Charles Alexandre Lesueur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lesueur.
Charles Alexandre Lesueur
Lesueur Charles-Alexandre 1818.JPG

Charles-Alexandre Lesueur en 1818
peint par Charles Willson Peale
The Academy of Natural Sciences of Philadelphia (USA)

Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Charles-Alexandre Lesueur, né le au Havre et mort le à Sainte-Adresse, est un naturaliste, un artiste et un explorateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père Jean-Baptiste Denis travaille à l’Amirauté du Havre, sa mère Charlotte Thieullent est fille d'un capitaine de navire. Il étudie au collège du Havre, sa passion pour le dessin et les sciences naturelles semblent être plus ou moins autodidactes. Son grand-père travaille également pour l’Amirauté[1]. De 1797 à 1799, il est sous-officier dans la garde nationale du Havre.

Voyage aux Terres australes[modifier | modifier le code]

À partir d'octobre 1800, il participe à l'expédition Baudin (1754-1803) en Australie, mais les membres de la partie artistique et naturaliste sont déjà recrutés et il n’obtient qu’une place d’aide-canonnier sur le navire le Géographe[2]. La capitaine Nicolas Baudin connaissait ses talents de dessinateur et l'a employé pour illustrer le livre de bord. Très vite, ses capacités d’artiste et de naturaliste, lui permettent de rejoindre l’équipe scientifique. Il devient dessinateur officiel de l'expédition à partir de l'escale de l'île de France. Avec François Péron (1775-1810), il endosse la fonction de naturaliste après la mort du zoologiste de l'expédition, René Maugé de Cely. Avec Péron, ils collectionnent plus de 180 000 spécimens zoologiques dont près de 2500 espèces jusqu'alors inconnues. Son nom est donné au Cap Lesueur et à l'île Lesueur en Australie-Occidentale. Il rapporte également de nombreuses observations sur la faune et la flore de l'île Maurice (île de France à l'époque).

De retour à Paris, il participe à la publication du Voyage de découvertes aux Terres australes[3] dont il fait les illustrations[4] et accompagne François Péron à Nice et Cérilly dans les derniers temps de sa maladie. À sa mort, François Péron lui a légué tous ses manuscrits qu'il s'est employé à publier. Il est déçu parce que Louis de Freycinet a été chargé de la publication du tome II du Voyage[5] dont le texte avait été préparé par François Péron[6].

Voyage aux États-Unis et retour en France[modifier | modifier le code]

Charles Alexandre Lesueur à New Harmony, Indiana (1832-1834), par Karl Bodmer.
New Harmony, Indiana, USA 1831. Esquisse par Charles Alexandre Lesueur.

En novembre 1815, il quitte la France pour les États-Unis où il se lie avec le zoologiste Jean-Jacques Audubon.

À partir de 1825, il entreprend plusieurs explorations du Mississippi et il en profite pour expédier de nombreux échantillons au Muséum de Paris dont il est membre correspondant. Il revient en France en 1836. En 1845, il devient conservateur du Muséum d'histoire naturelle du Havre.

Il est inhumé à Sainte-Adresse.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Damkaer (2002) : 216.
  2. Bonnemains (1989) cité par Damkaer (2002) : 216.
  3. François Péron, Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804, tome premier, Imprimerie nationale, Paris, 1807 (lire en ligne)
  4. Charles-Alexandre Lesueur, N. Petit, llustrations de Voyage de découvertes aux terres australes exécuté sur les corvettes "Le Géographe", "Le Naturaliste"et la goëlette "Le Casuarina"pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 (Voir)
  5. Louis de Freycinet, Voyage de découvertes aux terres australes, exécuté sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste et la goëlette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 sous le commandement du capitaine de vaisseau N. Baudin. Navigation et géographie rédigé par M. Louis Freycinet, Imprimerie nationale, Paris, 1815 (lire en ligne)
  6. Anne Lombard-Jourdan, François Péron et Charles Lesueur à Timor. Une chasse au crocodile en 1803, p. 81-121, Archipel, année 1997, no 54 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

(en) * David M. Damkaer (2002). The copepodologist's cabinet : a biographical and bibliographical history [Premier volume. Aristotle to Alexander von Nordmann : (330 B.C. à A.D. 1832)], American Philosophical Society (Philadelphie), collection Memoirs of the American Philosophical Society held at Philadelphia for promoting useful knowledge : xix + 300 p. (ISBN 0-87169-240-6) (en)

  • Philippe Guillet, Isabelle Erard, Catherine Ruppli (1994). Trésors des Muséums de France, 189 p. (ISBN 2-73242-115-9[à vérifier : ISBN invalide])(fr)

Orientation bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Bonnemains (1989), « Les Artistes du ‘Voyage de Découvertes aux Terres Australes’ (1800-1804) : Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit », Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, 76 (1) : 11-55.
  • Jacqueline Goy (1995). Les Méduses de François Péron et Charles Lesueur. Un nouveau regard sur l'expédition Baudin. Cths, collection : Mémoires de la Section d'histoire des sciences et des techniques (ISBN 273550302X).
  • Cédric Crémière et Gabrielle Baglione, Lesueur, Peintre voyageur, Un trésor oublié, coll. Très Grande Bibliothèque Thalassa, Éditions de Conti, Paris, 2009 (ISBN 978-2-35103-011-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :