Charles Adda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adda (homonymie).
Charles Adda
Deauville-FR-14-CPA-La Plage fleurie-l'Atrium-M. ADDA, Archiecte-01.jpg
L'Atrium de Deauville Logo label patrimoine XXe siècle.svg : M. ADDA, Archiecte
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Charles Adda est un architecte français né en 1873 à Alger et mort en Normandie en 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir songé à faire carrière dans la Marine, ses dons de dessinateur l'incitent à s'orienter vers l'architecture. Arrivé à Paris en 1893, il entre, l'année suivante, aux Beaux-Arts dans l'atelier de Victor Laloux, l'architecte de la gare d'Orsay. Il obtient son diplôme en 1898. Présenté par Laloux à Ernest Sanson, il rejoint l'équipe de l'architecte pour la construction du Palais rose édifié pour Anna Gould et Boni de Castellane en réalisant notamment des esquisses et dessins de l'escalier des Ambassadeurs du château de Versailles, "clou" de cet hôtel particulier aujourd'hui démoli. Charles Adda fait bientôt partie de la dernière génération de ces architectes regroupés par commodité sous l'appellation de « néo-classiques ». Sa rencontre décisive avec le duc de Quincey l’amène à construire pour une clientèle aux noms illustres : comtesse Greffulhe, duc de Gramont (cf documentation in Connaissance des Arts, novembre 1963), marchand d’art Georges Bernheim, couturière Jeanne Paquin, pour lesquels il réalise de luxueux hôtels particuliers. Parallèlement, de 1903 à 1914, il conçoit de nombreux immeubles de rapport, le plus souvent dans l’Ouest parisien. Si les références décoratives de ces constructions sont traditionnelles, la distribution intérieure de l’espace est quant à elle très moderne.

Après la Grande Guerre, devenu architecte de la Société d'Encouragement des Champs de course, il réalise la grande Tribune en béton armé de l’hippodrome de Longchamp, des tribunes à Chantilly, ainsi que des aménagements d'importance pour les champs de course du Tremblay et de Deauville. Dans cette ville il édifie plusieurs villas de style régionaliste, ainsi que l’une de ses œuvres majeures : l’élégant établissement de bains de mer dit «Bains pompéiens» (1923-4), d’un modernisme tempéré, qui associe aux formes pures du béton la polychromie des mosaïques (maison Gentil et Bourdet).

Entre 1928 et 1934, il réalise, dans le plus pur style art déco, l’installation et l’agencement de nombreuses succursales de la société de confection « Les Cent Mille Chemises », ainsi que des magasins de chaussures "Raoul" (en France et à l’étranger). Maîtrisant parfaitement le code urbain des façades commerciales, il apporte un soin extrême à la mise en scène de la devanture, au lettrage et à la signalétique des magasins. L’aménagement intérieur est sobre, privilégiant la circulation, la marchandise y est mise en valeur.

Associé à son fils Raymond depuis 1932 [voir fonds 228 Institut Français d'Architecture], il signe avec lui les décors et illuminations des "Fêtes de nuit de Longchamp" (1934-1938). Malade depuis plusieurs années, il meurt en avril 1938.

Le 9 novembre 2013, la mairie de Deauville lui rend hommage en apposant une plaque à sa mémoire à l'entrée principale des Bains, place Claude-Lelouch.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Château du Marais.

Usines et magasins divers [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]