Charles-Gaston Levadé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Gaston Levadé
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 79 ans)
Cabourg, Drapeau de la France France
Activité principale Pianiste, compositeur
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Albert Lavignac, Charles de Bériot, Georges Mathias, Jules Massenet, Charles Lenepveu
Récompenses Grand prix de Rome (1899)

Charles Gaston Levadé est un compositeur français né le à Paris 9e et mort le à Cabourg[1].

Élève de Jules Massenet, Grand prix de Rome 1899, il est l'auteur d'œuvres de musique de chambre, de mélodies, de musiques religieuses, d'œuvres dramatiques et d'opéras comiques. Il a remporté, à son époque un très grand succès.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l’âge de 13 ans, Charles Levadé entre au Conservatoire de Paris où il suit les cours de solfège d’Albert Lavignac, de Charles de Bériot, Georges Mathias, Auguste Bazille. C'est chez Lavignac, quelques années plus tard, qu'il rencontre Erik Satie qui lui dédicace une de ses Ogives et une de ses Gymnopédies.

Mais c’est surtout avec Jules Massenet que Charles Levadé arrive à la plénitude de son talent. Massenet compte parmi ses élèves un nombre impressionnant de Grand prix de Rome. En 1911, l'élève rend hommage à son maître en écrivant dans les Annales politiques et littéraires du  : « Un des grands talents de Massenet était de faire comprendre, aimer, approfondir, en chantant lui-même et en exécutant au piano les œuvres des maîtres. Il nous jouait souvent Schubert et Schumann, comparant leurs différents génies jusque dans les plus petites nuances (...) ».

Après la démission de Massenet en 1896, Levadé suit les cours de Charles Lenepveu et obtient le Grand prix de Rome en 1899 avec sa cantate Callirhoé sur un texte d’Eugène Adénis.

Ses débuts en public sont assez rapides, dès 1895 il produit une pantomime japonaise: Cœur de magots, une saynète créée au Grand Guignol en 1897, et un opéra de salon en 1903. Mais son succès commence vraiment avec un opéra en trois actes : Les Hérétiques, tragédie lyrique sur poème de Ferdinand Hérold. En 1908, il compose la musique de La Courtisane de Corinthe, sur un texte de Michel Carré et Paul Bilhaude qui sera montée en 1908 par Sarah Bernhardt, puis Les Fiançailles de l'ami Fritz, d'après Erckmann-Chatrian en 1919.

Suivront d'autres adaptations musicales de textes littéraires comme Le Capitaine Fracasse, livret d'Émile Bergerat et Michel Carré, comédie lyrique tirée du roman de Théophile Gautier et en 1929, La Peau de chagrin, comédie lyrique en quatre actes d’après Balzac, livret de Pierre Decourcelle et Michel Carré, puis La Rôtisserie de la reine Pédauque, comédie lyrique en quatre actes d'après le roman d'Anatole France en 1934.

Charles Levadé est aussi un compositeur de chansons populaires (J’ai cueilli le lys, 1912), de musique symphonique, (Prélude religieux pour orchestre à cordes), de berceuse pour piano et violon et de musique religieuse : Prélude religieux pour orgue, Agnus Dei pour chœur, Psaume CXIII pour soli, chœur et orchestre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Hérétiques, Théâtre des Arènes à Béziers

Liste partielle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 9/23/1869, avec mention marginale du décès (consulté le 6 juin 2012)
  2. Le Petit Méridional, 29 août 1905, "La deuxième des Hérétiques aux Arènes de Béziers" ; Archives Municipales de Béziers, 2 R 9 : Dossier du Comité d'organisation.

Liens externes[modifier | modifier le code]