Charles-Évariste-Joseph Cœuret-Varin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles-Évariste-Joseph Cœuret-Varin
Fonctions
Évêque catholique
depuis le
Évêque diocésain
Diocèse d'Agen
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
AgenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Consécrateurs
Jean-Émile Fonteneau, Pierre-Alfred Grimardias, Jean-Auguste Émile Caraguel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Charles-Évariste-Joseph Cœuret-Varin est né à Bordeaux le 21 août 1838, mort à Agen le 23 février 1905[1], est un prélat français, évêque d'Agen à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre en 1863. Il est d'abord prêtre à Bordeaux.

En 1875, il est appelé au diocèse d'Agen pour en devenir le vicaire général. Mgr Fonteneau est évêque d'Agen depuis 1874. Ce dernier ne manquait pas de zèle ni de piété, mais il était dépourvu de science administrative et de jugement car il accumula une dette de 800 000 francs, accusation contre laquelle se sont élevés ses vicaires généraux en 1896[2]. Il chercha à changer de diocèse, mais la santé financière de celui-ci rendait ce changement difficile. Aussi Charles Coeuret-Varin, vicaire général, accepta de prendre la succession.

Armand Fallières, originaire du diocèse d'Agen, est alors ministre des cultes. À la mort de la mère du ministre, Mgr Fonteneau a été présent aux obsèques et a montré une telle sympathie au ministre qu'il a été nommé archevêque d'Albi et son vicaire général, évêque d'Agen[3]. Il a été choisi comme évêque d'Agen le 31 décembre 1884, a reçu l'institution canonique du pape le 27 mars et a été consacré évêque le 26 mai 1885.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le 4 janvier 1895[4].

Armes et devise[modifier | modifier le code]

D'argent au chevron d'azur, accompagné en chef de deux lis de gueules tigés et feuillés de sinople et en pointe cœur de gueules; au chef de gueules chargé d'un lion passant d'argent[5].

Cor unum et anima una

Références[modifier | modifier le code]

  1. La vie religieuse de l'archidiocèse d'Albi, p. 126, 4 mars 1905
  2. La semaine religieuse de l'Archidiocèse d'Albi, p. 6-7, 27 juin 1896
  3. Lecanuet, le R.P., La Vie de l'Église sous Léon XIII, p. 111, Imprimerie des Presses universitaires de France, Paris, 1930 ( lire en ligne )
  4. Base Léonore : Charles Évariste Cœuret
  5. Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXème siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p. 36-37. Consultable sur Gallica.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Charles-Évariste-Joseph Cœuret-Varin, Catéchisme du diocèse d'Agen, 1913 ( lire en ligne ).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le Clergé de France, Tome II

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin des lois de la République française, p. 1002, Imprimerie nationale, 1885 ( lire en ligne )

Lien externe[modifier | modifier le code]