Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach
Image dans Infobox.
Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach, vers 1805 (Georg Melchior Kraus).
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Graditz (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière historique de Weimar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Karl August von Sachsen-Weimar-EisenachVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Charles-Frédéric
Sachsen-Weimar-Eisenach, Prinzessin Luise Auguste Amalie (d)
Unnamed daughter von Sachsen-Weimar-Eisenach (d)
Unnamed son von Sachsen-Weimar-Eisenach (d)
Karl von Heygendorff
Bernard de Saxe-Weimar-Eisenach
Caroline-Louise de Saxe-Weimar-Eisenach
Unnamed son2 von Sachsen-Weimar-Eisenach (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Membre de
Grade militaire
Général de cavalerie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions
Coat of Arms of the Grand Duchy of Saxe-Weimar-Eisenach.svg
Blason

Charles-Auguste (Weimar, Graditz, ) est un prince allemand de la branche ernestine de la maison de Wettin. Duc de Saxe-Weimar et de Saxe-Eisenach de 1758 à 1809, puis duc de Saxe-Weimar-Eisenach après l'unification de ces deux duchés, il a été élevé au rang de grand-duc en 1815. Il a joué un rôle majeur dans le rayonnement de la cour de Weimar, où il a accueilli Goethe et encouragé les arts en finançant notamment l'École princière de dessin de Weimar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du duc Ernest-Auguste II de Saxe-Weimar-Eisenach et d'Anne-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel. Son père meurt prématurément à l'âge de 21 ans, et Charles-Auguste devient duc à l'âge de neuf mois. Sa mère, qui n'a que 19 ans, assure la régence durant sa minorité. Elle fait de sa capitale provinciale une « nouvelle Athènes » dont la renommée devient rapidement internationale et permet à son fils, confronté à la Révolution française, à l'occupation des troupes napoléoniennes et au « remembrement » du Congrès de Vienne, non seulement de conserver ses États, mais aussi de gagner un surcroît de prestige en faisant élever son duché au rang de grand-duché par le Congrès. L'activité de son petit pays ne suffit pas au jeune duc plein d'entrain. Il s'engage dans la politique impériale en tentant de fonder une confédération de princes pour contrebalancer le dualisme austro-prussien, mais cela n'a que peu de succès. En 1787, il participe à l'invasion prussienne de la Hollande (de) en tant que volontaire en compagnie du commandant en chef prussien, le duc Charles-Guillaume-Ferdinand. Il entre au service de la Prusse, devient major général de la cavalerie et, le 16 décembre 1787, chef du 6e régiment de cuirassiers (de) "von Rohr (de)".

Le jeune souverain reçoit pour précepteur des penseurs d'esprit libéral et humaniste tels que Wieland, Herder et Goethe, qui devint également son ami, son ministre et son mentor. Il nomme Friedrich Schiller professeur à l'université de Iéna. Libéral, Charles-Auguste limite lui-même ses prérogatives en accordant dès 1816 une constitution à ses sujets.

Il développa la race canine Braque de Weimar.

Descendance[modifier | modifier le code]

Le , Charles-Auguste a épousé Louise (), fille du landgrave Louis IX de Hesse-Darmstadt et de la comtesse Caroline de Palatinat-Deux-Ponts-Birkenfeld (que l'Europe surnommera la "Grande Landgravine"). Ils ont eu sept enfants :

Charles-Auguste a également eu trois enfants de sa maîtresse la tragédienne Karoline Jagemann (1777-1848) :

  1. Karl von Heygendorff (Weimar, – Dresde, ), général des armées de Saxe ;
  2. August von Heygendorff (Weimar, – Dresde, ) ;
  3. Mariana von Heygendorff (Weimar, – 's Gravenhage, ), épouse le Daniel, Baron Tindal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :