Charles-Édouard de Montozon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Édouard de Montozon
Fonctions
Pairs de France
Député du 4e collège du Nord (Douai)
Prédécesseur Lui-même
Successeur Emmanuel Choque (Cavaignac)
Député du 7e arrondissement électoral du Nord (Douai)
Prédécesseur Georges Durand d'Elecourt (Majorité ministérielle)
Successeur Lui-même
Président du Conseil général du Nord
Prédécesseur François-Louis-Auguste Ferrier
Successeur François-Louis-Auguste Ferrier
Conseiller général du Nord
(élu pour le Canton de Marchiennes)
Prédécesseur -
Successeur Baron Eugène Joseph de Bouteville
Conseiller général du Nord
(élu pour le Canton de Douai-Nord)
Prédécesseur -
Successeur M. Rossignol
Conseiller général du Nord
(Sans attribution de Canton)
[1]
Successeur Lui même
Maire de Lallaing
Biographie
Nom de naissance Charles-Édouard de Montozon
Date de naissance
Lieu de naissance Périgueux (Guyenne)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Lallaing (Nord)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique Majorité ministérielle
Religion Catholique

Charles-Édouard de Montozon
Maires de Lallaing

Charles-Édouard, comte de Montozon, né le à Périgueux (Guyenne) et décédé le au château de Lallaing (Nord) est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entra dans l'administration sous le premier Empire, devint chef de division dans les préfecture de la Roër et du , auditeur au conseil d'État le 14 janvier 1811, et successivement sous-préfet de Turin le 8 avril 1813, et la même année de Villeto, en 1814 de Péronne, puis de Sarrebourg et enfin de Saint-Quentin le 29 septembre 1815

Maire de Lallaing et conseiller général du Nord, partisan de la monarchie constitutionnelle, il fut successivement élu député du Nord, le 23 juin 1830, le 5 juillet 1831, le 4 novembre 1837, le 2 mars 1839 et le 9 juillet 1842.

Il siégea constamment parmi les ministériels, appuya successivement tous les cabinets qui se succédèrent. 

Il s'occupa surtout des intérêts de son département, fit rectifier le tracé de la ligne ferrée du Nord et demanda la restauration des canaux et des levées de la Scarpe

Nommé pair de France le 14 août 1845, il rentra dans la vie privée à la Révolution française de 1848.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean Baptiste Front de Montozon et de Marie Françoise Chancel d'Eyliac.

Il se marie à Félicité Delfosse (1803-1857), dont trois enfants :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]