Chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Guirande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle Sainte-Marie-Madeleine.
Chapelle Sainte-Marie-Madeleine
Vue de l'intérieur
Vue de l'intérieur
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Cahors
Début de la construction première moitié du XIIIe siècle
Fin des travaux XVe siècle
Protection  Inscrit MH (2008)
Géographie
Pays France
Région Occitanie
Département Lot
Commune Felzins
Lieu-dit Guirande
Coordonnées 44° 36′ 49″ nord, 2° 09′ 50″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle Sainte-Marie-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Chapelle Sainte-Marie-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Lot

(Voir situation sur carte : Lot)
Chapelle Sainte-Marie-Madeleine

La chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Guirande est située dans la commune de Felzins (Lot).

Localisation[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Marie-Madeleine est située au lieu-dit Guirande, sur le territoire de la commune de Felzins dans le département du Lot.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle pourrait être déjà mentionnée dans les dépendances de l'abbaye de Conques au Xe siècle.

L'église est une dépendance du prieuré Notre-Dame du Chalard du XIIe siècle au XVIIIe siècle.

La chapelle a été construite au XIIe siècle et XIIIe siècle avec une reconstruction ou surélévation de la nef au XVe siècle.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en août 2008[1].

Description[modifier | modifier le code]

Elle se compose d'une nef charpentée et d'une abside portée par des ogives à section carrée. La base de ces ogives repose sur des culots représentant des masques de pierre datant du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle

Décor[modifier | modifier le code]

L'abside à chevet plat est ornée dans sa partie supérieure d'un christ en majesté, encadré au nord par un aigle symbole de l'évangéliste Saint Jean et au sud par un homme, symbole de l'évangéliste Saint Matthieu tandis que la partie inférieure est consacrée à deux scènes hagiographiques. Côté nord, on distingue le martyr de Saint Namphaise, tenant ses entrailles, tandis que sur le côté sud est décrit le ravissement de Sainte Marie-Madeleine.

Sur la voute, côté nord, est représenté un lion, symbole de l'évangéliste Saint Marc. Sur la voute côté sud, un taureau, symbole de l'évangéliste Saint Luc, tient entre ses pattes un phylactère. Ces deux dernières peintures complètent le Christ en majesté et évoquent la vision d'Ézéchiel (Ez 1, 1-14) et le tétramorphe.

Les peintures murales ont été classées à titre d'objet en 1969[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Nicolas Bru, Archives de pierre. Les églises du Moyen Âge dans le Lot, p. 195, SilvanaEditoriale, Milan, 2012 (ISBN 978-8-836621-04-0)
  • Louis d'Alauzier, L’église de Guirande (commune de Felzins - Lot) et ses peintures, p. 33-38, dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 1968-1969, tome 34 (texte), (planches II à IV)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]