Charles Édouard Armand-Dumaresq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un dessinateur ou un illustrateur image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un dessinateur ou un illustrateur et un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Charles Édouard Armand-Dumaresq
Charles Édouard Armand-Dumaresq 1900.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Charles-Édouard Armand-Dumaresq, né le à Paris, où il est mort en 1895, est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Gabriel Armand, est peintre[1]. Charles-Édouard Armand est un élève de Thomas Couture[2]. Il est aquarelliste, dessinateur et peintre, d'abord de sujets religieux puis principalement de sujets militaires. En 1858, il est autorisé par décret à rajouter le nom de sa mère[3], Dumaresq, à son patronyme[1].

Il est membre du jury international de l'Exposition universelle de 1867 à Paris. Il y expose son tableau de grand format Cambronne à Waterloo, pour lequel Napoléon III lui remet la croix de la Légion d'honneur. Ce tableau est acheté par le pacha d’Égypte.

Cambronne à Waterloo, Exposition universelle de 1867.
Cambronne à Waterloo, Exposition universelle de 1867.

En 1870, il est envoyé en mission d'étude aux États-Unis par le ministère français de l'Instruction publique pour enquêter sur « les différentes méthodes d'enseignement du dessin et sur ces applications aux arts et à l'industrie ». Il avait auparavant mené une mission similaire en Hollande. Il va alors rentrer en contact avec les milieux artistiques du nord-est des États-Unis et avec l'académie militaire de West Point et l'académie navale d'Annapolis. Il en conclut que « la supériorité de l'école française est reconnue par tous ; ce n'est qu'à Paris qu'un artiste, un professeur ou une méthode reçoivent leur consécration. »[réf. nécessaire] Affimation qu'il appuie en précisant que plusieurs postes d'autorité artistique étaient alors occupés par des Français comme à la gravure et l'imprimerie du Trésor américain. Il a peu peint durant son séjour, mais durant les années 1870 ses œuvres retracent des événements de la Guerre d'indépendance américaine.

Déclaration d'Indépendance des États-Unis d'Amérique, 4 juillet 1776 (vers 1873), Washington, Maison-Blanche.

Il travaille à Lille en collaboration avec Van Engelen pour un panorama de la bataille de Bapaume (1871, guerre franco-allemande, le tableau est aujourd'hui conservé dans la grande salle de la mairie de Bapaume). Armand-Dumaresq meurt à Paris en 1895.

Ses œuvres sont conservées au musée du château de Versailles, au Cabinet des estampes de la bibliothèque nationale ou au musée national de la coopération franco-américaine à Blérancourt dans l'Oise. Un de ses tableaux, Signature de l'Indépendance des États-Unis, se trouve dans la Cabinet Room, la salle de réunion du cabinet présidentiel américain à la Maison-Blanche[4].

Il a publié une série de planches lithographiées en couleur de la seconde Garde impériale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dictionnaire des pseudonymes », p. 22 de Georges d'Heylli, 1977.
  2. (en) Extrait de la notice de Charles Édouard Armand-Dumaresq dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. (ISBN 9780199773787)
  3. Née Carteret-Dumaresq.
  4. Une copie se trouve dans la reconstitution de cette pièce du temps de la présidence Clinton à la William Jefferson Clinton Presidential Library.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cent dessins de maîtres, Paris, Henri Launette, 1885.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :