Chapelle des Carmélites de Dijon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle des Carmélites de Dijon
Image illustrative de l'article Chapelle des Carmélites de Dijon
Présentation
Culte Catholique romain
(Ordre du Carmel)
Type Ancien couvent
Début de la construction 1609
Fin des travaux 1642
Style dominant Baroque
Protection Logo monument historique Classé MH (1910)[1]
Patrimoine mondial Patrimoine mondial (2015, Climats du vignoble de Bourgogne)
Géographie
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Ville Dijon
Coordonnées 47° 19′ 09″ nord, 5° 02′ 21″ est

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Chapelle des Carmélites de Dijon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle des Carmélites de Dijon

Géolocalisation sur la carte : Dijon

(Voir situation sur carte : Dijon)
Chapelle des Carmélites de Dijon

La chapelle des Carmélites de Dijon est ce qu'il reste d'un ancien couvent de carmélites du XVIIe siècle (de style baroque). Elle est située dans le centre sauvegardé de Dijon. La façade est classée aux monuments historiques depuis 1910.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la disparition de Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), ses filles fondent le 21 septembre 1605 le « carmel de Dijon ». C'est le troisième carmel fondé en France après le carmel de Paris et le carmel de Pontoise.

De 1608 à 1642 leur monastère est construit rue Saint-Anne. Il n'en subsiste aujourd'hui que la façade baroque, très richement sculptée en pierre blonde et rose avec des frontons, des colonnes aux chapiteaux ioniques et corinthiens et des statues de Sainte Thérèse, du prophète Élie, de Saint-Joseph, de la Vierge Marie et du Christ ...

À la Révolution française, le clocher est détruit, les communautés monastiques sont dissoutes et leurs biens déclarés bien national. Le 30 septembre 1792 les carmélites sont expulsées et rejoignent le carmel de Beaune. En 1810 le couvent est cédé à la ville et transformé en caserne, puis affecté à divers services municipaux.

En 1865 le carmel de Dijon est refondé 13 rue Saint-Lazare, puis détruit et transféré en 1979 près de Flavignerot (13 km au sud-ouest de Dijon) sous le nom de « Carmel de Dijon » ou « Carmel de Dijon-Flavignerot ».

Protection[modifier | modifier le code]

Le portail de la Chapelle des Carmélites fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 décembre 1910[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]