Charles A. Doswell III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles A. Dowswell III
Description de cette image, également commentée ci-après
En 2010 à la conférence sur les orages violents à Lubbock, Texas.
Naissance (74 ans)
Elmhurst, Illinois (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Domicile Norman (Oklahoma)
Nationalité États-Unis
Domaines Météorologie
Institutions National Severe Storms Laboratory, Cooperative Institute for Mesoscale Meteorological Studies, Université d'Oklahoma, Doswell Enterprises
Diplôme PhD en 1976
Formation Université du Wisconsin à Madison
Université d'Oklahoma
Directeur de thèse Yoshikazu Sasaki
Étudiants en thèse Matthew Biddle, Chad Shafer, Roger Edwards, Richard Thompson
Renommé pour Étude des orages violents

Charles A. Doswell III (5 novembre 1945) est un météorologue américain spécialité dans l'étude des orages et dont les nombreux articles scientifiques font autorité[1],[2]. Doswell, avec Leslie R. Lemon, est l'un des plus importants contributeurs à l'explication de la structure et du comportement des orages supercellulaires décrits en premier lieu par Keith Browning[3]. Il a également aidé à développer des techniques en prévision des orages violents et il est un avide chasseur d'orages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charles A. Doswell III, plus souvent connu comme Chuck Doswell, est né à Elmhurst, Illinois. Il gradua de l'école secondaire Willowbrook dans la ville voisine de Villa Park au printemps 1963, puis étudia à l'université du Wisconsin à Madison en météorologie[1]. Les deux dernières années de son baccalauréat, il travailla l'été au bureau local du service météorologique des États-Unis. Après avoir obtenu son diplôme en 1967, il décrocha un emploi d'été comme apprenti-météorologue au bureau National Severe Storms Forecast Center (NSSFC) (l'ancêtre du Storm Prediction Center et du National Severe Storms Laboratory (NSSL)) de Kansas City, Missouri tout en poursuivant ses études de Maîtrise à l'Université d'Oklahoma le reste du temps[1].

Doswell a dû interrompre ses études après avoir obtenu son diplôme en 1969 pour aller faire son service militaire. Il fut envoyé durant onze mois au Vietnam comme commis aux communications, puis il revint aux États-Unis où il fut assigné au laboratoire de sciences atmosphériques de la base de missiles de White Sands au Nouveau-Mexique. Il travailla à cet endroit sur la modélisation du brouillard[1].

Après sa démobilisation en février 1972, Dowswell retourna étudier au Doctorat à l'université de l'Oklahoma et gradua en 1976[1]. C'est à cet endroit qu'il commença à faire de la poursuite d'orages avec un groupe d'étudiants de l'université et de chercheurs du NSSL. Après graduation, il est retourné travailler comme chercheur au NSSFC dans la nouvelle unité de développement des techniques de prévision des orages violents (devenue plus tard le Storm Prediction Center)[1]. Six ans plus tard, il fut transféré à l’Environmental Research Laboratories Weather Research Program de Boulder, Colorado, puis en 1986 à NSSL déménagé à Norman (Oklahoma)[1].

En janvier 2001, Chuck Doswell a pris sa retraite de la fonction publique des États-Unis. Il se joignit alors au centre de recherche Cooperative Institute for Mesoscale Meteorological Studies (CIMMS) comme chercheur sénior et devint aussi enseignant à l'université de l'Oklahoma à mi-temps[1]. Il a pris sa retraite de ces postes après 2015[4],[5]. Il était cependant le co-auteur d'un article scientifique en 2018[6]. Il a également fondé en 2001 un bureau de météorologie-conseil (Doswell Scientific Consulting[7]).

Chercheur des orages[modifier | modifier le code]

Comme mentionné antérieurement, Charles Doswell a débuté la chasse aux orages dès l'université. Il est cependant un des premiers à le faire pour la recherche scientifique en même temps que pour le plaisir. Il fut le chercheur en chef de la première expérience Vortex en 1994-95 et a publié plus de 100 articles et contribué à de nombreux livres sur la structure des orage[8]. Il fut un des éditeurs du livre Severe Convective Storms de l'American Meteorological Society.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des prix et médailles que Charles Doswell a obtenus[9] :

Autres intérêts[modifier | modifier le code]

Doswell est un photographe semi-professionnel avec un prédilection sur les images prises lors de ses chasses. Il a animé un programme de musique Blues à la radio[10] et co-animé un autre programme sur les orages violents[11] sur le site de radio internet ShockNet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) Chuck Doswell, « Career History of Chuck Doswell » [archive du ], sur cimms.ou.edu, Cooperative Institute for Mesoscale Meteorological Studies (consulté le 7 janvier 2017).
  2. (en) « Curriculum Vitae of Charles A. Doswell III », sur flame.org, (consulté le 7 janvier 2017).
  3. (en) Leslie R. Lemon et C.A. Doswell, « Severe Thunderstorm Evolution and Mesocyclone Structure as Related to Tornadogenesis », Mon. Wea. Rev., AMS, vol. 107, no 9,‎ , p. 1184–97 (DOI 10.1175/1520-0493(1979)107<1184:STEAMS>2.0.CO;2, Bibcode 1979MWRv..107.1184L, lire en ligne [PDF]).
  4. (en) « Charles A. Doswell III », ResearchGate (consulté le 6 avril 2020).
  5. (en) Charles A. Doswell III, « On Social Science and Operational Forecasting », National Weather Association, (consulté le 6 avril 2020).
  6. (en) Ivan Tsonevsky, Charles A. Doswell III et Harold E. Brooks, « Early Warnings of Severe Convection Using the ECMWF Extreme Forecast Index », Weather and Forecasting, vol. 33, no 3,‎ , p. 857-871 (DOI 10.1175/WAF-D-18-0030.1, lire en ligne [PDF], consulté le 6 avril 2020).
  7. (en) « Chuck Doswell : President at Doswell Scientific Consulting », Linkin, (consulté le 6 avril 2020)
  8. (en) « Formal Puplications - Charles A. Doswell III » (consulté le 7 janvier 2017).
  9. (en) « Curriculum Vitae -- Charles A. Doswell III » (consulté le 7 janvier 2017).
  10. (en) « Juke Joint », sur shocknetradio.com (consulté le 7 janvier 2017).
  11. (en) « Gene Rhoden's "High Instability" internet radio show », sur stormtrack.org, (consulté le 7 janvier 2017).