Chapelle des Espagnols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photographie par Carlo Brogi
L'autel dans l'abside et l'emplacement actuel du crucifix.

La Chapelle des Espagnols (en italien : Cappellone degli Spagnoli) est le nom donné à une chapelle décorée à fresque par Andrea da Firenze (surnom d'Andrea di Bonaiuto), dans l'ancienne salle capitulaire du Chiostro Verde de la basilique Santa Maria Novella de Florence.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cycle de fresques relatant des épisodes de l'ordre dominicain date de 1365-1367 ; le nom actuel du lieu vient du lieu de culte des Espagnols de la suite d'Éléonore de Tolède, venue épouser Cosme Ier de Médicis au XVIe siècle.

Architecture[modifier | modifier le code]

Commandée par les frères Guidalotti pour être dédiée à de saint Thomas d'Aquin, la chapelle fut construite par Fra Iacopo Talenti, lors de la dernière phase de construction de l'église (1343-1355/1370 ?) ; il avait également conçu le campanile de l'église.

La voûte d'ogive couvre une grande salle unique carrée, soutenue par quatre piliers octogonaux dans les angles. chaque partie (voûte, parois latérales) est couverte de fresques.

L'autel est situé dans l'ouverture absidiale du fond ; il comporte un grand crucifix.

Détail des fresques[modifier | modifier le code]

Parties de la voûte[modifier | modifier le code]

Chacun des voiles est fresqué par :

  • La navicella di San Pietro apostolo,
  • La Resurrezione,
  • L'Ascensione
  • La Pentecoste.

Murs latéraux[modifier | modifier le code]

Mur en face de l'entrée (avec l'ouverture absidiale) 
La Crucifixion entourée de la Montée au calvaire et de la Descente aux Limbes
Mur de gauche 
Glorification de saint Thomas d'Aquin et les allégories
Trionfo di San Tommaso d'Aquino
  1. La Loi civile et Justinien
  2. La Loi canonique et Clément V
  3. La Philosophie et Aristote
  4. Les Écrits sacrés et saint Jérôme de Stridon
  5. La Théologie et saint Jean Damascène
  6. La Contemplation et saint Denys l'Aréopagite
  7. La Prédication et saint Augustin d'Hippone
  8. L'Arithmétique et Pythagore
  9. La Géométrie et Euclide
  10. L'Astronomie et Ptolémée
  11. La Musique et Toubal-Caïn
  12. La Dialectique et Jean XXI
  13. La Rhétorique et Cicéron en habit romain
  14. La Grammaire, accompagnée d'écoliers avec Priscien
Mur de droite 
L'Église militante et triomphante représentée par la présence de saint Thomas d'Aquin, de saint Dominique et de saint Pierre martyr sur fond de la représentation du Duomo (anticipant de 35 ans sa construction).

On peut remarquer à côté de l'archevêque Simone Saltarelli l'allégorie des « chiens de Dieu » (Domini canis pour Dominicains) poursuivant les loups des hérésies.

Les grandes figures du temps sont représentées dans la foule placée à droite.

Mur de l'entrée 
Épisodes de la vie de saint Pierre martyr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joachim Poeschke, op. cit., p. 363.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joachim Poeschke, Fresques italiennes du temps de Giotto, Éd. Citadelles & Mazenod, Paris, 2003, (ISBN 2850881945)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :