Charles Alluaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alluaud.
Charles Alluaud
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Charles Alluaud

Naissance
Limoges (Haute-Vienne) (France)
Décès (à 88 ans)
Crozant (Creuze)
Nationalité Drapeau : France Française
Domaines Exploration. Entomologie.
Institutions Muséum national d'Histoire naturelle
Formation Etudes secondaires
Renommé pour Nombreuses missions pour le Muséum.
Distinctions Président de la Société entomologique de France en 1899 et en 1914. Président de la Société zoologique de France en 1909 puis Président d'honneur en 1926. Elu Correspondant du Muséum en 1922 puis Associé en 1937.Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur en 1935.

Signature

Signature de Charles Alluaud

Charles Alluaud est un explorateur français, dernier grand voyageur naturaliste pour le Muséum national d'Histoire naturelle de Paris [1] et un entomologiste français, né le à Limoges (Haute-Vienne) et mort le à Crozant dans le département de la Creuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Alluaud dirige des fabriques de porcelaine depuis le XVIIIe siècle : son arrière-grand-père présidait la Manufacture royale de porcelaine de Limoges et son grand-père est François Alluaud (1778-1866), fabricant de porcelaine, également archéologue et géologue. Durant son enfance, Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875) apprend la peinture à Charles et à son frère Eugène. Charles part ensuite pour Paris compléter ses études, mais c'est un élève indiscipliné. À vingt et un ans (1882), il épouse une amie d'enfance Jeanne Guillemot qui lui donnera rapidement (1883) un fils: Jean. Celui-ci se tuera accidentellement en 1897 (à 14 ans) en manipulant un révolver. Ce drame marquera définitivement le couple. Jusqu'à son décès (1928 ?) Jeanne accompagnera son mari dans tous ses voyages et s'occupera plus particulièrement de ses récoltes botaniques (herbier)[1].

La mort de ses parents lui permet de devenir explorateur. De 1887 à 1930, il fait ainsi de très nombreux voyages dans les colonies africaines (actuelle Côte d'Ivoire, Madagascar, Kilimandjaro, Tunisie, Maroc, Soudan, Sahara, actuel Niger), les îles Canaries, les Seychelles et les Mascareignes.

Durant ses voyages, il réalise d’importantes collections d’insectes qu’il donne au laboratoire d’entomologie du Muséum national d'histoire naturelle. Maurice Régimbart en étudie certaines espèces. Alluaud est l’auteur de 165 publications entomologiques. Membre de la Société entomologique de France depuis 1885, il la préside en 1899 et en 1914. Il préside aussi la Société zoologique de France en 1909 et en devient le président d'honneur en 1926.

Voyages et missions[modifier | modifier le code]

De 1883 à 1938 Charles Alluaud fait 24 voyages en Afrique et dans les archipels de l'Atlantique ou ceux de l'Océan Indien occidental. Presque toutes ses explorations semblent avoir été dirigées par l'intérêt qu'il portait à la compréhension des questions posées par la biogéographie.

L'Atlantide[modifier | modifier le code]

Premier contact lors de son "voyage de noces" en 1883 aux îles Canaries et à Madère. Il revient ensuite aux îles Canaries pour une mission de sept mois en 1889-1890. Installé, en famille, à Las Palmas (Grande Canarie), il parcourt l'île et visite successivement Lanzarote, Graciosa (île), Lobos et Fuerteventura. Il s'installe ensuite à Orotava (Tenerife) et visite les îles occidentales de La Palma, El Hierro et la Gomera. 1938: il a 77 ans. Il revient seul à Madère, s'installe à Funchal et rayonne dans toute l'île. Il explore aussi les îlots environnants: Cima, Baixo, Ferro et les îles Desertas. Ses récoltes entomologiques, les plus importantes après celles de Thomas Vernon Wollaston, ont considérablement enrichi nos connaissances sur la faune des îles Atlantiques [2] et lui ont montré que ces archipels pouvaient être les restes d'un continent disparu lié à l'Afrique.

