Charles-Théodore de Toerring-Jettenbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Théodore de Toerring-Jettenbach (en allemand : Karl Theodor zu Toerring-Jettenbach), comte de Toerring-Jettenbach, est né le à Winhöring, en Bavière, et décédé le à Munich, en Allemagne de l'Ouest. Chef de la maison de Toerring de 1929 à sa mort, c'est un aristocrate et un homme d'affaires bavarois, un temps proche du parti nazi.

Famille[modifier | modifier le code]

Le comte Charles-Théodore est le fils du comte Hans Veit zu Toerring-Jettenbach (de) (1862-1929) et de son épouse la duchesse Sophie en Bavière (1875-1957) (1875-1957). Par son père, il est le petit-fils du comte Clément-Marie de Toerring-Jettenbach (de) (1826-1891) tandis que, par sa mère, il descend du duc Charles-Théodore en Bavière (1839-1909).

Les 9 et , le comte Charles-Théodore épouse, à Seefeld, en Bavière, la princesse Élisabeth de Grèce (1904-1955), seconde fille du prince Nicolas de Grèce (1872-1938) et de sa femme la grande-duchesse Hélène Vladimirovna de Russie (1882-1957).

De ce mariage naissent deux enfants :

  • Hans Veit de Toerring-Jettenbach (1935), comte de Toerring-Jettenbach, qui s'unit, en 1964, à la princesse Henriette de Hohenlohe-Bartenstein (1938) ;
  • Hélène de Toerring-Jettenbach (1937), comtesse de Toerring-Jettenbach, qui épouse, en 1956, l'archiduc Ferdinand d'Autriche (1918-2004).

Biographie[modifier | modifier le code]

Chef d'une famille médiatisée liée à la maison de Wittelsbach, le comte Charles-Théodore hérite d'une fortune confortable. Connu pour son raffinement, il possède une importante collection d'art moderne[1]. Neveu de la reine Élisabeth de Belgique, le comte rencontre son épouse, la princesse Élisabeth de Grèce, lors d'un séjour chez son ami, et futur beau-frère, le régent Paul de Yougoslavie, en 1934[2].

Après l'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir, le comte Charles-Théodore démontre une certaine sympathie pour le régime nazi, sans pour autant rejoindre le NSDAP[1]. À partir de 1939, le Troisième Reich utilise les liens de parenté entre le Charles-Théodore et le régent Paul pour pousser la Yougoslavie à signer le pacte tripartite, ce qu'elle fait en 1941[3].

En 1952, le comte Charles-Théodore fonde, avec l'industriel Edmund Uher (de), la société d'équipement électronique Uher (de).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jonathan Petropoulos, Royals and the Reich : The Princes von Hessen in Nazi Germany, Oxford, Oxford University Press, , 1re éd., 524 p., poche (ISBN 978-0-19-921278-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (es) Ricardo Mateos Sainz de Medrano, La Familia de la Reina Sofía : La Dinastía griega, la Casa de Hannover y los reales primos de Europa, Madrid, La Esfera de los Libros, , 573 p. (ISBN 978-84-9734-195-0, OCLC 55595158) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Petropoulos 2009, p. 190.
  2. Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 264-265.
  3. Petropoulos 2009, p. 163.