Charles-François de La Vieuville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-François de La Vieuville
Biographie
Décès 29 janvier 1676
à Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 30 avril 1661
Dernier titre ou fonction Évêque de Rennes
Évêque de Rennes

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason Charles de La Vieuville (1582-1653).svg

Charles-François de La Vieuville, fils de Charles, duc de La Vieuville, en Artois, et de Marie Bouhier, fut un évêque de Rennes.

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Avant que d'être nommé évêque de Rennes, Charles de La Vieuville fut abbé commendataire des abbayes de Savigny, de Saint-Lomer de Blois, et de Saint-Martial de Limoges. Il fut également abbé de Lesterps, relevant les bâtiments conventuels ruinés par les guerres de religion.

Sacré en l'église des Filles-Dieu de Paris le 30 avril 1661 par Mgr de Neuville de Villeroy, évêque de Chartres, Mgr Fournier, évêque de Périgueux et l'évêque de Césarée, il ne fit son entrée dans sa ville épiscopale que le 21 décembre suivant.

Le 1er novembre 1661, il eut l'honneur d'ondoyer le Dauphin, futur Louis XIV de France né à 11 H. 53 à Fontainebleau le 1er novembre 1661[1]. Le 2 janvier 1662, il prêta serment au parlement de Bretagne en qualité de conseiller-né.

Homme d'érudition, il sollicita en 1670 les Eudistes de sorte qu'ils prissent en charge son séminaire diocésain.

Il fut le parrain de Charles-François Billon (1667-1736), chanoine, Trésorier de la Collégiale de Vitré et conseiller du duc de La Trémoïlle[2].

Il succéda à ce siège épiscopal à Henri de La Mothe-Houdancourt, oncle de Anne - Lucie de la Motte, épouse de son neveu François-René. Il meurt quatorze jours après ce mariage qui fit grand bruit à la cour, à Paris, le 29 janvier 1676.

Armes[modifier | modifier le code]

Ecartelées aux 1er et 4ème fascé d'argent et d'azur, au chef d'argent chargé de trois annelets enfilés de gueules; aux 2ème et 3ème d'hermines, au chef danché de gueule; sur le tout : d'argent à sept feuilles de houx de sinople, 3, 3, 1.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. gazette du 5 novembre 1661, n°132 pages 1178 et 1179
  2. Vitré, vieux faubourgs, vieilles rues, Edouard Frain de La Gaulayrie, Le Livre d'Histoire-Lorisse, Paris 2004, p. 154

Lien externe[modifier | modifier le code]