La Lémurie[modifier | modifier le code]

1892, mission aux îles Séchelles (aujourd'hui îles Seychelles) -- 1893, escale de quatre jours à l'île de La Réunion et mission à Diego-Suarez (Madagascar) où il découvre la richesse faunistique des forêts de la Montagne d'Ambre -- 1897, les îles Mascareignes: après une escale à Tamatave, il débarque à La Réunion, s'installe à Saint-Denis et explore l'île jusque dans les hauts du cirque de Salazie. Il passe ensuite dans l'île Maurice qu'il parcourt en tous sens -- 1900-1901: le sud de Madagascar. À partir de Fort-Dauphin (aujourd'hui Tôlanaro), l'ancien port français de la Compagnie des Indes, il visite la côte sud-est de la Grande île, récolte des échantillons dans les forêts d'Isaka, du Sakavalana et dans les vallées du Tarasy et d'Ambolo. Il découvre le pays Androy et l'extraordinaire brousse de la région semi-désertique de l'extrême sud malgache[1].

L'origine des faunes alpines équatoriales[modifier | modifier le code]

Charles Alluaud fait trois grands voyages en Afrique orientale pour découvrir la faune des hauts sommets à neiges éternelles situés sous l'équateur. -- 1903-1904, le Kilimandjaro et la région du lac Victoria (ou Nyanza). Il explore les plaines Masaï, les montagnes de la Rift Valley, traverse le Serengeti (actuellement Parc national du Serengeti en Tanzanie) puis campe successivement à 3200 m dans les prairies alpines au pied du Kifinika et à 4800 m au bas du Kibo (un des sommets du Kilimandjaro). -- 1908-1909: Kilimandjaro et Ruwenzori. Il atteint l'abri sous roche de Bujongolo et le pied des glaciers à 4500 m d'altitude.-- 1911-1912: le mont Kenya et le Kilimandjaro. Cette mission en compagnie de René Jeannel fait l'objet d'une importante publication[3] avec la parution de plus de 80 fascicules. Ces missions ont montré que le peuplement alpin des hautes montagnes d'Afrique orientale était constitué d'éléments ayant trois origines: un élément "alpin-tropical ou indigène", un élément "tempéré boréal" et un élément "tempéré austral".

Autres voyages[modifier | modifier le code]

1886, Assinie et côte occidentale de l'Afrique. -- 1898-1899, Tunisie et Tripolitaine. -- 1905-1906, Soudan égyptien. -- 1919-1924, Maroc (mission permanente). -- 1930-1931, Sahara, Niger et Côte d'Ivoire. -- 1932, le Rif espagnol. 1935-1936, la Tunisie.

Notes et travaux[modifier | modifier le code]

Charles Alluaud dans son cabinet de travail

Entre 1886 et 1942, Charles Alluaud a publié 165 notes. L'intégralité de ses travaux scientifiques est établie dans la biographie que lui a consacrée René Jeannel en 1952[1]. Parmi ces travaux on peut distinguer:

  • 1886: Relation d'un voyage entomologique dans le territoire d'Assinie. Annales de la Société entomologique de France, 1886: 363-368.
  • 1891: Voyage de M. Ch. Alluaud aux îles Canaries. Mémoires de la Société zoologique de France, IV: 1-10 + carte.
  • 1893: Mission scientifique de Ch. Alluaud aux îles Séchelles (1892). Considérations générales. Bulletin de la Société entomologique de France, xcvii-xcix.
  • 1898: Descriptions de Carabiques nouveaux de Madagascar. Annales de la Société entomologique de France, LXVI: 165-181.
  • 1899: Guide de l'entomologiste à Madagascar. (Paris, 1899, 73 pages).
  • 1900: Liste des Coléoptères de la Région malgache. Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar, XXI, 1900, tome 1: 509 pages.
  • 1905: Mission scientifique de Ch. Alluaud en Afrique orientale (1903-1904). Poissons. I. Hydrographie et procédés de pêche. Mémoires de la Société zoologique de France, XVII: 167-174.
  • 1908: Note sur les Coléoptères trouvés dans les momies d'Égypte. Bulletin de la Société entomologique d'Égypte Le Caire, 1908: 29-36.
  • 1916: Coléoptères des îles Mascareignes et Séchelles. Missions scientifiques de MM. Ch. Alluaud (1892, 1893 et 1897) et P. Carié (1910-1913). Cicindelidae et Carabidae. Annales de la Société entomologique de France, LXXXV: 37-90.
  • 1917: Les Carabiques de la faune alpine des hautes montagnes de l'Afrique orientale. Annales de la Société entomologique de France, LXXXVI: 73-116.
  • 1923: Voyage de M. le baron Maurice de Rothschild en Ethiopie et en Afrique orientale anglaise (1904-1905). Résultats scientifiques: Cicindélides et Carabides. Imprimerie Nationale, 1922: 483-527 + 3 planches.
  • 1926: Note sur les Coléoptères carnivores (Adephaga) des îles du Cap Vert d'après les récoltes de Leonardo Fea en 1898. Annali del Museo civico di Storia naturale di Genova LII, 1926: 64-92.
  • 1933: Cicindelidae et Carabidae de l'île Maurice. Afra, n°7: 1-16.

Entre 1914 et 1919, Charles Alluaud publia aussi, dans le Bulletin de la Société entomologique de France, 24 notes, plus ou moins longues, sous le titre: Contributions à l'étude des Carabiques d'Afrique et de Madagascar.

Sociétés scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Charles Alluaud a fondé la section "Zoologie" du Muséum de Limoges, sa ville natale[4].
  • Membre de la Société entomologique de France en 1885, il la préside en 1899 et 1914. Il assure aussi le Secrétariat général de cette société de 1901 à 1903 et devient membre honoraire en 1923[1].
  • Membre de la Société zoologique de France en 1889, il la préside en 1909 et en est nommé président d'honneur en 1926[1].
  • Il participe à la fondation de l'Institut scientifique chérifien (1920) lors de sa mission permanente au Maroc (1919-1924)[4].
  • Il participe aussi à la création de la Société des Sciences Naturelles du Maroc et du Muséum de Rabat[4].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Alluaudia procera (7996891775)
Astatoreochromis-alluaudi-LakeRweru-GB
Rhombophryne alluaudi04
Photographie in vivo de Cratopopsis alluaudi Hustache, 1921 (forme bleue) (Coleoptera, Curculionidae)

Les genres et espèces dédiés à Charles Alluaud sont innombrables et n'ont pas encore fait l'objet d'un travail particulier sur le sujet. Les dédicaces touchent de nombreux domaines de l'histoire naturelle.

BOTANIQUE: Emmanuel Drake del Castillo (1855-1904) lui dédie le genre malgache Alluaudia de la famille des Didiereaceae. Le genre Alluaudiopsis de même origine géographique et également de la famille des Didiereaceae lui sera dédié en 1934 par Humbert et Choux. Une espèce d'Euphorbe de Madagascar porte également son nom: Euphorbia alluaudi Drake (1903).

ZOOLOGIE:

  • Forresteria (F.) alluaudi (Boule, Lemoine et Thévenin, 1907): fossile, Collignoniceratidae.
  • Rhombophryne alluaudi (Mocquard, 1901): Amphibien, Microhilidae.
  • Astatoreochromis alluaudi Pellegrin, 1904: Poisson, Cichlidae.
  • Clarias alluaudi Boulenger, 1906: Poisson, Siluriforme, Clariidae.
  • Uroplatus alluaudi Mocquard, 1894: Reptile, Gekkonidae.
  • Langaha alluaudi Mocquard, 1901: Reptile, Pseudoxyrhophiidae.
  • Amphiglossus alluaudi (Brygoo, 1981): Reptile, Saurien.
  • Neolovenula alluaudi (Guerne et Richard, 1890): Copépode, Calanoida, Diaptomidae.
  • Ledouxia alluaudi (Simon, 1898): Arachnida.
  • Phalangacris alluaudi Bolivar, 1895: Insecta, Orthoptera.
  • Plagiolepis alluaudi Emery, 1894 : Insecta, Formicidae.
  • Anthophora alluaudi Pérez, 1902: Insecta, Hymenoptera, Apidae.
  • Teinobasis alluaudi (Martin, 1896): Insecta, Odonata.
  • Zygaena alluaudi Oberthür, 1922: Insecta, Lepidoptera.
  • Agrotis alluaudi Viette, 1958: Insecta, Lepidoptera.
  • Insecta, Coleoptera[5], Carabidae: Neocolpodes alluaudi (Vinson, 1939) -- Haplocolpodes alluaudianus (Basilewsky, 1946) -- Chlaenius alluaudianus Jedlicka, 1957 -- Acupalpus alluaudianus Lorez, 1998 et Callistomimus alluaudi Maindron, 1909 [6]
  • Coleoptera, Haliplidae: Haliplus alluaudi Régimbart, 1903.
  • Coleoptera, Hydrophilidae: Paracymus alluaudianus Scott, 1913.
  • Coleoptera, Histeridae[7]: Pachycraerus alluaudi (Marseul, 1888) -- Hister alluaudi Desbordes, 1914 -- Eretmotus alluaudi Théry, 1925 -- Sternocoelis alluaudi Théry, 1921 -- Platylomalus alluaudi (Schmidt, 1893) -- Acritus alluaudi Schmidt, 1895 -- Chaetabraeus alluaudi (Müller, 1944) -- Teretrius alluaudi Desbordes, 1916.
  • Coleoptera, Staphylinidae: Sepedophilus alluaudi (Fauvel, 1898) -- Astenus alluaudi (Fauvel, 1905) -- Palaminus alluaudi Jarrige, 1974.
  • Coleoptera, Aphodiidae: Rhyssemus alluaudi Clouët, 1901.
  • Coleoptera, Cetoniidae: Pachnoda alluaudi Bourgoin, 1913.
  • Coleoptera, Silvanidae: Telephanus alluaudi Grouvelle, 1899.
  • Coleoptera, Cerylonidae: Pathelus alluaudi (Dajoz, 1980).
  • Coleoptera, Coccinellidae: Solanophila alluaudi Sicard, 1907 --Rodolia alluaudi Sicard, 1909 -- Pullus alluaudi Sicard, 1912.
  • Coleoptera, Corylophidae: Arthrolips alluaudi (Paulian, 1950).
  • Coleoptera, Zopheridae: Genre Alluauditoma Dajoz, 1980 -- Alluauditoma alluaudi (Grouvelle 1899) -- Paratarphius alluaudi (Grouvelle, 1899) -- Trigonophloeus alluaudi (Grouvelle, 1899).
  • Coleoptera, Anthicidae: Notoxus alluaudi Pic, 1907.
  • Coleoptera, Aderidae: Xylophilus alluaudi Pic, 1898.
  • Coleoptera, Chrysomelidae: Trichostola alluaudi Jacoby, 1898.
  • Coleoptera, Curculionidae: Cratopopsis alluaudi Hustache, 1921 -- Syzygops alluaudi Hustache, 1921.
  • Coleoptera, Nanophyidae: Nanophyes alluaudi Pic, 1898.

Dans le règne minéral, l'Alluaudite est dédiée à François Alluaud, grand-père de Charles Alluaud.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g René Gabriel Jeannel (1952). Charles Alluaud (1861-1949). Annales de la Société entomologique de France 121: 1-22.
  2. Alluaud (Ch.), 1891.- Voyage de M. Ch. Alluaud aux îles Canaries. Considérations générales et liste des stations. Mémoires de la Société zoologique de France, IV: 1-16 et carte.
  3. Alluaud (C.) et Jeannel (R.), 1912.- Voyage de Ch. Alluaud et R. Jeannel (1911-1912) en Afrique orientale. Liste des stations, avec une carte (Limoges et Paris), R. Guillemot et Cie, 1912, 21 pages.
  4. a, b, c, d, e et f Dossier de Légion d'honneur de Charles Alluaud.
  5. Gomy (Y.), 2000.- Nouvelle liste chorologique des Coléoptères de l'archipel des Mascareignes. (Préface de Renaud Paulian). Société réunionnaise des Amis du Muséum. Saint-Denis de La Réunion.
  6. Henry Desbordes, (1911).- Notice nécrologique sur Maurice Maindron. Annales de la Société entomologique de France, LXXX: 503-510.
  7. Mazur (S.), 2011.- A concise catalogue of the Histeridae (Insecta: Coleoptera). Warsaw University of Life Sciences- SGGW Press. 332 pages.

Sur les autres projets Wikimedia :

Alluaud est l’abréviation habituelle de Charles Alluaud en zoologie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie