Charles-Adam de Bylandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles-Adam de Bylandt
Fonctions
Aide de camp
Louis Bonaparte
Écuyer
Hortense de Beauharnais
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
LaonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Néerlandais, Français (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
House of Bylandt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Otto Anne van Bylandt (d)
Willem Frederik van Bylandt (en)
Jean Charles van Bylandt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinctions
Wapen van Bylandt.svg
blason

Charles-Adam de Bylandt-Palstercamp, né le à La Haye et mort le à Laon, est un militaire français d'origine néerlandaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à La Haye le 22 octobre 1773, Carel Adam van Bylandt est l'un des fils d'Anna van der Duyn (1747-1798) et du comte Alexander van Bylandt (1743-1819). Le 1er mai 1785, il entre à l'école des cadets hollandais. Après avoir servi dans l'armée des Provinces-Unies, il en démissionne en 1795, après la fondation de la République batave[1], à l'instar de son frère aîné Willem Frederik van Bylandt (en).

Contrairement à ce frère acquis à la cause orangiste, Charles de Bylandt se rallie quelques années plus tard à Louis Bonaparte, frère de Napoléon Ier et roi de Hollande, dont il devient lieutenant-officier d'ordonnance le 10 novembre 1806. Au début de l'année 1807, il est l'écuyer de la reine consort Hortense de Beauharnais[2]. Il accompagne notamment celle-ci à Cauterets, dans les Pyrénées, en juin-juillet 1807[3].

Au début de l'année 1808, Bylandt, qui a été nommé capitaine le 26 décembre précédent, est à nouveau auprès du roi à Utrecht et à La Haye. Le 24 juillet, il est promu au grade de lieutenant-colonel. Le 25 septembre 1809, il est nommé colonel au sein des gardes du corps à cheval. Il passe ensuite à l'état-major de l'armée puis au 1er régiment de chasseurs, le 30 juin 1810[2], à la veille de l'annexion du royaume de Hollande par l'Empire français.

Entre août et septembre 1810, « prévenu de manœuvres contre la sûreté de l’État », Bylandt est brièvement incarcéré au donjon de Vincennes avant d'être relâché et autorisé à regagner son régiment stationné à Metz, où il reste quelque temps sous haute surveillance. Malgré cet épisode étrange, il obtient en 1811 la citoyenneté française ainsi que la confirmation de son grade de colonel dans l'armée française. L'année suivante, Louis le reprend à son service[2].

Pendant la retraite de Russie, en 1812, Bylandt est adjudant-commandant et chef de l'état-major de la 2e division de cavalerie légère[4].

Fait prisonnier pendant la campagne de 1813, Bylandt est libéré sur parole à Hambourg[2]. En 1815, pendant les Cent-Jours, il aurait rejoint la cour de Louis XVIII à Gand. Deux ans plus tard, il demande et obtient sa réintégration dans l'armée française, avec le grade de colonel d'état-major[5].

En 1821, Bylandt est à nouveau étroitement surveillé car les autorités de la Restauration ont découvert qu'il retrouvait chaque année Hortense de Beauharnais en Italie ou à Arenenberg[5].

Habitant depuis 1819 à Paris, où il surveillait les études d'un fils naturel[5],[6], puis à Bréda, il meurt à Laon le 5 juillet 1857. Il était chevalier de la Légion d'honneur, commandeur de l'ordre de l'Union et commandeur titulaire de l'ordre des Quatre Empereurs et de l'ordre du Mérite du Lion de Holstein-Limbourg[7].

Père biologique de Napoléon III ?[modifier | modifier le code]

En 1864, l'historien Pierre Dolgoroukov (en) a écrit que l'empereur Napoléon III, fils de Louis Bonaparte, est en réalité l'enfant naturel du comte de Bylandt et de Hortense de Beauharnais. Il fonde cette affirmation sur des propos de son grand-oncle, Serge Dolgoroukov (d), ambassadeur russe à la cour du roi Louis de Hollande, qui auraient été rapportés par le prince Élie Dolgoroukov puis confirmés par le comte Bloudov, secrétaire de la légation russe en Hollande en 1808[8].

Soixante-dix ans plus tard, Pierre de Lacretelle (d) étudie cette hypothèse dans un article publié dans la Revue de Paris. Tout en reconnaissant l'absence de preuve décisive, il constate que Napoléon III aurait dû être conçu vers le 25-26 juillet 1807 si sa naissance, 270 jours plus tard, n'avait pas été prématurée. Or, dans la nuit du 25 au 26 juillet 1807, Hortense dormait dans une auberge de Gavarnie, accompagnée de quelques proches et suivants, mais loin de son mari, parti pour Ussat depuis le 6 juillet et qu'elle n'a retrouvé que le 12 août suivant à Toulouse[9]. Hortense pourrait avoir voulu brouiller les pistes en précisant, dans ses Mémoires, qu'elle aurait auparavant renvoyé Bylandt en Hollande, inquiète pour la sécurité de son écuyer, ce dernier ayant fait « plusieurs chutes dangereuses en s'obstinant à [la] suivre à travers des routes trop difficiles pour son âge »[10]. Or, Bylandt n'avait que dix ans de plus que la reine et était dans sa 34e année au moment de cette excursion.

D'autres hommes, également présents dans l'entourage d'Hortense à Gavarnie ou à Cauterets en juillet 1807, auraient pu être le père biologique de Napoléon III. On cite notamment Élie Decazes et l'amiral Ver Huell. Dans sa biographie du dernier empereur français, Pierre Milza estime qu'« aucune de ces hypothèses n'est à rejeter de manière définitive mais aucune [...] n'emporte davantage la conviction » et que, pour la plupart des historiens, dont Louis Girard, « l'hypothèse la moins improbable reste celle de la paternité du roi Louis »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lacretelle, p. 189.
  2. a b c et d Lacretelle, p. 190.
  3. Lacretelle, p. 178.
  4. Bulletin de la Société archéologique, historique littéraire & scientifique du Gers, 2e trimestre 1956, p. 185-186.
  5. a b et c Lacretelle, p. 191.
  6. Ce fils naturel serait Charles de Bylandt, officier dans le second bataillon de chasseurs et chevalier de l'ordre militaire de Guillaume (L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, 10 septembre 1906, col. 342).
  7. Archives départementales de l'Aisne, état civil de Laon, registre des décès de 1857, acte no 162 (vue 194 sur 253).
  8. Dolgoroukov, p. 98.
  9. Lacretelle, p. 181.
  10. Hortense de Beauharnais, p. 297.
  11. Milza, p. 13-14.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]