Charles-Pierre Boullanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boullanger.
Charles-Pierre Boullanger
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Charles-Pierre Boullanger, né le à Paris[1] et mort dans la même ville le [1], est un géographe français qui fut membre de l'Expédition Baudin.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Embarqué sur la corvette Le Géographe, il participa en en tant que cartographe et ingénieur en hydrographie à l'expédition vers les Terres australes que conduisit Nicolas Baudin entre 1800 et 1803. Pendant cette expédition, il dessina avec Charles-Alexandre Lesueur une carte détaillé de la côte orientale de l'Australie qui a aujourd'hui, selon Christie's, une valeur de 40 000 à 60 000 livres sterling[2].

C'est Charles-Pierre Boullanger qui mena le petit groupe envoyé par Nicolas Baudin sur l'île Maria, située au large de la Tasmanie, le [3]. L'extrémité nord de cette île a été nommé cap Boullanger en son honneur.

Au moins un autre cap de l'Australie porte ce nom, le cap Boullanger de l'île Dorre. Il s'agit de la pointe nord de cette île située dans ce qui est aujourd'hui l'Australie-Occidentale. On trouve également dans cet État une île Boullanger où vit une espèce de souris marsupiale endémique, Sminthopsis boullangerensis.

Il embarque sur La Casuarina du 7 au 27 décembre 1802 et du 10 janvier au 18 février 1803.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives de Paris, fichier de l'état-civil reconstitué.
  2. (en) « Picture gallery », Christie's.
  3. (en) « Maria Island is for the intrepid », Kiwi Collection.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dany Bréelle, Les Géographes de l'expédition Baudin et la reconnaissance des côtes australes, in: Michel Jangoux (éd.) Portés par l'air du temps: les voyages du capitaine Baudin, numéro spécial d'"Études sur le XVIIIe siècle", XXXVIII, 2010, pp.213-223.