Char super-lourd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un char super-lourd est un type de char d'assaut, défini par opposition aux autres types de char (char léger, char moyen, char lourd). Il dépasse une certaine masse, variable selon le pays constructeur et selon les époques. La plupart du temps, ces projets n'ont pas dépassé la planche à dessin.

Maquette du projet britannique Flying Elephant de la Première Guerre mondiale. Jamais construit, il aurait pesé une centaine de tonnes.

Apparition du type[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du char de combat.

Après l'apparition du char d'assaut moderne lors de la Première Guerre mondiale, les ingénieurs militaires explorent pendant l'entre-deux-guerres les différentes possibilités de ce type nouveau. Parmi leurs sources d'inspiration, les vaisseaux de la marine en constituent une, qui a fortement plu aux concepteurs. Le terme de « cuirassé terrestre » revient ainsi dans plusieurs projets.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le char super-lourd de l'entre-deux-guerres possède trois caractéristiques principales :

  • Sa masse : sur la planche à dessin, il fait souvent plus de cent tonnes ;
  • Son blindage : épaisseur très importante (de l'ordre de 100 mm), il protège le char de la majorité des armes lourdes qui peuvent engager en tir direct un tel engin ;
  • Sa vitesse : du fait de sa masse très importante, et malgré une motorisation souvent largement dimensionnée, l'engin ne dépasse que rarement les 10 km/h.

L'ensemble de ces caractéristiques font de lui un char - ou plutôt un projet - très impressionnant, pouvant avoir un fort impact psychologique sur l'ennemi. On lui attribue pour cela la mission de char de rupture. Toutefois, ses dimensions importantes et sa faible vitesse font de lui une cible facile. Et si les armes antichars disponibles sont pour la plupart inefficaces contre lui, l'artillerie sait en venir à bout.

Le char britannique Tortoise (79 tonnes) est resté à l'état de prototype (Musée des blindés de Bovington).

Exemples[modifier | modifier le code]

Châssis du E-100 capturé par les forces britanniques.
Allemagne (ex-Troisième Reich)
  • Le Panzer VII Löwe (en allemand : lion), char de 70 à 130 t (selon version) le développement de ce char super lourd de 70 tonnes a débuté le . En , l'entreprise Krupp a proposé l'avant-projet VK 72.01, plus tard connu sous le nom de Löwe, ce qui signifie lion. Plusieurs conceptions de divers configurations, armements et blindages ont été ébauchées. Cependant, le projet fut abandonné quand le Führer décida de développer des chars plus lourds en particulier le char de 100 tonnes VK100.01 qui deviendera le Maus. Aucun prototype n'a jamais été fabriqué[1].
  • Le Panzerkampfwagen VIII Maus (en allemand : souris). Le projet est lancé en pour la création d'un char de 100 tonnes, plus tard, ce même mois, la société Porsche obtient le contrat de développement de ce char. En le projet est nommé VK100.01. Le char envisagé gagne progressivement de la masse au cours de son cycle de développement et en le char envisagé est renommé Maüschen (en allemand : petite souris) et est présenté à Adolf Hitler. Enfin en le char est renommé Maus. C'est à ce jour le char le plus lourd jamais construit.Ce char de 188 t ne connu que deux prototypes et quatre châssis additionnels. Son armement principal était le 12.8cm KwK44 L/55[1].
  • Le E-100, char de 140 t, en , la société Adlerwerke reçoit une commande pour le développement de la série E-100. Cependant, en 1944, le développement des chars lourds a été interrompu. À la fin de la guerre, seul le châssis avait été achevé, lequel a été capturé par l'armée anglaise plus tard. Notons qu'il existait un projet de construire sur ce chassis un chasseur de char désigné Jagdpanzer E-100 qui aurait selon les premières esquisse put être équipé d'un canon 17cm StuK L/53 ou d'un 15cm StuK L/63.
  • Le Landkreuzer P. 1000 Ratte (en allemand : croiseur terrestre « rat ») ; le , le directeur Grote et le docteur Hacker, chargés de la production des U-boote au ministère de l'armement, proposent une machine de guerre quasi invulnérable, susceptible de détruire tout ce qui passerait à portée de ses canons de 280 mm. Consulté, le Führer donne son approbation à la conception d'un croiseur terrestre de 1 000 t, baptisé Landkreuzer P.1000. Il ne dépassa évidemment jamais le stade de la planche à dessin.
France
  • Le FCM F1, char de 139 t, projet de la Seconde Guerre mondiale, jamais achevé.
Japon
  • Le O-I ; le développement du char super-lourd a débuté après la bataille de Khalkhin Gol en 1939. Le véhicule a été conçu comme unité de tir mobile, d'une taille sans précédent : le châssis seul pesait 100 t. Seul un prototype a été fabriqué, sans tourelle et fait d'acier de construction. Les essais ont été abandonnés en raison d'un moteur pas fiable ; fin 1944, le prototype a été détruit. L'obusier de 15 cm devait être installé sur le char après assemblage, pour un poids final 150 t.
  • Le Type 5 Heavy ; également connu sous le nom de Type 2605, était la version ultime du char super-lourd O-I développé au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le véhicule devait être utilisé pour percer les lignes fortifiées ennemies et pour la défense côtière, poids 160 t[réf. nécessaire].
Royaume-Uni
  • Le Tortoise en anglais : tortue, char de 79 t ; le développement de ce char d'assaut a commencé au Royaume-Uni en 1942. La conception est achevée en , et 25 véhicules sont commandés. Cependant, à l'automne 1947, seuls cinq véhicules avaient été fabriqués.
Russie(ex-URSS)
  • T42 (TG-V) ; développé au début des années 30, n'a pas dépassé le stade de maquette, projet abandonné en faveur du T-35.
  • T-39 ; char de rupture développé à la fin des années 30, plusieurs maquettes en bois furent construites[2].
  • Objet 224 KV-4 ; développement arrêté en faveur du KV-5.
  • Objet 225 KV-5 ; développement abandonné au début du mois d'août 1941[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Thomas L. Jentz, Panzerkampfwagen MAUS, Darlington Productions, Inc, , 60 p. (ISBN 0-9648793-2-8, OCLC 464150112)
  2. (en) « T-39 Soviet Super-heavy Breakthrough Tank », sur https://tankandafvnews.com (consulté le 26 janvier 2018).
  3. « KV-5 Super Heavy Breakthrough Tank », sur http://www.materielsterrestres39-45.fr (consulté le 26 janvier 2018).

Grâce à des jeux vidéo comme World of Tanks et War Thunder, il est possible de visualiser en 3D un rendu final de la plupart des chars super-lourds, ce qui était impossible il y a encore 5 ans.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :