
  3. a, b et c Rousse-Lacordaire, Jérôme. « Bulletin d'histoire des ésotérismes », Revue des sciences philosophiques et théologiques, vol. tome 92, no. 4, 2008, pp. 847-881.
  4. a et b Scheuer Jacques. Abd Ar-Razzâq Yahyâ (Charles-André Gilis), La Papauté contre l'islâm. Genèse d'une dérive, 2007. In: Revue théologique de Louvain, 39ᵉ année, fasc. 1, 2008. pp. 114-115.
  5. a et b Pierre Lory, « Compte-rendu de La Doctrine initiatique du Pèlerinage de Charles-André Gilis », Studia Islamica n°84,‎ , pp. 194-195
  6. Sudoc.fr
  7. WorldCatalog

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Bisson, Soufisme et tradition. L'influence de René Guénon sur l'islam soufi européen, Archives de sciences sociales des religions 52e Année, No. 140 (Oct. - Dec., 2007), p. 29-47
  • Patrick Ringgenberg, Diversité et unité des religions chez René Guénon et Frithjof Schuon, Paris, Ed. L'Harmattan, 2010, 384 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]