Charles-Michel Marle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Michel Marle (né le à Guelma en Algérie) est un ingénieur et mathématicien français, membre correspondant de l'Académie des sciences depuis 1983[1]. Charles-Michel Marle est professeur émérite à l'Université Pierre-et-Marie-Curie[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a effectué ses études primaires et secondaires à Constantine (Algérie) où il a obtenu la première partie du baccalauréat (série C) en 1950, et la seconde partie (série mathématiques élémentaires) en 1951.

Il a été élève des classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Bugeaud (Alger) : Mathématiques supérieures en 1951–1952, puis mathématiques spéciales en 1952–1953.

Il a été admis à l’École polytechnique en 1953. À sa sortie de cette école, en 1955, il a opté pour le Corps des mines.

Il a effectué son service militaire comme sous-lieutenant, à l’école du Génie d’Angers d’octobre 1955 à février 1956, puis en Algérie pendant la guerre, jusqu’au 30 décembre 1956.

Ayant été maintenu dans l’armée quelques mois supplémentaires, Il a commencé à suivre les cours de l’École nationale supérieure des mines de Paris en janvier 1957, avec trois mois de retard. D’octobre 1957 à septembre 1958 il a suivi les cours de l’École nationale supérieure du pétrole et des moteurs et effectué divers stages dans l’industrie pétrolière, en France et en Algérie. De retour à l’École des mines de Paris en octobre 1958, sa dernière année d’étude a été interrompue en janvier ou février 1959 par la décision, prise alors par le ministre de l’Industrie, d’envoyer en Algérie tous les fonctionnaires débutants de catégorie A, pour participer au Plan de Constantine. Il a alors été rattaché à l’éphémère Organisation commune des régions sahariennes et il a travaillé à Alger, au Sahara et à Paris, sur divers projets industriels.

En octobre 1959 il a été détaché par le corps des mines à l'Institut français du pétrole (IFP), où il a été ingénieur de recherches, puis chef de département, puis directeur de division, jusqu’en septembre 1969.

Tout en travaillant dans cet Institut, en vue d’un changement d’orientation, il a obtenu une licence en mathématiques et préparé une thèse de doctorat d’État, sous la direction du professeur André Lichnerowicz. Il a travaillé à cette thèse en dehors des heures de travail à l’IFP, car son sujet n’avait rien à voir avec les recherches faites dans cet Institut.

En octobre 1969 il a changé d’orientation en entrant dans l’enseignement supérieur. D’abord maître de conférences à l’université de Besançon d’octobre 1969 à septembre 1975, puis à l’université Pierre-et-Marie-Curie à Paris, il a été nommé professeur dans cette université en 1977. Il y est resté jusqu’à sa retraite en septembre 2000.

Charles-Michel Marle est l'arrière arrière petit fils du grammairien L. C. Marle (1799-1860), auteur d'une tentative de réforme orthographique vers 1840.

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Travaux effectués à l’Institut français du pétrole[modifier | modifier le code]

Ces travaux portaient principalement sur les écoulements de fluides dans les milieux poreux, étudiés en vue d’applications à l’exploitation des gisements d’hydrocarbures. Il a publié un livre sur ce sujet, développant un cours qu'il a enseigné à l’École nationale du pétrole et des moteurs[3].

Il a publié deux articles dans ce domaine[4],[5].

Thèse[modifier | modifier le code]

Le problème qu'il a étudié dans sa thèse était l’établissement des équations de la dynamique des fluides relativistes visqueux, conducteurs de la chaleur et de composition non uniforme, à partir de l’équation de Boltzmann relativiste. Sa thèse a été publiée dans deux articles[6].

Travaux sur la géométrie symplectique et les systèmes hamiltoniens[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1970, et jusqu’à aujourd’hui, il a travaillé principalement sur la géométrie symplectique, la géométrie de Poisson et leurs applications en mécanique et en physique. Avec sa collègue Paulette Libermann (1919–2007) il a publié un livre de niveau recherche sur ce sujet[7].

Il a, récemment, publié un autre livre, reprenant une partie du précédent, exposant les résultats récents obtenus dans ce domaine depuis 1987[8].

Il a publié dans ce domaine un certain nombre d'articles[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15].

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix des laboratoires de l'Académie des sciences, pour son travail de thèse, en 1973

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Académie des sciences »
  2. « Site personnel »
  3. Charles-Michel Marle, Les écoulements polyphasiques en milieu poreux. Traduction anglaise de la deuxième édition, Multiphase flow in porous media, Paris, Éditions Technip, 1981 (257 pages), première édition, 1965 (175 pages). deuxième édition plus développée, 1972 (300 pages)
  4. CM Marle, « Écoulements monophasiques en milieu poreux », Revue de l’Institut français du pétrole,‎ vol. 22, 10 (1967), p. 1471–1509
  5. CM Marle, « On macroscopic equations governing multiphase flow with diffusion and chemical reactions in porous media », International Journal of Engineering Science,‎ vol. 20, 5 (1982), p. 643–662
  6. MC Marle, « Sur l’établissement des équations de l’hydrodynamique des fluides relativistes dissipatifs (parties I et II) », Annales de l’Institut Henri Poincaré,‎ vol. 10, 1 (1969), p. 67–126 ; vol. 10, 2 (1969), p. 127–194.
  7. Charles-Michel Marle, Symplectic geometry and analytical mechanics, Dordrecht, D. Reidel Publishing Company,, , 526 p.
  8. Charles-Michel Marle, Géométrie symplectique et géométrie de Poisson, Paris, Calvage et Moune, , 449 p.
  9. CM Marle, « Modèle d’action hamiltonienne d’un groupe de Lie sur une variété symplectique », Rend. Sem. Mat. Univ. Politecn,‎ vol. 43, 2 (1985), p. 227–251
  10. CM. Marle, P. Dazord et A. Lichnerowicz, « Structure locale des variétés de Jacobi », J. Math. pures et appl.,‎ 70, 1991, p. 101–152
  11. Charles-Michel Marle, , Boston, P. Donato, C. Duval, « Géométrie des systèmes mécaniques à liaisons actives. Dans "Symplectic Geometry and Mathematical Physics. Actes du colloque en l’honneur de Jean-Marie Souriau », J. Elhadad, G. M. Tuynman, éditeurs, Birkhäuser,‎ , p. 260–287
  12. CM Marle, « Reduction of constrained mechanical systems and stability of relative equilibria », Com- mun. Math. Phys.,‎ vol. 174 (1995), p. 295–318
  13. CM Marle, On mechanical systems with a Lie group as configuration space. In Jean Leray ’99 Conference Proceedings : the Karlskrona conference in the Honor of Jean Leray, Dordrecht, Maurice de Gosson, editor. Kluwer,
  14. Charles-Michel Marle, « Calculus on Lie algebroids, Lie groupoids and Poisson manifolds. Dissertationes Mathematicae », Warszaw, vol. 457, Institute of Mathematics, Polish Academy of Sciences,‎ , p. 1–57
  15. MC Marle, « A property of conformally Hamiltonian vector fields ; application to the Kepler problem », Journal of Geometric Mechanics,‎ vol.4, 12, june 2012, p. 181–206
  16. « Société Mathématique de France »
  17. « Société Française de Physique »
  18. « American Mathematical Sociéty »

Liens externes[modifier | modifier le code]