Charles Édouard Armand-Dumaresq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Édouard Armand-Dumaresq
Charles Édouard Armand-Dumaresq 1900.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

Charles-Édouard Armand-Dumaresq, né le à Paris, où il est mort en 1895, est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Gabriel Armand, est peintre[1]. Charles-Édouard Armand est un élève de Thomas Couture[2]. Il est aquarelliste, dessinateur et peintre, d'abord de sujets religieux puis principalement de sujets militaires. En 1858, il est autorisé par décret à rajouter le nom de sa mère[3], Dumaresq, à son patronyme[1].

Il est membre du jury international de l'Exposition universelle de 1867 à Paris. Il y expose son tableau de grand format Cambronne à Waterloo, pour lequel Napoléon III lui remet la croix de la Légion d'honneur. Ce tableau est acheté par le pacha d’Égypte.

Cambronne à Waterloo, Exposition universelle de 1867.
Cambronne à Waterloo, Exposition universelle de 1867.

En 1870, il est envoyé en mission d'étude aux États-Unis par le ministère français de l'Instruction publique pour enquêter sur « les différentes méthodes d'enseignement du dessin et sur ces applications aux arts et à l'industrie ». Il avait auparavant mené une mission similaire en Hollande. Il va alors rentrer en contact avec les milieux artistiques du nord-est des États-Unis et avec l'académie militaire de West Point et l'académie navale d'Annapolis. Il en conclut que « la supériorité de l'école française est reconnue par tous ; ce n'est qu'à Paris qu'un artiste, un professeur ou une méthode reçoivent leur consécration. »[réf. nécessaire] Affimation qu'il appuie en précisant que plusieurs postes d'autorité artistique étaient alors occupés par des Français comme à la gravure et l'imprimerie du Trésor américain. Il a peu peint durant son séjour, mais durant les années 1870 ses œuvres retracent des événements de la Guerre d'indépendance américaine.

Déclaration d'Indépendance des États-Unis d'Amérique, 4 juillet 1776 (vers 1873), Washington, Maison-Blanche.

Il travaille à Lille en collaboration avec Van Engelen pour un panorama de la bataille de Bapaume (1871, guerre franco-allemande, le tableau est aujourd'hui conservé dans la grande salle de la mairie de Bapaume). Armand-Dumaresq meurt à Paris en 1895.

Ses œuvres sont conservées au musée du château de Versailles, au Cabinet des estampes de la bibliothèque nationale ou au musée national de la coopération franco-américaine à Blérancourt dans l'Oise. Un de ses tableaux, Signature de l'Indépendance des États-Unis, se trouve dans la Cabinet Room, la salle de réunion du cabinet présidentiel américain à la Maison-Blanche[4].

Il a publié une série de planches lithographiées en couleur de la seconde Garde impériale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dictionnaire des pseudonymes », p. 22 de Georges d'Heylli, 1977.
  2. (en) Extrait de la notice de Charles Édouard Armand-Dumaresq dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. (ISBN 9780199773787)
  3. Née Carteret-Dumaresq.
  4. Une copie se trouve dans la reconstitution de cette pièce du temps de la présidence Clinton à la William Jefferson Clinton Presidential Library.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cent dessins de maîtres, Paris, Henri Launette, 1885.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :