Aller au contenu

Charles-Félix (roi de Sardaigne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charles-Félix
(it) Carlo Felice
Illustration.
Portrait de Charles-Félix au XIXe siècle par Pinna Paolo.
Titre
Roi de Sardaigne
Prince de Piémont et duc de Savoie

(10 ans et 1 mois)
Prédécesseur Victor-Emmanuel Ier
Successeur Charles-Albert
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Nom de naissance Carlo Felice Giuseppe Maria di Savoia
Surnom « le Bien-aimé »
Date de naissance
Lieu de naissance Palais royal, Turin (Sardaigne)
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Palais Chiablese, Turin (Sardaigne)
Sépulture Abbaye d'Hautecombe
Père Victor-Amédée III
Mère Marie-Antoinette d'Espagne
Fratrie Victor-Emmanuel Ier
Conjoint Marie-Christine de Bourbon-Siciles
Enfants Sans
Héritier Charles-Albert de Savoie-Carignan
(1821-1831)
Religion Catholicisme

Signature de Charles-Félix (it) Carlo Felice

Charles-Félix (roi de Sardaigne)
Roi de Sardaigne

Charles-Félix, dit « le Bien-Aimé », né à Turin le et mort dans la même ville le , est un duc de Savoie, puis roi de Sardaigne de 1821 à 1831.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles-Félix est le onzième enfant et le cinquième fils de Victor-Amédée III, duc de Savoie, roi de Sardaigne, prince de Piémont, roi titulaire de Chypre et de Jérusalem, et de Marie-Antoinette d'Espagne. Ses grands-parents maternels sont Philippe V d'Espagne et Élisabeth Farnèse.

Il est tout d'abord fait comte de Carmagnole en 1785, puis marquis de Suse en 1796 et prince héritier de Savoie et de Sardaigne de 1802 à 1821, vice-roi de Sardaigne de 1796 à 1802, puis de 1814 à 1821, et duc de Gênes en 1815[1].

En 1821, il devient roi de Sardaigne, prince de Piémont, duc de Savoie et hérite des titres royaux de Chypre et de Jérusalem, à l'abdication de son frère Victor-Emmanuel Ier de Savoie, après la courte régence de son cousin et héritier le prince Charles-Albert de Savoie-Carignan.

Borne frontière datant de 1822 séparant les États de Savoie du royaume de France, installée sous le règne de Charles-Félix (Borne n°57 - entre Pontcharra et Laissaud).

Sous son règne sont installées les bornes frontières séparant les États de Savoie du royaume de France[2].

Il supprime la constitution octroyée par Charles-Albert, réprime une rébellion, régularise l’administration, modifie certaines franchises du comté de Nice et du port de cette ville puis promulgue un nouveau code militaire.

Il avait épousé le Marie-Christine de Bourbon-Siciles (1779 † 1849), fille de Ferdinand Ier des Deux-Siciles et de Marie-Caroline d'Autriche. Il meurt en 1831 au palais royal de Turin, sans laisser de postérité.

Charles-Félix était le dernier représentant de la branche aînée de la maison de Savoie. En 1821, il avait préalablement nommé au poste de régent, pour le former au gouvernement du royaume, le représentant de la branche cadette des princes de Savoie-Carignan, en la personne de son cousin Charles-Albert de Savoie-Carignan (1798-1849)[3]. Celui-ci lui succède sur le trône du royaume de Sardaigne le .

En conformité avec sa volonté exprimée, il est inhumé solennellement dans le pays de ses ancêtres, en Savoie, au bord du lac du Bourget, en l'abbaye royale d'Hautecombe, nécropole des souverains de Savoie où il repose toujours.

Numismatique[modifier | modifier le code]

Titulature en latin figurant sur une pièce de une lire de 1828 : CAR. FELIX D. G. REX SAR. CYP. ET HIER. (face) DVX SAB. GENVÆ ET MONTISF. PRINC. PED. & : « Charles-Felix par la grâce de Dieu roi de Sardaigne, Chypre et Jérusalem » (face) « duc de Savoie, duc de Gênes[1] et Montferrat, prince de Piémont, etcetera ».


Ascendance[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tourtchine 1994, p. 27.
  2. Michel Jaillard, A la découverte des bornes frontières de 1822 et 1823, Pontcharra, Pontcharra Patrimoine et Histoire, , 123 p. (ISBN 978-2-952-62940-9), p. 15
  3. Le prince Charles-Albert de Savoie-Carignan était descendant en droite ligne du duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie (1562-1630), par son fils cadet le prince Thomas de Savoie-Carignan (1595-1656), fondateur de la branche cadette de Savoie-Carignan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]