Charles-Maurice de Monaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles-Maurice de Monaco
Biographie
Nom de naissance Charles-Maurice Grimaldi
Naissance
Paris (France)
Décès
Maury (Suisse)
Père Jacques Ier de Monaco
Mère Louise-Hippolyte de Monaco
Conjoint Marie-Christine de Rouvroy
Enfants Aucun

Charles-Maurice de Monaco, également appelé Charles-Maurice Goyon de Matignon ou Charles-Maurice Grimaldi, comte de Valentinois (1747) et grand d’Espagne, est un aristocrate né le à Paris et mort le à Maury (Suisse)[1].

Dernier fils du prince souverain (1731-1733) Jacques Ier de Monaco (1689-1751) et de la princesse souveraine (1731-1731) Louise-Hippolyte de Monaco (1697-1731), c’est un militaire et un gouverneur français.

Surnommé « le Chevalier de Monaco », Charles-Maurice est le frère du prince souverain (1733-1793) Honoré III de Monaco (1720-1795). Il ne doit pas être confondu avec Antoine Grimaldi (1697-1784) dit le « chevalier de Grimaldi », qui exerça le gouvernement effectif de la Principauté sous le règne d’Honoré III.

Famille[modifier | modifier le code]

Le prince Charles-Maurice est le fils de la princesse souveraine (1731-1731) Louise-Hippolyte de Monaco (1697-1731) et de son époux, le prince souverain (1731-1733) Jacques Ier de Monaco (1689-1751).

Par sa mère, il est donc issu de la famille Grimaldi tandis que, par son père, il descend de la famille de Gouyon.

Son épouse Marie-Christine de Rouvroy par Carmontelle.

Le , en la chapelle de l’hôtel Saint-Simon à Paris (avec approbation du roi Louis XV du ), il épouse Marie-Christine de Rouvroy de Saint-Simon (1728-1774), qui est la fille de Jacques-Louis de Rouvroy (1698-1746), duc de Saint-Simon par donation entre vifs, dit « duc de Ruffec », et de son épouse Catherine-Charlotte-Thérèse de Gramont (1707-1755). Marie-Christine est la petite-fille du célèbre mémorialiste Louis de Rouvroy de Saint-Simon (1675-1755), duc de Saint-Simon. Son épouse étant grande d’Espagne de première classe, Charles-Maurice devient grand d’Espagne de première classe jure uxoris[1].

De ce mariage, qui se termine par une séparation en 1766, ne naît aucun enfant.

Carrière civile et militaire[modifier | modifier le code]

Charles-Maurice de Monaco, ne présenta jamais ses vœux à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qu'il quitte à la suite de la mort de deux de ses frères aînés[2].

Nommé guidon de Gendarmerie en 1745, à l'âge de 18 ans, il participe quelques mois après à la bataille de Fontenoy, durant laquelle il est blessé (). Promu enseigne des gendarmes de Bretagne le , il est fait sous-lieutenant de la même compagnie en . Le , il est élevé au rang de brigadier de cavalerie Lieutenant-général au gouvernement de Normandie, gouverneur de Granville, de Saint-Lô, de Cherbourg et des îles Chausey[3].

Bien qu'il soit présenté dans un ouvrage de 1777 comme chevalier de la Toison d’or[4], on ne trouve pas de Charles-Maurice de Monaco dans les listes disponibles[5]. Une confusion avec sa qualité de grand d’Espagne jure uxoris est possible.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Armoiries de Monaco et Armorial des Grimaldi.
Blason Blasonnement :
Fuselé d'argent et de gueules.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Fred Tourtchine, « Le Royaume de Bavière, volume III : La Principauté de Monaco », op. cit..
  2. Léon-Honoré Labande, Histoire de la Principauté de Monaco, op. cit., page 219. Il n'apparait dans aucune des listes des chevaliers de Malte comme celle de La Roque ou même de Saint-Allais.
  3. M. De la Chenaye-Desbois, « Charles-Maurice Grimaldi », Dictionnaire de la Noblesse, tome VII, Antoine Boudet, Paris, 1774, p. 368-369.
  4. M. Le Paige, Dictionnaire topographique, historique, généalogique et bibliographique de la province et du diocèse du Maine, tome II, Toutain, Le Mans, 1777, p. 117.
  5. (de) Liste der Ritter des Ordens vom Goldenen Vlies[réf. insuffisante].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Fred Tourtchine, « Le Royaume de Bavière, volume III : La Principauté de Monaco », Les Manuscrits du Cèdre : Dictionnaire historique et généalogique, CEDRE, 2002, pages 123-124 (ISSN 0993-3964)
  • Léon-Honoré Labande, Histoire de la Principauté de Monaco, 2e édition, Monaco, sans date.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]